N-Y, AVRIL / MAI 2018
MÉTÉO : Il fait globalement beau, le temps est agréable malgré un peu de pluie quelque fois. Nous tournons sur une moyenne de 15°c, un peu d'air frais et un beau soleil dégagé. Mais ce n'est pas l'été, garder votre veste et votre parapluie dans un coin de la maison.

NEWSLETTER DE JUILLET 2018



+ 100 $ ▬ Pour le groupe AVENGERS
+ 50 $ ▬ Pour les groupes VILAIN et X-MEN

» SALES du 04.06.18 au 30.06.18

» INTRIGUE #1 Secret Wars
Attention à vos fesses !

» MISSION #1 Event that goes wrong est ouverte ! Elle prendra fin le 26 août.


 :: Welcome to the Game :: New York :: Manhattan :: Commerces :: The Last Drop

I wanna do bad things with you

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 27 Fév - 1:52


ft. Kieran && Craig

Trop chic. Trop délabré. Trop vide. Trop pompeux. Trop discothèque. Jusqu’ici, je n’ai vu aucun bar pouvant me servir de repère secret digne de ce nom. Le genre d’endroit où l’on vient picoler et passer des deals avec d’autres gars. Leçon numéro un d’un bon revendeur d’armes, drogues et produits de contrebande : avoir un réseau bien ficelé. Et pour ça, on oublie les soirées peinardes à rester planté devant la TV en regardant je ne sais quelle série à la con sur des clans de chevaliers qui baisent entre frères et sœurs. Je me cherche donc une rade à la fois peinarde mais visité !

Je finis par tomber sur une enseigne qui ne paye pas de mine. Le genre qui me plaît bien. Je me stationne devant et descends de ma moto pour en descendre et me diriger vers l’entrée. Je franchis la porte et m’assieds au comptoir. C’est assez calme, mais l’heure n’est sans doute pas la bonne en début d’après-midi. Il semblerait que New-York n’ait pas été suffisamment détruit. Les gens continuent de travailler. Quelle bande de nazes… Ils se cassent le dos pour deux sous, tandis que j’ai toujours profité pleinement de chaque instant. Il m’a toujours suffi d’un deal ou deux pour amasser du blé à foison.

J’attends un peu avant que la barmaid ne sorte de nulle part. C’est un peu comme si le temps venait de s’arrêter. Je ne peux détacher mon regard d’elle. Si je n’étais pas aussi tendu, j’en serai bouche bée. J’ai l’impression d’entendre Careless Whisper de George Michael. Le genre de truc chiant au possible que je n’écoute jamais hors de leurs contextes. Ses cheveux bruns s’agitent dans les airs, embaumant les environs proches de son parfum. Et je suis assez proche pour que cela me parvienne. Elle s’approche de moi d’un pas léger. Je ne peux me décrocher de cette contemplation.

Sauf pour lui accorder un de mes fameux sourires dont je suis l’unique détenteur de leurs secrets. Le temps a repris son court normal. Il ne faudrait pas que je tombe amoureux non plus. « Salut beauté ! » C’est suffisant comme introduction pour le moment. Je garde mon sourire aux lèvres et ajoute « Je prendrais un whisky. Ton meilleur ! » J’extirpe un billet de ma poche que je pose sur le comptoir. Je ne sais pas combien vaut le verre exactement, mais je sais que ce billet peut couvrir bien des dépenses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 130
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Mar 27 Fév - 8:47

Just like Fire






Encore une journée comme les autres. Une matinée plutôt calme avec la présence de quelques habitué avec lesquels j’ai fait un brin de conversation comme à mon habitude. Un midi un peu plus actif avec ceux qui vienne prendre un verre avant de rattaquer leur boulot chiant comme la pluie et ensuite viennent les clients de bar lambda venue chercher un café comme n’importe où ailleurs. Ce ne sont pas mes clients préférer, ils sont souvent refermer sur eux même, lise leur journal ou les info sur leur téléphone et font abstraction de ce qui les entours. Avec le nombre de bar dans cette ville si je veux rester à flot j’ai deux trois point à ne pas négligé :

Premièrement, toujours avoir des produits de qualité, je fais venir les meilleurs produits directement importé d’Ecosse, et les seuls chose que je prends de ce pays viens de petit producteur qui en vaux la peine. Deuxièmement, garder des prix attractif pour ne pas se limité à un seul type de clients, je ne croule pas sous les dettes et j’ai assez d’argents pour ne pas trop margé sur la marchandise ce qui est vraiment une bonne chose pour moi… et de trois, fidélisé la clientèle en parlant un peu avec chaque client, j’essaye de me souvenir des petits problème que chacun viens pleurer sur mon comptoir et je fait quelques ristourne à ceux qui viennes régulièrement.

