N-Y, AVRIL / MAI 2018
MÉTÉO : Il fait globalement beau, le temps est agréable malgré un peu de pluie quelque fois. Nous tournons sur une moyenne de 15°c, un peu d'air frais et un beau soleil dégagé. Mais ce n'est pas l'été, garder votre veste et votre parapluie dans un coin de la maison.

NEWSLETTER DE JUILLET 2018



+ 100 $ ▬ Pour le groupe AVENGERS
+ 50 $ ▬ Pour les groupes VILAIN et X-MEN

» SALES du 04.06.18 au 30.06.18

» INTRIGUE #1 Secret Wars
Attention à vos fesses !

» MISSION #1 Event that goes wrong est ouverte ! Elle prendra fin le 26 août.


 :: Welcome to the Game :: New York :: Manhattan

Tu ne peux pas vivre dans la peur

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Dim 25 Fév - 22:43


ft. Emma && Craig

New-York. On en fait tout un plat, mais il n’y a franchement pas de quoi. Je n’ai jamais vu autant de décadence aussi proche de la pauvreté sans que ça ne fasse sourciller quiconque. Je me demande bien pourquoi tous les super-héros du monde s’y retrouve pour surprotéger cet endroit. C’est aussi pourris qu’un fromage français. J’aurais été eux, j’aurai laissé les aliens raser ce coin du globe. Et je ne suis pas le seul à ressentir tout ce mal. Le Rider est déchaîné en moi. Même en plein jour. Je roule dans la ville, la quadrillant de long en large. Il y a autre chose qui attire le Rider. Un truc… Innommable. Je ne sais même pas ce que le vieux voulait que je chercher. Pourtant je ressens ça. Mon instinct me dit de suivre la piste proposer par le Rider. Comme si je savais où j’allais sans réellement le savoir.

J’arrive devant un rade. Du genre discret mais classe. Beaucoup plus que notre club-house dans le Kansas. Beaucoup trop pour moi. Je rentre dans ce dernier. C’est sûr, je suis au bon endroit. Le Rider s’agite dans tous les sens. Je dois me concentrer pour ne pas le laisser sortir dans cet endroit obscur. Je commande un verre et le paye aussitôt pour déambuler dans l’établissement. Je suis la piste qu’il me laisse. Mon regard se pose sur une blonde qui me tourne le dos. Elle. Je dois m’asseoir à sa table. C’est elle. Je fais le tour de sa table et tire la chaise sans rien dire et m’assoit. Je regarde son visage. La fille de mes rêves. Je serre le poing que j’enfouis dans ma veste, lorsque je le sens chauffer au point de fumer. Je fixe la femme.

Dans mes rêves, c’est elle qui enlève cette petite fille. Ma sœur jumelle. Elle me l’arrache. Je ne sais pas qui c’est, et ça doit remonter à des années. Elle doit être genre immortelle au point de rester jeune tout le temps. Je finis par racler ma gorge après un moment de silence à l’observer et me redresse sur la chaise. « C’est à toi la bécane, devant le rade ? » Un sourire en coin pour appuyer ma question je viens tremper mes lèvres dans le verre. J’attends sa réponse et reprends avec ce même sourire, le regard assez mauvais. « Qui que tu sois, tu sais que t’as des trucs à te reprocher, pas vrai ? Tu sais que tu vas passer un sale quart d’heure… Quelque chose m’a amené ici. Et je peux t’assurer que ce quelque chose n’attend qu’une chose… Que je le laisse sortir de sa cage. Mais avant, t’étais où, en 1995 pendant l’incendie de cette garderie de Chicago ? Je crois que je connais déjà la réponse… »

Je me lève assez violemment, dégageant la table sur le côté et laissant le Rider sortir. Apparemment, la nuit a fini par tomber sur New-York. Ma tête s’enflamme dans un hurlement de ma part devenant ce crâne, tout autant que mes poings. Je pointe du doigt la blonde. D’une voix rocailleuse, je lui dit « J’espère que tu as de quoi payer pour racheter ton âme… Car pour l’instant elle m’appartient ! »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 3124
» ma tête : Amber Heard
« LA MEILLEURE DES ASSISTANTES ! »


MY BRO — MY TWIN — MY LOVE

POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 27 Fév - 1:24
Craig B. ∞ Emma B.
Tu ne peux pas vivre dans la peur
Si j’avais su qu’aujourd’hui, ça serait le choc des titans. C’est en sueur qu’une fois de plus je me réveille en tombant du lit il y a une semaine. Hurlant le peu d’âme qu’il me restait entre les dents. Je sens des mains qui me touchent, me tiennent… Elles me secouent et cette voix me dit de me réveiller. Et lorsque je reprends le contrôle de ce cauchemar, ce n’est autre que Steve qui me tient, fermement l’air inquiet. Je me lève en le poussant, je pousse les rideaux de la chambre pour regarder derrière. Je l’ai vu… il y avait deux petits garçons ici. Josh, il était là… il me regardait. J’en avais encore les mains qui tremblent mais comme à chaque fois ce n’était qu’un diabolique rêve. Il est mort. J’avais beau faire le deuil de cette famille qui m’avait accueilli les bras ouvert. Je rêve toujours de leurs morts, leurs voix glaciales qui me demandent de l’aide, que j’aurais pu les aider… J’aurais pu faire quelque chose… Emma tu aurais pu nous sauver. Leurs sont vides, fixant, il y a du sang, beaucoup trop de sang comme dans la maison ce jour-là. « Il s’appelait Craig, le deuxième. » Steve me regarde, sans comprendre, moi-même je ne sais quoi répondre à ça. Qui est Craig ? J’avais un frère, il est mort j’étais très jeune… je n’ai aucun souvenir de lui… ça ne pouvait pas être lui.

Ce nom avait hanté mes journées, pourquoi Josh était avec un bambin, son visage m’était familier. Impossible de savoir qui il était. Pourtant je le connaissais, mais où ? Alors j’ai cherché dans mes souvenirs, dans les photos de famille des Rusberry. Ce gamin était … introuvable. On ne peut imaginer le visage de quelqu’un… je l’ai forcément vu à un moment donner de ma vie. Il est petit, blond, très jeune. C’est Craig, souvient toi de Craig…. J’ai mal à la tête, je tourne et retourne en étant même distraite dans mon travail. Je ne supporte pas les questions qui reste sans réponse, mon père est… encore je ne sais où pour se cacher. Aucun moyen de le contacter, il ne met d’aucun secours. Craig … tapé dans un moteur de recherche Craig ne m’avancera strictement à rien. Je fini par m’assoupir à mon travail, je vois de nouveau ce gamin, dans mes rêves, cette fois-ci il me tient la main. On est à Chicago, je reconnais mon ancien appartement. Mais FRIDAY me sort de mon rêve très rapidement. Ce n’est pas à New York que j’ai vu ce gosse.

Le lendemain, je passe un coup de téléphone à Bucky, j’ai besoin de lui. Il pourra m’aider. Je lui demande de me laisser accès au dossier de ma mère, policier, judiciaire… Tout ce que l’état a sur lui. Un fantôme tu passé me hante. Cela fait déjà plus d’une fois que quelque chose était inhabituelle. C’est bien d’avant tout ça, comme si… j’avais volontairement oublier cette personne. Je l’ai effacé de ma mémoire. Des souvenirs remonte plus j’y pense, plus j’essaye de me souvenir. Dès qu’il aura accès à ces dossiers il me les fera parvenir. Je n’ai plus qu’à attendre son feu vert. Je fini par croire que ce Craig est mon frère disparu. Venu hanter le reste de mon âme en compagnie des autres personnes que j’ai vu mourir.