Un vrai barman s’arracherait les cheveux de voir l’argent que je pourrais faire, tout le profit que je laisse de côté. Mais je m’en moque, je ne fait pas ça pour l’argent, Si j’avais voulu faire de l’argent je n’aurais pas ouvert un Pub, pas avec mon niveau de connaissance. Non je voulais simplement ne jamais être seule… jamais.

On arrive donc à la période creuse de la journée, le moment où je m’ennuie toujours un peu et où je tourne comme un lion en cage. Certaine fois je m’arrange pour avoir Lucian avec moi ou même Silke. Mais aujourd’hui Lucian travail et je n’ai pas vu Silke depuis plusieurs jour. Dieu seul sais ou il est encore partie se fourrer… Tout ce que j’espère c’est qu’il va pas encore revenir en loup tout miteux à dégueulasser le plancher sinon je lui crame le bout des oreilles…

A la place pour m’occuper, je range, je fait un brin de ménage dans ce Pub déjà clean, je ramène des bouteilles de la réserve, je prépare ma pâte à scone et les accompagnements pour le soir. Je reviens dans la salle à chaque fois que le son de la porte d’entrée se fait entendre. Je m’occupe de mes clients et les laisses profité en toute tranquillité, c’est ce qu’ils veulent à cette heure là.

La porte se fait de nouveau entendre après qu’un ronflement de moto ai rugit devant la porte. Je reviens dans la salle et j’avoue être surprise de voir le nouveau client assis au bar. Le genre jeune biker sur de lui ça fait plutôt parti des clients que je vois le soir, mais après tout ce monde est un peu en vrac ces dernier temps.

Je m’approche en souriant comme à mon habitude et me place en face de lui de l’autre côté du comptoirs.

- Bonjour à toi, qu’est ce que je te sert.

Je lui adresse un sourire en coin amusé et je hoche la tête.

- Whisky, ça marche tu es au bon endroit, j’ai ce qu’il te faut.

L’idée de servir le « meilleur » whisky j’ai toujours trouver cela étrange car dire qu’un whisky est meilleur qu’un autre est une notion totalement subjective… mais bon j’ai fini par me faire à cette vision très Américaine des choses. Je me tourne et prend une bouteille en hauteur en me hissant légèrement sur la pointe des pieds. Je me suis mise à l’aise pour travailler. Débardeur noir un peu ample, jeans slim vert « foret » comme on peut lire sur l’étiquette intérieur et botte à talon léger.

Je lui sers un verre et pose la bouteille près de moi. Sans glace bien évidement, c’est une coutume que je trouve barbare chez ces ricain que de dénaturer un bon whisky en ajoutant des glaçons dedans. Brrrr… Je ne le fait jamais de mon plein grès et si il veux de la glace dans ce sublime whisky il aura droit à mon regard d’Écossaise hautaine et pleine de réprobation. Je pose le verre devant lui et prends son billet.

- Lagavulin, Single malt bien évidement, produit sur l’île d’Islay en Écosse, très parfumé, grande qualité et sont goût plaît au plus grand nombre. c’est vraiment une valeur sur dans le domaine des whisky d’excellence.

Je lui rend la monnaie sur son billet et range les verres que j’ai lavé ce midi. J’attends ses réactions même si je pense taper juste avec le type de whisky. Je garde un œil sur lui tout en m’occupant de mon côté. Il a le look bad boy dragueur et j’ai bien vu comment il me regardai mais à vrai dire je suis plutôt habitué vu le métier que je fais. J’ai eu bien pire que de simple regard au début mais les premiers gros lourds se sont vite rendu compte que je n’étais pas une demoiselle en détresse et qu’une Écossaise ça possède plus de cran que certain homme… certes, j’ai aussi une grande confiance en moi au vu de mes dons hors norme qui me protège en toute circonstance...

Je reviens me posé devant lui les avant bras posé sur mon côté du comptoir.

- Alors dit moi ? Qu’est ce que tu en pense ? Si tu es un amateur de Whisky il faudrait que tu me dise ce que tu aime, tes goûts, ce qui te fait vibrer. Je pourrais t’orienter sur quelque chose de plus personnel




Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 27 Fév - 11:13
C’est si mal que ça de se rincer l’œil ? Je n’y peux rien, elle m’a tapé dedans, cette jolie brune. Surtout lorsqu’elle sourit. Je pourrai, je la dévorerai du regard. Je lui commande un whisky, suite à sa question. Elle m’informe que je suis au bon endroit. « Et on dirait bien que c’est endroit a encore bien plus à offrir qu’un simple verre ! » dis-je dans ma barbe. Elle se retourne et se met sur la pointe des pieds. Je penche la tête sur le côté, regardant son postérieur. Je redresse la tête avant qu’elle ne soit de nouveau en face de moi, un sourire aux bordes des lèvres. Elle me fait un topo sur son whisky, me donnant même le nom. Tout en plantant mes yeux dans les siens je lui donne des infos sur celui qui s’apprête à boire. « Craig Blaze, 26 ans d’âge. Originaire du Kansas. Niveau parfum, je me contente d’un déodorant. Niveau goût, ça, ce n’est pas à moi de le dire. » J’attrape le verre et le sirote, laissant la monnaie qu’elle me rend sur place. Je n’ai que faire de les récupérer. Je suis occupé à autre chose.

Elle se rapproche de moi, me demandant ce que j’en pense. Elle veut m’orienter vers quelque chose de plus personnel. Mais… Elle me drague elle aussi ? « Oh tu veux attaquer les choses sérieuses ? Ok. Ce qui me fait vibrer, c’est de voir que ce bar a l’air super bien géré et par un bout de femme comme toi. Je vois que tu as de très bon whisky en stock. J’espère que ça ne te dérange pas si je finis par faire venir mon courrier directement ici, parce que je compte bien y passer des heures, et j’encaisse super bien l’alcool. » Je me suis un peu penché en avant comme pour rapprocher nos visages. Un peu comme si l’on allait se confier des messes basses.

Ce moment où je me demande s’il ne vaut pas mieux agir plutôt que de parler… Je me jetterai bien de l’autre côté du comptoir pour arracher nos vêtements et lui montrer qu’elle vient de trouver l’homme de sa vie. Mais mon objectif aujourd’hui est de me créer un réseau. Et ce genre de plan finit souvent avec une baffe et une interdiction de revenir. Je hais avoir des plans… Je dois me contenter d’être sage et de laisser les choses se faire. Je me redresse et jette un coup d’œil circulaire pour admirer la décoration. Je regarde surtout quelle surface serait la plus idéale pour que nous nous donnions du plaisir dessus. Sur ce comptoir ? Sur cette table ? Ou celle-ci ? Ou encore sur le billard ? Dans le doute, ce serait peut-être cool de tout tester et retester… Au moins on saurait quel endroit on préfère.

Je recentre mon attention sur elle, lui jetant de nouveau un de mes regards perçants. « Et si tu me disais ce qu’il te fait plutôt vibrer ? » Je sais parfaitement à quel jeu je me donne : je tente de la draguer sans réellement me cacher. J’espère pour elle qu’elle n’a pas de gars. Ça va être compliqué de jongler, car je suis du genre omniprésent, comme garçon.

Je passe la main dans mon bouc avant de revenir vers mes cheveux et de les replaquer vers l’arrière. Un mouvement naturel qui m’est dû à ma longueur capillaire et ma pilosité faciale. Un vieux réflexe. « Je suis sûr que tu n’es pas insensible au charme naturel d’un biker dans mon genre, pas vrai ? » Mes lèvres se tordent encore un peu plus, accompagnant un regard de plus en plus coquin. Le tout c’est de trouver le juste équilibre entre le dragueur lourd et le prince charmant. En tant que bad boy, on a tôt fait de sombrer plus d’un côté ou de l’autre. Ce serait dommage que je paraisse pour ce que je ne suis pas. Je suis du genre véritable.

Je ne lui laisse pas vraiment le temps de répondre que j’enchaîne « Parce que si l’envie t’en prends, on peut grimper sur ma moto et aller se balader… Je suis sûr que tu n’as jamais vu la ville où t’habite de la manière dont je la perçois. Et crois-moi, je vois bien des choses. » Mon regard tombe cette fois sur ce que son débardeur a à m’offrir comme décolleté.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 130
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Mer 28 Fév - 8:41

Just like Fire






Je ne peux m’empêcher de sourire d’avantage lorsqu’il me fait une présentation à la manière d’une bonne bouteille comme je viens de lui sortir. Le moins que l’on puisse dire c’est que cet homme m’amuse.