Je termine cette journée dans un bar, c’est d’un coup à boire que j’ai besoin. De tranquillité pour faire le point, faire le vide en solitaire. Assise à une table loin de tout, je regarde ma bague de fiançailles à mon doigt, la méritai-je vraiment ? Un verre de whisky sur la table, mes jambes repliées, une capuche sur mon visage pour être tranquille. J’ai donné un billet au serveur pour être tranquille et qu’on me fiche la paie. Je sais que je ne devrais pas être ici, si Steve le savait… il m’engueulerait c’est certain. Je demeure immobile, en alerte, mes pupilles de contracte en un instant. Je sens, quelque chose d’étrange, une sensation… Mes yeux se relèvent quand un homme, un grand costaud blond s’assoie à ma table. Je ne dis rien, je ressens quelque chose d’étrange en face de lui… cette même sensation que j’ai lorsque je suis avec mon père, le Rider le cherche, il le sent. Je garde mes yeux dans les siens, me redresse sur ma chaise, le dos droit. « Oui, c’est la mienne. » Je n’y jette aucun coup d’œil, je connais ce genre de type, soit il cherche la drague et va avoir la castagne, soit il cherche la castagne et il l’aura. Malheureusement il aura moins de chance que moi…

Son sourire ne me dit rien qui aille. Je respire calmement, essayant d’appliquer les techniques de relaxation de Banner, dans mon cas je doute que c’est un véritable impact. A ces mots, mes yeux deviennent perçants, le fixant sans détour. Mes traits se durcirent. Je pense d’abord à un ancien membre de la purge, un de ces anciens de Ross venu faire le ménage des anormaux. Il sait que je suis un monstre que l’on doit mettre en cage, incontrôlable, dangereux ? Mais quand il me dit que je vais passer un sale quart d’heure je ne peux retenir un rire, un rire amusé, si j’éprouve de la peur c’est parce que je ne veux pas perdre mon âme. Je ne veux pas faire le mal et régner sur la vengeance en reine. Il me parle de cette garderie, je ne comprends pas… qu’est-ce qu’une garderie de Chicago vient faire ici ? 1995, c’est l’année de décès de mon frère. Et il ne m’en faut peut pour imaginer le pire, il a un lien avec sa mort et il vient aujourd’hui terminer le problème. « Je t’attends ! Tu ne me fais pas peur, vient terminer le travail ! »

Sa rage est-elle que la table part en éclat au sol et à ma surprise il se transforme en Rider. QUOI ? Je reste surprise. Alors que la plus part des gens du bar se mettent à hurler, sortent pour sauver leur vie. Je retire la capuche de mon visage. J’explose de rire, un rire sorti des enfers, le rire des Blaze comme dit papa. « Je ne crois pas… » Je m’approche de lui et ma main vient attraper son poignet, sans me brûler, sans me faire le moindre mal. En quelque seconde mes cheveux s’enroulent de flamme, recouvrant mon visage et mon corps tout entier laissant apparaitre un squelette, identique à mon acolyte. « Mon âme, n’appartient, à personne ! » Le rider lui donne un coup de main au thorax pour le dégagé en arrière.


code by Joh.A


« RIDE OR DIE »
«Depuis que je suis petite je passe ma vie à attendre. Attendre quelque chose, attendre qu’il se passe vraiment un truc bien. Maintenant au moins j’ai un but. Je te suivrais jusqu’à la fin !»
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 27 Fév - 10:46
Une bikeuse. Tiens dont. « Belle bête… » réponds-je simplement. Je ne sais même pas moi-même si je parle de la moto ou de mon interlocutrice. Dans d’autres circonstances ? J’aurai sans doute cherché à la draguer. Elle n’est pas dégueulasse… Mais là… Je crois que je me contiens juste de ne pas lui arracher la tête sur place. Quelque chose me dit qu’elle était là, le soir où ma sœur a disparu. Ce quelque chose ? Ce sont ces visions que le Rider m’envoie durant la nuit, lorsqu’il n’a aucune raison de sortir. Mais là, pour l’heure, je suis dans la ville la plus pourrie des States. Autant dire qu’il gratte pour sortir. Je suis plutôt arrangeant avec lui. Il sait qu’il n’a que à être patient et je vais le libérer sans trop de difficulté. Je suis en paix avec lui, après tout. Ses actions ne me dérangent en rien.

Assez de blabla. Il est un temps pour parler, et un temps pour se battre. On a assez fait les présentations comme ça. Je bondis de ma chaise, faisant voler la table et montrant à quel point je peux être tout feu tout flamme. Dans un craquement d’os, j’incline ma tête sur le côté la défiant du regard, lui laissant une chance aussi maigre soit-elle de fuir loin d’ici. Mais au lieu de ça, elle se met à rire. Si mon crâne pouvait avoir des expressions, j’afficherais un étonnement marqué d’une forme de folie. Je la vois alors se transformer. C’est comme si j’avais en face de moi un miroir me déformant en femme. Elle avait attrapé mon poignet m’informant que son âme lui appartient et me donne un coup en plein thorax. J’encaisse sans trop de mal. « Je vais prendre du plaisir à te faire mal… » Je ris à mon tour du même rire démoniaque.

Je serre mon poing, y concentrant ma flamme et vise directement son visage. Je la rate de peu. Elle est rapide, mais pas assez encore. J’attrape son épaule de cette même main et sa ceinture de l’autre. Je la soulève au-dessus de ma tête et la balance de l’autre côté du comptoir, faisant un bel impact dans le mur. Je m’approche du bar et d’un bon je me retrouve au-dessus. Les bouteilles épargnées se mettent à bouillir tant la chaleur qui s’échappe de nos corps fait monter la température. Certaines explosent à cause de la pression, s’enflammant. Les flammes commencent à dévorer l’établissement.

Je me laisse tomber du même côté du bar et la saisis de nouveau pour la lever et la plaquer sur le plan de travail. Je la fais glisser tout du long, la laissant impacter verres et autres objets que les civils auraient pu oublier. Je donne assez de puissant pour qu’elle continue sa course et se retrouve encastrée dans le piano en bout. « Tu dois payer d’une manière ou d’une autre… »

Le Rider m’envoie d’autres visions pendant qu’il mène ce combat. Ma sœur se faisant encore et encore enlevé, renforçant ma rage. Je le somme de me laisser les rennes. De devenir moi-même le Rider pour mener à bien ma vengeance. Je lui souffle de prendre tout ce qu’il peut trouver pour lui faire le plus de mal possible. Je veux détruire cette personne qui se trouve dans la même pièce que moi. Je veux l’éliminer pour la vie à laquelle elle m’a arrachée et pour avoir enlevé ma petite sœur. Je parviens juste à glisser au Rider quelques mots : demande lui… « Qu’as-tu fais de l’enfant ?! Parle ! »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 3124
» ma tête : Amber Heard
« LA MEILLEURE DES ASSISTANTES ! »


MY BRO — MY TWIN — MY LOVE

POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mer 7 Mar - 21:04
Craig B. ∞ Emma B.
Tu ne peux pas vivre dans la peur
Le rider avait été tenu bien trop longtemps en cage, il reprenait sa forme, sa puissance. Il était content, heureux de pouvoir décher sa vengeance sauvage autour de lui. Mais un ennemi bien plus intéressant que les âmes en peine de la ville se tenait en face de lui. Alors que son acolyte le menace de lui faire de mal, il fait craquer sa nuque. Il n’a qu’une hâte, ce dégourdir les os ! L’humaine est bien gentille mais elle n’est qu’ange à face blanche alors que je suis que démon à face noir. Le crâne tournait vers l’inconnu enflammé. « Cela fait longtemps que j’attendais un peu de Challenge. » Les humains sont faibles, fragiles, ils se consument entre mes doigts pour devenir une poussière toxique.

Il esquive un premier coup mais ne peut aller plus vite que la danse, nous sommes face à un combat d’immortel, force égale, pouvoir égal. En l’air, il ne peut que se laisser envoler derrière le comptoir, faisant exploser tout autour de lui. Miroir, étagère, bouteilles, verres. Il ne reste plus rien de récupérable, l’alcool au sol s’enflamme très vite avec les flammes des deux entités présentes. Il pousse une étagère en bois de sur lui, pour se redresser mais l’autre Rider l’attrape et le plaque sur le plan de travail du bar, impactant celui-ci du corps du Rider, comme un ange dans la neige. Il termine sa course dans un piano. Détruit, en morceau sur le sol, il ne sonnera plus que le glas de ce combat qui a bien trop duré à son goût. Il se redresse, énervé, ses flammes s’affolent autour de son squelette.