- Et bien maintenant que les présentation sont faite je vais pouvoir vous laissez sans chaperon tout les deux alors ?

Je fixe mon regard dans le siens et ce qu’il me dit après me fait rire. Il ne serais pas le premier à me draguer ici, et ce ne sera certainement pas le dernier mais je crois que pour l’instant aucun d’eux ne ma autant déshabiller du regard. Je crois que son regard pourrais me bruler la peau tellement il est intense. Enfin si je pouvais me brûler bien évidement… Il n’est seulement qu’à quelques centimètre de moi et l’espace d’un instant je me dit qu’il va bondir par dessus le comptoir pour me sauter dessus. Heureusement monsieur est raisonnable. Je me recule également et prend un torchon machinalement.

- Je prends le compliment, ce Pub c’est mon bébé. Je suis ravie qu'il te plaise.

Je penche la tête de coté et ramène ma crinière brune en arrière.

- Mais quand je parlais de vibrer je parlais surtout aux niveaux de tes sens pour une dégustation d’alcool. La tourbe, les épices, l’iode, les fruits… ce sont tous des parfum qui titille nos sens.

Même si j’ai plutôt l’impression que c’est d’autres sens qu’il a envie de titiller pour le moment… mais ça je me garde bien de le dire. Il me demande qu’est ce qui me fait vibrer à mon tour et je réfléchit un instant. Je plisse les yeux avec un léger sourire.

- Je dirais les épices. D’un point de vu général, que ça soit dans ma vie ou pour un bon verre j’aime ce qui est épicé. J’aime allié douceur et peps… En ce moment je dirais que je suis plus porté sur les rhum brun doux et épicé à la fois.

Je repose mon torchon et je le regarde du coin de l’oeil. Il est sur de lui le petit coq. Cela m’amuse je n’y peux rien, j’ai toujours aimé jouer avec le feu. Un jour cela m’attirera sûrement des problème mais bon… je suis une fille qui n’a pas assez profité de sa jeunesse et qui se rattrape à l’âge adulte. Dans un pays comme celui ci je ne vois pas ou est le mal.

Le biker roule des mécanique et me propose même une petite viré en moto avec lui. Je hoche négativement de la tête en voyant son regard coulé à pique vers mes seins. Rhaa les hommes… aux moins il n’essaye pas de jouer du violon et se la joue cash. C’est quelque chose de bien avec ce genre d’homme. Ils n’essayent pas de tromper leur monde en promettant monts et merveilles. Là tout ce que ce biker me propose c’est une viré en moto avec supplément chevauché fantastique. Je me baisse pour avoir mes yeux au niveau de son regard.

- Oh oh… et tu leur propose à toute ce genre de chose avant d’obtenir ce que tu veux et les laisser sur le bord de la route ? Hhhmmm je vais passer mon tour en plus je suis en service.

Je me penche un peux vers lui en chuchotant.

- Et puis, Craig… qui te dit que je craque pour les biker blondinet ? Oh c’est sur le style bad boy ça à toujours sont petit effet, c’est toujours très sexy mais je dirais que mon style d’homme c’est… un hommes grand, tailler comme un ours, les cheveux d’un noir d’encre et une élégance à l’anglaise qui le rend craquant au possible…un peu comme mon mec en fait…

Je me redresse avec le sourire et prend une autre bouteille derrière moi en voyant son verre presque vide.

- Donc j’ai bien peur de devoir refroidir tes ardeurs je ne suis pas libre… et puis si mon homme te vois me tourné autour… J’espère que tu n’as pas le mal de l’air car tu pourrais apprendre à volé… Il est légèrement jaloux. Je trouve ça adorable.

Oh oui le mignon petit biker pourrais volé… au sens propre du terme. Un petit ami télékinésiste dans le genre jaloux possessif… Silke est déjà passer par la fenêtre un nombre incalculable de fois… à croire que c’est devenue leur rituel pour se dire bonjour… Je ne cherche pas à comprendre, tant qu’ils ne se font pas vraiment mal je m’en fiche. Ce sont des grands gamin doublé d’anglais…

- Mais cela ne t’empêche pas de prendre un verre ici bien évidement. J’ai pas mal d’habituer, j’ai également un ami écrivain qui passe les trois quart de sont temps ici donc je ne vois pas le problème à ce que tu reste ce serai même avec plaisir.