« Quel enfant ? » Il n’avait que ça à dire. De quel enfant parle-t-il. Le Rider n’attaque que les âmes damnés, corrompu, l’enfant est un être sage, innocent. Et ça l’énerve de comprendre de quoi est-il accuser. Il se déplace rapidement pour assimiler un grand coup dans l’épaule de son double et le retourner afin de tenir sa nuque entre ses bras. Serrant os contre os pour se bloquer mutuellement dans cette position. Il ne peut ni l’étouffer, ni le tuer, simplement le bloquer. Ce n’est que plus frustrant. « Tu n’es qu’un Rider parmi tant d’autre, avant toi. Ta vengeance est vaine… » C’est la première fois que le Rider voit un autre Rider, sauf son paternel qui la enfanté. Ce Rider sort de nulle part et lui demande des comptes sur quelque chose qu’il ignore. Le Rider n’ignore rien, il voit tout, connait tout. Les âmes, le passé, les actions. Il sait qui il a purifié et de qui il a passé son chemin. « Tu n’aurais jamais du t’attaquer à moi sans raison. »

Ils finissent par se lâcher dans un craquement d’os à force de se tirer dans tous les sens. Il recule de quelque pas, droit, ses orbites vides où s’engouffre quelque flamme. « La nuit ne fait que commencer Rider. » Il avait conscience cependant que le soleil ne se lèverait pas avant 8 huit heure, et un combat de huit heure est de ce fait envisageable, aucune fatigue, aucune moral. Il se jette sur lui, tête en avant pour l’attraper à la taille et le faire tomber, il est remonté, en colère et ne laissera rien passer contre son doublon. Il a besoin de savoir qui est LE Rider ici !


code by Joh.A


« RIDE OR DIE »
«Depuis que je suis petite je passe ma vie à attendre. Attendre quelque chose, attendre qu’il se passe vraiment un truc bien. Maintenant au moins j’ai un but. Je te suivrais jusqu’à la fin !»
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 20 Mar - 19:18
Elle fait encore l’innocente. Le Rider ne comprend pas. C’est logique. Ce n’est pas lui que j’ai vu dans mes songes. C’est elle. Sa porteuse. Son corps d’emprunt. « Sonde la, Rider ! Tu verras ! Cet incendie… Chicago. Il y a une vingtaine d’année. Une petite fille a été kidnappée par ton hôte ! » Mais pour toute réponse, je récolte un coup dans l’épaule et une clé de bras. Mes flammes faiblissent. Je finis par reprendre forme humaine, sombrant à la limite de l’inconscience. Mais il me parle, me tenant éveillé. Je me fait soulever comme une poupée de tissu. Ok. Blondie est fâchée. Elle laisse les pleins pouvoir à son Rider. Et ils n’ont pas vraiment l’air d’être en paix l’un avec l’autre. Je n’ai que le temps de reprendre ma forme de Rider pour me dégager de sa prise.

Finit la parlote, c’est l’heure de valser, on dirait ! Les coups tombent. Le bar finit par devenir un brasier digne de l’enfer. L’immeuble entier prend feu, attirant une tonne de pompiers qui n’osent intervenir, se tenant à l’écart. Je finis par balancer mon homologue à travers le mur, la propulsant dans la rue. Sous les sommations des flics, aucun d’entre nous ne semble enclin à se rendre. Ils ouvrent le feu sur mon ennemie de ce soir. Je marche tranquillement en direction de l’extérieur. Je peux ressentir toute cette peur autour de nous. Comment le vit ce Rider ? Tous ces gens dans les étages supérieurs au bar qui vont perdre la vie. Toutes ces émotions négatives qu’il suscite. Son corps d’emprunt est-il du genre moraliste ? Parce que de mon côté, je suis en paix avec moi-même. La mort, ça me connaît pas mal. Je lâche le rire infernal du Rider. Ma moto se met elle aussi à s’enflammer et me rejoint. Je grimpe dessus. « On va faire un tour, bébé? » dis-je à destination de mon double féminin. Un nouveau rire infernal et je fonce vers elle à toute vitesse, l’attrapant par le cou et la faisant percuter chaque véhicule garé sur le côté.

Je traverse la ville à toute balle, me retrouvant bien assez vite sur un pont pour en sortir. Chaque barreau que le crâne de Miss Rider percute, résonnent à peine avant de fondre au point d’impact. Je finis par la relâcher lorsque nous arrivons au beau milieu d’un champ, à quelques miles. Le squelette enflammé fait des tonneaux avec son propre corps sur quelques dizaines de métres, laissant un sillage de cendre et de flammes. « Ici, on attirera beaucoup moins ces guignols en collants qui se croient supérieur à tout… Je préfère garder l’instant en tête à tête. C’est toujours intime de dézinguer quelqu’un. » Je descends de nouveau de ma moto et attrape la chaîne située sur le garde-boue arrière. Je la laisse s’entourer autour de ma main. Ainsi, mon ennemie ne veut plus parler ? Alors soit. Je m’approche d’elle dans l’idée de la frapper, mais elle me prend de cour, parvenant à mener à bien sa première attaque.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 3124
» ma tête : Amber Heard
« LA MEILLEURE DES ASSISTANTES ! »


MY BRO — MY TWIN — MY LOVE

POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 1 Mai - 1:29
Craig B. ∞ Emma B.
Tu ne peux pas vivre dans la peur
I l parle d’un incendie à Chicago, les seuls souvenirs que possède le Rider de cette mésaventure se trouve dans son hôte, à travers des récits, des mémoires, mais il ne comprend pas l’histoire d’une enfant kidnappée. Le Rider ne prend jamais d’enfant, ils sont innocents, naïf, incapable de faire du mal pour le plaisir, et sans aucun remord. Pourquoi aurait-il fait du mal à une petite fille… le Rider ne comprend et ça ne fait que plus l’énervé ! Ca le met même en pétard. On se joue de lui, on l’accuse alors qu’il est l’accusateur, on le juge alors que c’est à lui, et lui seule de juger les âmes. Qui est ce Rider pour qu’il vienne sur son territoire lui imposer ses fantaisies ? Il n’en sait rien mais sa patiente à des limites…

Il prend le dessus sur lui, dans cette danse endiablé, une valse entre leur os. Les passants ont fuis le périmètre, l’immeuble se consume de flamme, léchant le bâtiment jusqu’à sa cime. Il s’émiette comme un vieux bout de pain sur eux, mais qu’importe leur combat est bien plus important que quelque morceau de bâtiment qui ne fait que rebondir sur eux avant de s’écraser dans le sol. L’endroit est ravagé, en entend la police arrivé, incapable de faire quelque chose et intimider par la situation… Le SHIELD ne devrait pas tarder et si le SHIELD ne tarde pas cela veut dire que Steven aussi. « Laisse-moi lui parler… on peut arranger les choses en discutant. » Mais il l’ignore, depuis bien trop longtemps il attend de pouvoir se défouler, de sortir de son corps. Il a enfin le loisir de prendre le contrôle et ne se laissera pas aussi facilement avoir pour rentrer dans sa tanière. Le Rider la chercher, il en payera le prix fort. Qu’importe les sentiments d’Emma.