Je pose la nouvelle bouteille sur le comptoir et croise les bras.

- Pour ce qui est de ton courrier par contre, je ne vois pas d’objection à ce qu’il soit livré ici ci ce n’est pas des choses qui pourrais me porter préjudice bien sur…

Je me penche un peu en avant avec un léger sourire en coin.

- Je me méfie des bad boy… vous avez toujours tendance à apporté des ennuies avec vous, c’est l’un de vos charmes mais je n’aimerais pas que mon bébé soit entaché tu comprends ?





Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Sam 10 Mar - 12:36
L’humour de la jeune femme me plaît. L’idée d’une relation fusionnelle avec une bouteille me ressemble certes pas mal, même si malheureusement l’alcool n’a que très peu d’effet sur moi. Le Rider crame tout dans mon foie. Je ne peux pas me résoudre à laisser passer pareille occasion de jouer sur le même terrain qu’elle. « Ne t’en fais pas, je serais sage. En tout cas avec cette bouteille. » Je maintiens mon regard d’une façon à lui faire comprendre que je ne compte pas être sage avec la jeune femme. Elle s’était rapprochée suffisamment de moi. Je savais qu’elle avait planté ses yeux dans les miens. Je connaissais suffisamment ma gueule pour affirmer que j’avais une façon de fixer assez singulière. Elle m’apprend qu’elle n’est pas juste barmaid est accepte mon compliment. « Oh je vois. Bien joué. Je m’y sens vraiment… A l’aise. » Et elle explique ce qu’elle voulait insinuer pas le mot vibrer. J’avais compris la première fois. Et je comprends toujours, mais en reposant mon verre après avoir avalé une gorgée, je passe ma langue sur ma lèvre inférieure pour en retirer le whisky et reprendre d’une voix assez mélodique dans les gammes graves. « C’est fou. Ce whisky est bon, mais je ne capte pas autant son parfum que le tien… Et ça me conforte dans l’idée que ce n’est pas la picole qui m’intéresse en ce moment même. »

Elle s’éloigne un peu plus. Je connais ce genre de jeu. Elle se laisse amadouer sur mon terrain. Je lui propose une balade en moto, qu’elle refuse. Elle se rapproche, chuchote. Oh non ça ne peut clairement pas être aussi facile. Surtout lorsqu’elle dit que le côté bad boy est sexy. Mais elle se met à décrire son style de mec. Pardon. Le style de son mec. Je n’en démords pas et garde le même sourire et regard. D’autant plus lorsqu’elle me parle de la jalousie de son bonhomme et qu’elle me menace à sa place. A vrai dire, je me retiens même de ne pas éclater de rire. « Oh je vois… Tu tentes de te raccrocher à ton couple pour essayer de ne pas te laisser aller, c’est ça ? Ne t’en fais pas… Je vais être gentil et ne pas trop te tenter. Par contre, si tu penses m’effrayer en décrivant ton copain comme une force de la nature, c’est raté. » L’endroit est suffisamment sombre pour que le rider sorte. Si elle veut une démonstration… « Puis la jalousie est un défaut que je ne connais pas, ma belle. » Et je serais complétement en paix avec moi-même, si nous venions à coucher ensemble.

Elle radoucit son discours. Je l’ai sans doute intéressé avec mon idée de squatter le pub. Je ne perds pas de vue mon objectif premier : me faire des contacts. Elle accepte même la livraison de courier. J’accepte d’un mouvement de tête, mais très vite jauge le terrain pour savoir à quel point je suis un bad boy. Mon visage passe du dragueur au véritable mauvais garçon. Celui qui a eu son quota de galère et qui a déjà fait couler le sang. « Les seuls ennuis que je pourrai ramener ici sont ceux que je m’y créerai. Je suis officiellement mort et assez loin de chez moi pour que personne ne me connaisse. Et je n’apporte pas la merde là où je squatte. C’est une règle d’or. Par contre, si t’as des contacts qui pourrait me filer du boulot, je suis preneur. Et pas le genre de boulot où on se pète le deux pour deux balles. Je parle d’un truc qui paye. Non pas que je cours après l’argent, mais l’adrénaline c’est mon crédo. »