Malheureuse son assaut se retourne contre lui, le Rider adverse l’esquive et l’attrape par le cou, coincé, il suit le mouvement de la moto. Frappant sur son passage chaque véhicule, poteau, borne incendie, tout ce qui est sur son chemin. Il essaye de s’accrocher mais impossible de tenir une quelconque adhérence vue la vitesse diabolique à laquelle il roule pour sortir de la ville. Il finit par être expulsé dans un champ, comme une météorite, il termine sa course plusieurs mètres au loin, créant une large tranché carbonisé. Il se redresse sans trop de mal. D’un mouvement d’épaule il articule ses os de la nuque aux omoplates, remettant en place certain de ces os déplacés. « J’ai failli attendre. » Il s’avance d’un pas calme en direction de l’autre Rider. Le crâne tout feu tout flamme il est chaud comme la braise et compte bien sortir vainqueur de ce combat de titan. « Tu as peur que les mortelles puissent constater ta défaite ? » Il le cherche, le pousse dans ses sentiments les plus noirs.

Il se jette sur lui en se baissant. Son crâne et son épaule vienne frapper ses côtes pour le faire tomber au sol. Il se tient au-dessus de lui, essayant de le maitriser, de donner un coup dans son crâne comme pour le réveiller. « De quel enfant parles-tu ? Les Riders ne kidnappent pas d’enfant ! » Ca l’énerve qu’on puisse penser que son jugement soit altérer ou mauvais ! Il saisit ses poignets pour éviter une attaque et lui rétorque avant que son acolyte ne réponde. « Il y a vingt ans ? » Il se met à rire entre sa mâchoire. « Mon hôte n’était qu’une fillette incapable de sentir ma présence… Elle est bien trop faible pour avoir kidnappé un autre enfant, pauvre fou, tu devrais vérifié les délires de ton hôte! »


code by Joh.A


« RIDE OR DIE »
«Depuis que je suis petite je passe ma vie à attendre. Attendre quelque chose, attendre qu’il se passe vraiment un truc bien. Maintenant au moins j’ai un but. Je te suivrais jusqu’à la fin !»
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 1 Mai - 2:16
J’avais le dessus. Mon rider gagnait ce combat, mais mon implication émotionnelle brise les barrières. C’est comme si j’avais enfermé l’esprit de vengeance qui m’anime pour reprendre les rennes. C’était mon combat que je livrais dans le corps squelettique de Zarathos. Je me retrouvais par terre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Je tente d’agripper tout et n’importe quoi pour me libérer mais la prise de mon homologue est bien trop forte. Et Zarathos en avait assez que j’use de son pouvoir. Il me le reprenait. Je redevenais moi, Craig, simple humain, à peine protégé contre les flammes de l’enfer, à la merci de l’autre.

Ce Rider féminin se met à rire, annonçant que son hôte n’était qu’une fillette. Je sens les larmes monter. Des larmes de rage. Cette rage qui m’a fait quitter l’Alaska contre les avertissements du vieil homme. « C’est pas toi que j’ai vu dans cette crèche. C’est ton hôte ! Elle enlevait cette petite fille ! » Je sens ma cage thoracique se compresser de plus en plus. Je somme Zarathos de me redonner son pouvoir, au moins pour que je survive à ça. Mais je ne me retransforme pas. Au lieu de ça, ma moto s’anime et fonce sur l’autre Rider pour me délivrer. Le temps de prendre la fuite, sans doute. C’est mal me connaître.

La femme s’était déjà relevée. Je fonçais vers elle en tant que simple humain, tout poing fermé. « Rends moi ma soeur, bordel! Rends la moi! » Mon poing vient s’écraser sur le crâne enflammé. Je peux sentir tous les os se broyer. Un hurlement de douleur m’anime. Je sais que ce n’est que temporaire et que mon esprit de vengeance va me retaper bien assez vite, mais la douleur reste présente.

Je me retrouve dans les airs après un seul coup de mon adversaire. J’atterris sur le sol pour finir en roulé-boulé. Je m’appuie sur la terre fraîchement retournée par le combat pour tenter de me relever, mais ce coup m’a sonné. Il me faut m’y reprendre à deux fois pour parvenir à me mettre à genoux. Du sang dégouline de mon nez. Je maudis Zarathos intérieurement.

Sans cette rage qui m’anime, je ne sais même pas si j’aurai été capable de venir jusqu’ici. Sans cette vision, je n’aurai pas eu cette rage. Je regarde le sol, attendant que mon bourreau m’achève. Je connais les Riders, ils bouffent les âmes pourries, et la mienne l’est plutôt pas mal. Je ne sais même pas si je vais survivre à cette rencontre. Et vu que Zarathos a l’air de m’avoir abandonné… C’est alors que m’apparaît une évidence. Le Rider a dit que son hôte n’était qu’une petite fille. Elle était là quand ça a cramé. Elle n’a pas kidnappé ma sœur. Elle… Elle est ma sœur… « Emma? » La seule chose que je sache de ma famille par le vieil homme, en dehors de ce qu’il m’a raconté sur mon père.

Mais le coup m’a un peu trop sonné et la réalité me rappelle. Je m’effondre dans la boue, l’adrénaline ne faisant plus effet. Zarathos non plus.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 3124
» ma tête : Amber Heard
« LA MEILLEURE DES ASSISTANTES ! »


MY BRO — MY TWIN — MY LOVE

POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 1 Mai - 22:20
Craig B. ∞ Emma B.
Tu ne peux pas vivre dans la peur
Il reprend sa forme humaine, il se dit que le combat est gagné mais reste sur ses gardes. On n’est jamais trop sûr de ce qui se cache derrière les intentions de l’individu. Il court sur lui pour lui assigner un coup de poing qui laisse le Rider indifférent. Il ne bouge pas, laissant le simple mortel le frappé à la mâchoire. Il ne se passe rien, outre l’hurlement de douleur de l’assaillant et sans attendre il lui en porte un d’un simple retour du bras pour le faire taire. Mais il le suit dans sa traversé, le terme sœur l’interpelle. Il ne comprend pas. « Craig … Laisse-moi sortir ! Rider laisse-moi lui parler ! C’est mon frère ! » Il fait non de la tête, il doit la protéger coûte que coûte et l’homme en blond est un ennemie. Il ne laissera pas Emma revenir aussi vite, pas tant d’être sûr.

Il semble sonné, ça lui passera. Le Rider s’avance vers lui, sans l’intention de lui porter le moindre coup, bien que ça lui démange les os. L’humain prononce alors enfin le nom de son hôte, il se stop dans sa marche… Il grogne car il sait que si Emma prend le dessus il devra s’en aller avant le lever du jour. Il a des flashes, les mêmes qu’Emma avait pu voir, des enfants qui jouent à leur plus tendre âge, deux petits enfants innocents tragiquement séparé. Le Rider observe son acolyte disparu au sol, tombant dans l’inconscient. Il soupire, il va devoir laisser Emma reprendre les rênes.

Reprendre chair autour de mes os me fait souffrir, je m’effondre à genoux en grommelant de douleur… Mon corps entier fume, je reprends mon souffle regardant autour de moi, ma vision est légèrement flou le temps de reprendre totalement le contrôle. Je me relève, titubant vers l’homme au sol… « Craig ? … » Je m’approche de lui, me laissant tombé près de lui, posant mes mains sur lui pour le secouer, le réveiller… Je regarde son visage, j’ai l’impression de voir le parfait mélange de maman et de papa, tout comme moi, on se ressemble. J’en ai presque des larmes aux yeux… Mon frère… mon jumeaux… « Hey … Craig, réveille-toi… ! » Pas le choix, je lui mets un claque sur la joue pour le sortir de son état.

Il finit par ouvrir les yeux, je me tiens au-dessus de lui, timidement je reprends la parole. « Craig, c’est toi ? …. » Je viens glisser sa main sur sa joue, histoire de maintenir sa tête.


code by Joh.A


« RIDE OR DIE »
«Depuis que je suis petite je passe ma vie à attendre. Attendre quelque chose, attendre qu’il se passe vraiment un truc bien. Maintenant au moins j’ai un but. Je te suivrais jusqu’à la fin !»
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 1 Mai - 22:53
Je revois encore et encore cette scène. Emma se faire enlever par cette jeune femme blonde. Mon inconscience sur le champ de bataille me joue des tours. Je la vois porter ma sœur et s’éloigner. Mais cette fois-ci rien n’est jouer. Je me transforme en rider. Je cours après elle et la rattrape. Lorsque je pose la main sur son épaule, et qu’elle se retourne, je fais volte-face avec une autre rider. Ma sœur a disparu des bras de cette dernière. Et lorsqu’elle reprend forme humaine, elle devient celle que je viens de combattre. « Emma?! »

J’ouvre les yeux en cherchant ma respiration comme si je venais de me noyer et en criant son prénom « Emma ?! » Mon souffle se calme et je me repose dans ses bras. Elle me demande si je suis bien Craig. Je fais un oui de la tête, silencieusement. Je me mets à tousser. Cette sensation d’avoir un cendrier dans la gorge, m’empêche de parler. Je me redresse et me lève. Je finis par avaler assez de salive pour pouvoir faire vibrer mes cordes vocales. « Alors… Tu es ma sœur… ? » Je lui fais face mais détourne aussitôt le regard. Je ne sais pas vraiment quoi penser.

Elle est une rider, elle aussi. C’est de famille après tout. Le vieux aurait pu me le dire. Ce qui est encore plus inquiétant c’est que maintenant, tout prend sens. Si je n’avais pas vu Emma se faire enlever dans mes rêves, j’aurais pensé qu’elle serait morte elle aussi. La rage m’a animé. Mais aussi l’espoir. Un juste équilibre entre le bien et le mal. Entre la justice et la vengeance. Si l’humain a cherché vengeance, Zarathos s’est retiré du combat pour la justice. Elle n’est pas coupable. Tout ça me fait mal au crâne. « Ok, alors, t’es ma frangine. Donc… Je suppose qu’on a pas mal de temps à rattraper. Et… Bordel, y’a pas une notice avec ce genre de moment. Comment ça se passe ? On se fait des câlins genre, c’est chouette de te retrouver ?! On vient de se foutre sur la gueule. Et j’ai encore un tas de questions en suspens, mais au final, j’ai l’impression que tout le monde s’en fout des putains de réponses. Merde ! »

Je donne un coup de pied dans une motte de terre. Pourquoi rien n’est simple ? Ce qui est sûr c’est que tout envoyer chier, ça l’est carrément. L’énervement est mon issue de secours. J’espère qu’elle ne compte pas sérieusement sur un câlin. Je veux bien être gentil et arrêter de la taper pour qu’on se parle, mais j’ai des limites. Et être tactile, très peu pour moi. Je fronce les sourcils. Merde… Elle m’effleurait la joue y’a pas cinq secondes. Elle l’a eu son geste affectif.

« Je suppose que tu m’en diras pas plus, parce qu’on a dû te dire autant de chose qu’à moi : papa est un cramé de la tête, tout comme nous. On a survécu à un incendie. Enfin deux, pour ma part… Bref… Je te ramène en ville. C’est sympa de te voir, mais on se fera une session potin un autre jour. » Je me dirige vers ma moto d’un pas décidé, l’air toujours aussi enervé.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 3124
» ma tête : Amber Heard
« LA MEILLEURE DES ASSISTANTES ! »


MY BRO — MY TWIN — MY LOVE

POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Lun 7 Mai - 20:46
Craig B. ∞ Emma B.
Tu ne peux pas vivre dans la peur
JJ'ai l'impression qu'il reprend ses esprits... Il fini par se lever et faire ... les cents pas. Je me lève moi aussi, les bras plier et je le regarde faire. « J'en ai bien l'impression. Je... Je croyais que tu étais mort. » Dis-je simplement en le regardant. C'est ... étrange de le voir, maintenant. Je peine à me souvenir de ces moments qu'on a partager ensemble, deux bambins inséparable depuis la naissance. On était si jeune à cette époque et il est là, devant moi. J'ai à la fois l'impression d'être une étrangère devant lui mais en même temps d'avoir toujours attendu cette partie de moi qu'il me manque depuis tant d'année... ce lien indéniable qu'on les jumeaux.

Il n'a pas l'air bien avec l'idée que l'on soit de la même famille ou que le destin s'amuse à nous jouer des tours à tout va. S'il a une mauvaise étoile au dessus de la tête qu'il en soit soulager sa jumelle aussi. On attire la peste et le collera sur nous j'ai bien l'impression. Il s'énerve, parle tout seul. Je ne sais pas vraiment comment réagir devant son comportement, je n'ose ni m'approcher ni ouvrir la bouche... Je laisse quelque seconde de suspend avant de commencer. « Moi je ne m'en fou pas Craig, on a beaucoup de chose à se dire. »

Il n'en fait qu'à sa tête, il est vif, on dirait papa. A faire l'autruche pour ne pas affronter ce qu'il y a devant lui. Je reste là, encré dans le sol, les bras croisés. « Non. » Et je camp sur mes positions et je ne dois pas avoir peur de lui, c'est mon frère... il ne me fera plus jamais de mal. J'attends qu'il se retourne vers moi pour m'avancer dans sa direction. « Ecoute moi bien Craig Blaze, t'as essayé de me tuer alors la moindre des choses c'est de discuter tu crois pas ! Et j'te demande pas la lune ! Tu ressembles trop à papa et j'ai pas envie de te perdre toi aussi alors tu descends de cette putain de moto, tu poses ton cul par terre et tu vas me parler! » J'avais le mérite d'être clair. On était tous les deux, pas d'Avengers pour nous faire la moral, pas de Steve pour me dire de me calmer et de Tony pour m'enflammer. On était entre frère et soeur.

« On croyait que tu étais mort après l'incendie, plus aucune trace de toi sauf des corps calcinés. Maman n'a plus parlé de toi pour pas que je me souvienne de ce qu'il s'est passé mais je n'ai jamais oublié que tu as existé au fond de ma tête. Maman est morte quand j'avais 8 ans, un démon la tué pour s'attaquer à papa et moi il m'avait kidnappé. On m'a placé dans une famille d'accueil à New York. Et j'ai découvert la vrai identité de papa quand j'avais une vingtaine d'année... Rien n'a été rose Craig, ta disparition, vivre sans père, la mort de maman, le kidnapping, huit jour dans un coffre de bagnole à être torturé, à cause de cette putain d'épuration de merde j'ai perdu ma famille d'accueil à cause du Rider, papa est parti pour ne plus causer de problème alors tu vois, là, ce que j'ai besoin c'est de parler avec MON frère et pas avec un putain de rebel à la con. Y a que toi qui peut me comprendre ici... » Tout comme lui, je sais ce que s'est que de se cacher derrière une carapace. Je le regarde droit dans les yeux sans bouger. J'étais sincère et je n'en avais rien à foutre du rebel blondinet avec sa veste de cuir et sa belle moto et de sa belle gueule. Je veux retrouver mon frère, la complicité que j'avais avec mon père, ce lien incassable qu'on les rider entre eux, avec mon jumeau, mon frère.


code by Joh.A


« RIDE OR DIE »
«Depuis que je suis petite je passe ma vie à attendre. Attendre quelque chose, attendre qu’il se passe vraiment un truc bien. Maintenant au moins j’ai un but. Je te suivrais jusqu’à la fin !»
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 8 Mai - 2:04
Elle croyait que j’étais mort, je la pensais kidnapper. Un point partout, la balle au centre. Mais ça n’est pas aussi simple, bordel. Elle ne peut pas juste être là, face à moi, pas aussi facilement. Et elle me soutient qu’elle ne se fout pas des réponses, mais je ne l’écoute qu’à moitié l’informant que je la ramène en ville. Je compte bien repartir aussi vite que je suis venu. C’est alors que j’ai reconnu en elle le caractère des Blaze. Je me fais incendier. Et pour une fois, c’est dans le sens imager des choses. J’arrête ma bécane et en descends pour lui faire face, prêt à remettre ça si elle continuait sur ce ton.

Mais ses mots tombent. Je ressemble à notre père. Elle l’a connu ?! Elle l’a vraiment connu ? Pourquoi pas moi ? Pourquoi ai-je juste été foutu dans une famille qui m’a détesté et méprisé ? Elle a eu cette chance… Même si elle pense avoir souffert, au moins, elle sait des choses alors que j’ai toujours été tenu éloigné de notre famille. Et elle continue, parlant de notre mère, papa qui est parti… Toutes ces choses. Je lui en veux et je l’envie rien que pour avoir pu partager un peu plus de temps leurs vies. Alors oui, j’suis un foutu rebelle blondinet à la con, mais bordel, c’est à cause de qui si j’en suis là ?!

Je me retiens difficilement de continuer à passer mes nerfs sur elle. J’observe le silence, mais une hargne brûle en moi. « Bordel. Tu fais chier, putain ! » dis-je en rageant plus dans mon coin qu’à son encontre. Je m’étais détourné d’elle et revenais de nouveau pour me planter face à elle, les yeux débordants de larmes. « T’avais pas une autre manière de me dire que notre mère est morte ?! N’ai pas de gosses, bordel ! Je n’imagine même pas ce que ça va être avec ces foutaises de père Noël ! » L’attaque, ma défense.

Même si je me rends bien compte que j’ai été mille fois trop loin, je n’y peux rien. C’est moi. Ce n’est pas une putain de façade. C’est juste moi. Je détourne clairement mon regard. Les larmes dégoulinent sur mes joues. Tant de regrets, tant d’espoir et tout se clos de cette manière. Les jumeaux Blaze réunit dans une bagarre et une engueulade. Mais dans tout ça, j’étais l’ingrat qui débarquait et remuait la merde, lui en foutant plein la tronche. Elle ne voulait que tenter de se défendre, s’expliquer, me calmer et me retenir en me faisant comprendre que je ne suis pas le seul.

Je ne peux pas m’excuser. Je ne l’ai jamais fait. Et même si je ne suis pas un genre à avoir un contact facile, je suis censé lui devoir au moins ça, mais c’est trop difficile. Je n’ai jamais eu une attitude normale. Jamais. Je reviens vers la tranchée que son corps a taillé dans la terre un peu plus tôt et m’assieds au bord, les pieds dans la boue. Je prends ma tête entre mes mains. Le silence revient. C’est ma façon d’arrêter de lui faire du mal, de m’excuser silencieusement et de lui avouer que je suis heureux de la retrouver. Quand on a la capacité émotionnelle d’une petite cuillère, c’est déjà beaucoup.

« Je n’ai pas espéré que des réponses en venant ici. J’ai voulu vous retrouver tous. Je ne sais pas ce que j’ai imaginé. Mais j’aurai dû m’attendre à une pareille merde. Et putain ! Il est où ce connard ? Il met au monde des mioches qui s’enflamment, il sait qu’il est maudit, et ne se dit pas qu’on a besoin de son aide pour piger tout ce merdier ?! Au lieu de ça, il fuit comme… Comme une foutue flipette. C’est pas mon père ça ! Même ce type qui m’a éduqué à coup de bâton est beaucoup plus dignes que lui. Au moins, il était présent. Même si je le hais pour ça. Je hais notre père tant il n’est qu’un foutu absent. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 3124
» ma tête : Amber Heard
« LA MEILLEURE DES ASSISTANTES ! »


MY BRO — MY TWIN — MY LOVE

POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Lun 11 Juin - 19:05
Craig B. ∞ Emma B.
Tu ne peux pas vivre dans la peur
N ’ai pas de gosse… J’ai comme une boulle qui m’est monté dans la gorge. « Va chier Craig ! » sifflais-je entre mes dents. Visiblement la seule façon qu’il a de se défendre des émotions c’est d’attaquer le premier. Mais il n’a toujours pas compris que je n’étais pas son ennemie… je suis comme lui une victime collatéral, je ne sais pas comment il a vécu jusqu’ici mais il a dû avoir lui aussi son lot de solitude et de souffrance. Alors pourquoi se l’infliger ? Je tourne en rond et je me demande encore ce que je fou ici … pour n’avoir aucun signe d’affection d’un jumeau qui n’en a rien à faire de moi sauf me faire du mal, il est comme le jumeau diabolique et je me fais avoir dans cette histoire.

Mais quand je me tourne pour l’écouter, il a des larmes dans les yeux, alors je baisse mes épaules, pour m’apaiser, me rapprochant de lui. Je suis naïve, certes, mais c’est comme ça. Je peux comprendre ses interrogations sur papa, moi aussi je lui en ai voulu un long moment de m’avoir abandonné… Je viens m’assoir à côté de Craig, silencieusement, les mains jointent sur mes genoux. « Désolé pour maman … je pensais que … s’était stupide, désolé. Maman n’a jamais dit à papa qu’on existait, je ne crois même pas qu’il connaisse ton existence, tu étais mort … Maman est allé le chercher quand j’ai disparu et mon ravisseur l’a suivi pour retrouver papa, il l’a brulé dans sa voiture. Papa s’en est tellement voulu qu’il est allé me chercher et m’a laisser au SHIELD et il a disparu. C’est sa manière d’être, quand il s’en veut, quand il a causé du tort il disparait pour ne plus en faire autour de lui… Mais c’est quelqu’un de bien et ça reste notre père. »

Je lui dis tout ça calmement, en regardant la boue au sol. Ma voix est tranquille, sans animosité, sans haine, juste calme. « Il ne reste que moi … désolé. » Il ne lui reste qu’une petite sœur, un père absent, quelque part en PLS et une mère enterré à Chicago. Il aurait peut-être préféré retrouver maman ou papa pour lui casser la gueule. A défaut je suis là. Je fini par tourner la tête vers lui. « Comment tu m’as retrouvé ? » Oui parce que après tout, s’il ignorait toute de nous… comment il est arrivé ici pour venir me casser la gueule et croire que s’était moi qui avait kidnappé la dite petite sœur de 3 ans à la crèche. J’aimerai bien, moi aussi, avoir des explications, comment il est arrivé ici, d’où est-ce qu’il vient…


code by Joh.A


« RIDE OR DIE »
«Depuis que je suis petite je passe ma vie à attendre. Attendre quelque chose, attendre qu’il se passe vraiment un truc bien. Maintenant au moins j’ai un but. Je te suivrais jusqu’à la fin !»
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Lun 11 Juin - 23:23
Le commentaire sur la maternité de cette sœur sortie d’outre-tombe passe mal. Apparemment j’ai touché une corde sensible. Mais traverser tout ça pour… Encore plus de questions. Et je ne suis pas au bout de mes peines. Je lui fais part de ma rancœur et de ma haine envers notre père. Un père lâche qui nous a foutu dans cette merde, et je dois le digérer correctement ? Sûrement pas. Elle s’excuse. Qu’elle ne compte pas sur les miennes. Il ne connait pas mon existence ? Sérieusement ? Alors qui m’a amené auprès de cette famille. Je recommence à m’énerver mais je ne vais clairement pas m’en prendre à la bonne personne. Je répète sa dernière phrase en manquant de m’étouffer dans un rire. « Quelqu’un de bien? Sérieusement ? Passer un pacte avec le diable et jeter une malédiction sur toute sa famille ça fait de lui quelqu’un de bien ? Et il a été là pour toi ? De ce que tu me dis, non ! Et là il se planque encore comme un… Un… » Je m’étais relevé de hargne avant de me laisser tomber de nouveau, dépité.

Elle se rapproche une nouvelle de fois de moi. J’ai beau avoir des larmes aux yeux, la colère paraît sur mon visage. Elle s’excuse une nouvelle fois, ce qui me fait soupirer. Avec des excuses, on ne paye rien… Je demande réparation. Et de la part du coupable. « Il te force à te traîner dans la boue pour protéger le peu d’honneur qu’il lui reste. Et dans tous les sens du terme, au niveau de la boue… Sois pas désolé, bordel. J’viens foutre ma merde et tu t’excuse. Tu n’y es pour rien, si ? » Je tire une clope de ma poche et la glisse entre mes lèvres mais ne l’allume pas pour autant. Elle me demande comme je l’ai retrouvé.

« J’te l’ai dis. J’ai eu ces visions de… Toi, genre… Maintenant. Et tu enlevais la petite toi. Un vieux qui a formé papa, m’a envoyé en Alaska pendant deux ans. Il est revenu pour me dire que je devais aller à New-York. Le reste… L’instinct… Je n’en sais rien… On est sérieusement obligé de parler de ça ? » Je prends ma clope entre mes doigts et me sens à la fois mal et énervé. Pour la première fois de ma vie, je n’ai juste aucune idée de la direction à prendre. Ma vie a toujours été linéaire. Fuir des parents tortionnaires en rejoignant un club de motard. Gagner du blé. Aller en taule. Dompter le rider. Retrouver ma sœur. Et là ? J’étais à un foutu carrefour avec aucune idée de quelle voie prendre.

Je ne dois pas craquer. Surtout pas. Non. Alors… Pourquoi je me retrouve la tête sur son épaule à masquer mes larmes qui coulent dans le creux de son cou ? Comment ? Mon corps tressaille à mesure que le chagrin évolue, me faisant hoqueter mes larmes, dans un soupire saccader digne d’un rire. Mais je suis loin de rire. Je pleure. Je me laisse complétement aller là où d’ordinaire j’ai toujours été froid et cynique. Je pleure contre celle que je frappais il y a peu. Cette sœur qui débarque de nulle part et que j’ai traqué.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 3124
» ma tête : Amber Heard
« LA MEILLEURE DES ASSISTANTES ! »


MY BRO — MY TWIN — MY LOVE

POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 3 Juil - 16:46
Craig B. ∞ Emma B.
Tu ne peux pas vivre dans la peur
Il a le feu au corps, c’est un Blaze. Et je ne peux pas le blâmer de détester papa. Au début moi aussi je lui en voulais de m’avoir abandonné, de n’être jamais venu me chercher, de ne s’être jamais occuper de moi… Qu’il était responsable de la mort de maman. Mais en apprenant à le connaitre… j’ai compris quel homme blessé il était, qu’il vivait depuis des années avec la culpabilité de la mort de son père, de maman. Impossible d’expliquer des sentiments et des sensations quand on rentrait chez lui, une maison remplie de souvenir de Roxanne. Impossible de parler de papa à Craig, surement trop tôt. Il faut un temps pour assimiler le truc, le digérer et on verra plus tard.

Je le laisse parler, sans le regarder, j’ai le regard rivé sur la boue, je ne sais pas vraiment quoi dire, quoi faire. Il y a cette sorte de lien étrange qui m’attire à Craig, la curiosité et même de l’amour alors que je ne le connais pas. Parce que depuis des années maintenant il m’a toujours manqué quelque chose, un morceau, l’impression de n’être qu’une partie de moi-même. Ma moitié manquante c’est mon jumeau. Et c’est vrai ce que l’on dit. On est en colère mais on ne peut pas se séparer. Il continue de se défouler, d’être agressif, il garde son masque de protection mais il finit rapidement par tomber ce qui me surprend mais en même temps me fait plaisir. Qu’il m’offre cette vue de lui à moi. Sa tête sur mon épaule, il est contre moi à sangloter. Je suis incapable d’imaginer toutes les horreurs qu’il a vu, qu’il a enduré mais maintenant il n’est plus tout seul.

Doucement, je penche ma tête contre la sienne, et me tourne légèrement pour le recevoir entre mes bras. L’un de mes bras se glisse dans son dos, et l’autre sur son épaule, ma main sur sa tête. « On est ensemble maintenant. » Murmurais-je, pressant légèrement mes bras pour le serrer, frottant son dos. Je le soutien, sans le juger, pour le moment je ne suis qu’amour envers mon frère. Il a besoin de quelqu’un et je suis là pour lui. « Laisse-toi aller, on est que tous les deux, lâche tout. » Ca ne pourra que lui faire du bien, je le soutiens dans mes bras. Je viens même déposer un baiser sur le haut de son front. Pendant qu’il pleure je réfléchis, on ne va ni parler de maman, ni de papa. Juste de nous, se retrouver, être ensemble. S’il vient d’Alaska il n’a rien avec lui, il doit surement être à l’hôtel ou quelque chose comme ça. « Tu vas venir chez moi, d’accord ? Tu n’as pas le droit de refuser… on a partagé un utérus pendant 9 mois après ça tu ne peux pas refuser mon canapé. » Ma voix est un peu amusé, je cherche à le détendre.

Je préfère le savoir chez moi, avec moi. Que de ne plus jamais le voir, qu’il disparaisse dans la nature. Je pense que ça me mettrait dans une rage folle. L’abandon je ne supporte plus, trop pour moi. Maintenant qu’il est là je ne le lâche plus. « Craig ? … Je te promets que je ne t’abandonnerai jamais, même si t’as l’air d’être le roi des cons. Il faut croire que toi et moi c’est pour la vie. » Je tapote son épaule, pauvre toi obliger de supporter une petite sœur comme moi. Et moi je te supporter jusqu’à la fin de notre vie. Si le destin a réuni deux riders ce n’est pas pour rien, et s’il nous a fait survivre jusqu’ici aussi ce n’est pas anodin.  


code by Joh.A


« RIDE OR DIE »
«Depuis que je suis petite je passe ma vie à attendre. Attendre quelque chose, attendre qu’il se passe vraiment un truc bien. Maintenant au moins j’ai un but. Je te suivrais jusqu’à la fin !»
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 3 Juil - 21:53
Je pleure et l’entends dire des choses méga-niaises et avec l’attitude qui va avec. Mais je suis juste incapable de réagir à ça, me laissant complétement aller. La dernière fois que j’ai pleuré ? Je ne m’en souviens pas, mais ça remonte avant cette histoire à la crèche. J’aimerai que ça soit un mensonge. J’aurai aimé ressentir normalement. Mais on ne m’en a pas laissé le loisir. D’ailleurs, je ne suis pas réellement triste. C’est plus comme si toute la pression s’évacuait par mon canal lacrymal. Ouai. J’suis une putain de cocotte-minute, et à force d’allumer le feu, je relâche la vapeur plutôt que d’éclater. Parce que j’compte bien continuer à tout cramer ! C’est du moins ce que je tente de me dire… Et si toute cette histoire me marque plus que la normale ? Non. Impossible. Je finis par me redresser lorsqu’elle m’informe que je vais aller chez elle. J’essuies mes larmes la fin de sa phrase par de l’utérus de notre mère. Je la regarde de travers. « Bordel… Je pense que je vais devoir te remettre une raclée rien que pour cette vanne… » Je ne le pense pas. D’ailleurs je finis par lâcher un petit rire. Elle rajoute qu’elle ne m’abandonnera pas. Pas maintenant en tout cas. Un minuteur s’est lancé quelque part. Elle finira par partir comme tous les autres. Je suis loin d’être un con, même si j’en suis le Roi.

« Si tu veux que je vienne crécher chez toi, vaut mieux qu’il y ait du stocks d’alcool et de pizza. Et bordel… Une douche chaude… Par pitié… » La dernière fois que j’ai pris une douche chaude remonte à il y a trois ans. Après ça, elles ont toutes été glaciales. Bon… Mes pouvoirs ont rendu le moment supportable mais… Je préfère n’avoir rien à faire pour me doucher, si ce n’est allumer l’eau et me laver.

« Bon… Maintenant que je ne chiale plus comme une gamine… Tu vas peut-être me dire ce que tu fais dans la vie ? Genre t’es une femme d’action, je présume ! Genre… Tueuse à gage ! Ou cambrioleuse ! Non ? » Quoi ? Même si on n’a pas grandi ensemble, elle reste une Blaze ! Elle ne peut pas être une foutue flic, si ?... Si ?! Je vois bien à son regard qu’elle semble dérangée par l’idée qu’elle fasse le mal. « Attends… T’es pas une flic? Ou je ne sais quel pion d’une agence gouvernementale, si… ? » Avant qu’elle n’ait le temps de répondre, des hélicos s’approchent dangereusement de nous à grande vitesse. Des types descendent en rappel, tous fusils pointés sur moi, me sommant de mettre les mains en évidence.

« Je crois que tes copains sont là… Je me les fais maintenant ? Ou j’attends sagement ? » En guise de main en l’air, je leur brandis mes majeurs. « Tirez-vous, bande de cons! Y’a réunion d’famille ! Et faite pas genre de pas avoir entendu mon ordre ! J’suis votre roi, paraît-ils… Bouffons… » Je me retiens de ne pas laisser le rider sortir. Tout le monde sait que les militaires et autres groupuscules armés ont plus d’un squelette dans leurs placards.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 3124
» ma tête : Amber Heard
« LA MEILLEURE DES ASSISTANTES ! »


MY BRO — MY TWIN — MY LOVE

POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Sam 21 Juil - 16:26
Craig B. ∞ Emma B.
Tu ne peux pas vivre dans la peur
Le regard dans celui de mon frère. Mon frère, un mot si lointain à mon oreille et pourtant le voilà plus vivant que jamais face à moi. Quel petit con celui-là. Je ne peux retenir un léger rire à sa réaction. « Même pas peur… » Soufflais-je, le regard un peu taquin. Nous sommes à force égales, le combat pourrait durer des heures et on finirait par arrêter d’ennuis. Comme des enfants enfermer dans une chambre sans jouet en bois pour se tuer.

Je lui propose ainsi de venir vivre chez moi, il est hors de question que je laisse mon frère vivre je ne sais où. Ses demandes sont pour le moins très étrange mais je hausse les épaules en disant. « Je devrais pouvoir te trouver ça quant à la douche… tu crois que je vie à l’âge de pierre ? » Même s’il est vrai qu’avoir le corps chaud comme la braise ça aide à ne pas ressentir l’eau froide. « Tu pourras prendre toutes les douches que tu veux, manger et boire tout ce que tu veux. » Je glisse ma main dans sa nuque pour la serrer doucement entre mes doigts et le rapprocher de moi pour embrasser sa tempe. C’est comme materné un sale gosse mais ce n’est pas n’importe quel sale gosse. Je suis triste que papa ne soit pas là pour voir ses enfants ensembles.

Malheureusement je n’ai pas le temps de répondre à sa question, qui risque de le décevoir. Des hélicoptères du SHIELD débarquent, certainement à cause du raffut que l’on a fait en ville. Ca va on n’a causé aucun blessé, ça aurait pu être pire nous avons été civilisé. Je baisse mes yeux sur mon bracelet que Stark m’a fabriqué pour me surveiller, celui-ci clignote. « Et merde… Craig Calme toi…, je gère c’est bon. » Je me lève, recouverte de boue, je fais signe de mes bras pour montrer que je suis lui. « Tout va bien, vous pouvez vous en aller. » Un homme armé s’approche de moi. « Mademoiselle Blaze ? Monsieur Stark nous envoie vous chercher pour vous mettre en sécurité. Veuillez-nous suivre. » Je lève les yeux, Tony. En temps normal j’aurais suivis mais pas cette fois, je ne laisserai pas mon frère se faire entraîner là-dedans.

« Non, pas cette fois. Je reste ici et dite à Tony que tout va bien. Je suis en sécurité avec mon frère. » Un autre soldat essaye de s’approcher de mon frère par le côté. Je tourne aussitôt la tête vers lui pointant ma main vers lui. « Si j’étais vous je n’essayerai pas, même pas en rêve. » Je ne peux pas dire que je connaisse mon frère aussi bien que je le voudrais mais j’ai compris qu’il n’était pas quelqu’un de très … fréquentable. Qu’importe-il reste mon frère.

Ils semblent tous un peu sous le choc de savoir que le deuxième rider n’est autre qu’un nouveau Blaze. « Sans rire, allez-vous-en. Sinon ça va mal aller, il n’y a personne à des kilomètres. Sauver vos vies et rentrer chez vous tant que c’est calme. » C’est un dernier avertissement avant que mon rider comme celui de Craig se laisse aller pour un petit déjeuner. J’entends vers les forces en position en arrière : Monsieur Stark en ligne sécurisé. « Dite lui que je vais bien et que vous pouvez partir… s’il vous plait. Pour la dernière fois. » Je recule pour me mettre près de mon frère. « Tu peux nous sortir de là sans blesser personnes ? Ca me mettrait dans une position fâcheuse vois-tu. »  


code by Joh.A


« RIDE OR DIE »
«Depuis que je suis petite je passe ma vie à attendre. Attendre quelque chose, attendre qu’il se passe vraiment un truc bien. Maintenant au moins j’ai un but. Je te suivrais jusqu’à la fin !»
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Sam 28 Juil - 14:26


Ç’aurait pu être cool de la retrouver et de se laisser à cette douceur qu’elle m’offre en tant que sœur. Pour sûr, ça sonne comme un épisode de Game of Thrones ce rapprochement mais… Merde, c’est ma sœur et je ne suis pas un foutu Lannister consanguin ni un redneck du Texas. Je me laisse simplement exister dans ses bras jusqu’à ce que… Putain des hélicoptères de merde, ouai. Et des types armés jusqu’aux dents qui en descendent. Je me relève, sur le qui-vive, annonçant l’arrivée de ces branquignoles à Emma. Elle me dit qu’elle gère. Bizarrement ? Elle ne me rassure pas vraiment… Tout va bien ? Tant que ces fils de Hutt braquent leurs fusils sur moi, ça ne risque pas d’aller.

Les poings serrés tout autant que la mâchoire, j’écoute le soldat parler. En sécurité ? Sérieusement ? Ils veulent la mettre en sécurité ?! J’ai envie de me marrer, mais ce serait mal venu. Un des types me contourne par le flanc. Je tourne la tête vers lui pour l’avoir dans mon champ de vision. Elle a beau les prévenir que ça va mal se passer, ils n’entendent rien. Et Monsieur Stark… Un nom qui revient sur le tapis. Le regard noir, mon expression du visage atteste de la violence que je m’apprête à commettre. Bordel, si je veux avoir une chance, il va falloir que j’invoque le rider. Je ne pourrai même pas en profiter… Elle se tourne vers moi et me demande de nous sortir de là sans blesser personne. « Tu sais ce que disent les mômes, pas vrai ? C’est eux qui ont commencer ! » L’autre soldat s’approche un peu trop, prés à sortir son bâton électrique pour me sonner, tout en gardant le fusil braqué sur moi.

J’attrape le canon de son arme et d’une voix plein de cynisme, je dis d’un souffle « T’as dû sécher quelques cours de ta formation de trous du cul, toi pas vrai ! » Je tire d’un coup sur son arme pour le faire venir à moi. D’une clef de bras, je fais voler sur fusil et attrape son arme de poing pour ensuite glisser mon bras sous sa gorge et plaquer l’arme sur sa tempe. Mon regard croise une fraction de seconde celui de ma sœur. « Quoi?! Il est pas mort au moins… » J’observe ensuite les trou du culs armés qui me font face. « Les guignols, vous allez embarquer gentiment dans vos hélicos avant que je ne perde patience ! » Mais rien n’y fait. Mon bras sous la gorge de mon kidnappé commence à chauffer et ses cris de peurs et de douleurs résonnent.

Ils me cherchent ? Ils vont me trouver… Et merde. Pourquoi ai-je regardé de nouveau ma sœur ? Mon bras s’arrête de chauffer et je relâche le garde. Je démonte son flingue en pièce détachées d’un geste habile avant de lui jeter dessus. « Tirez-vous, putain… »
Contenu sponsorisé
GÉNÉRAL.
POUVOIR.

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to the Game :: New York :: Manhattan-