Je finis le deuxième verre qu’elle m’a servi et le pousse verre elle. Comme si je m’apprêtais à passer un pacte silencieux avec elle, en l’incitant à me resservir. Même si j’ai bien dans l’idée de me recréer un réseau, ça ne m’empêche pas de continuer de la déshabiller du regard. D’ailleurs, j’aimerai vraiment que son mec débarque en ce moment même. Juste pour qu’il sache qu’il a de quoi s’inquiéter, et que s’il veut jouer à celui qui a la plus grosse, je suis prêt à me mesurer à lui. Même si l’idée de coucher avec la barmaid ne me dérange pas, celle de me battre me plaît fortement. Je suis un peu trop rouillé depuis cette prison. Ça me manque.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 130
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Mar 20 Mar - 10:35

Just like Fire






Ce Biker tout feu tout flamme ne doute de rien surtout pas de ses capacité contre mon Lucian et pourtant… Si il savait le pauvre remballerai sa fierté et détournerais les talons. Certaine fille trouverais sûrement ça lourd qu’un gars insiste de la sorte même après l’argument du petit amis pas commode aux allure d’ours en rogne mais moi je trouve la situation plutôt amusante. Peut-être par ce que j’ai été trop réprimer avant de quitter la maison, je compense en jouant au chat et à la souris avec des hommes parfois peu  recommandable. Mais qui à dit que j’étais la souris ?

Je ris et penche la tête sur le coté en plissant les yeux avec un air malicieux lorsqu’il me dit que je me cache derrière mon homme.

- Oh mais non je n’ai pas besoin de me raccrocher à mon homme. Je vous dit juste ce qu’il en est mon cher. Et puis j’ai un autre petit secret…

Je me penche un peu comme pour rentrer dans la confidence.

- Je n’ai pas besoin de mon homme pour me protéger et me garder dans la ligne droite … je suis une grande fille pleine de ressource crois moi, je n’ai jamais eu besoin qu’on prenne soin de moi et je suis assez grande pour savoir ce que je veux ou non…

Oh que non je n’ai pas besoin d’homme pour me protéger. Ce serais plutôt les autres qu’il faudrait protéger de moi lorsque je part en vrille. C’est la que mon homme intervient. Il calme mes angoisses et m’aide à canalisé la colère et le feu en moi. Bon a part pendant les disputes de couple. Un télékinésiste et une pyrokinésiste qui s’engueule ça part toujours un peu en vrille…

Je vois son regard changer jusqu’à devenir plus sombre et profond. Il me parle de sa voix basse et je pense qu’il lève un léger voile sur ce qu’il est vraiment. Quelqu’un d’encore plus sombre qu’il n’y parait. Je frissonne légèrement. Non ce n’est pas de la peur, mon casi-colocataire à une part obscure et démoniaque à part entière alors je ne craint plus vraiment ce genre de chose. Je ne saurais pas vraiment expliquer ce frisson, ni ce qu’il ma pris par la tête lorsque j’ai ouvert la bouche pour lui répondre.

- Tu peux bosser la un moment si tu veux.

Je plante et le fixe avec de grand yeux rond comme si quelqu’un avait parler à ma place. Je baisse le regarde et lui sert un autre verre pour casser ce moment gênant.

- Enfin je veux dire… Oui je doit avoir des contacte avec des fournisseurs ou ceux qui m’ont aider à m’installer… Parce que bon, bosser dans mon pub ça n’as rien d’excitant et le salaire serais pas mirobolant, a part si tu te fait des pourboire en ramenant de la clientèle féminine... Parce que c'est vrai que de ce coté là tu pourrais être un atout.

Je souris pour faire passer ça le mieux possible et je prends un verre pour me servir à mon tour. Je crois que je vais boire a mon tour ça m’évitera de dire des connerie plus grosse que moi.

- Enfin bon du coup tu es du genre loup solitaire quoi ? On a quelques point commun. Je suis très loin de chez moi et je suis officiellement morte aux yeux des miens…

Je lui souris avec un air canaille.

- Je passe pour une envoyer du diable aux yeux des miens, je sais on ne dirais pas comme ça avec ma tête de fille bien ranger hein… Tu devrais faire attention bad boy, les apparences sont trompeuse je suis peut-être moins recommendable que toi...

Je ris malgré cette vérité dévoilé sous forme de plaisanterie. Oui forcément dans une famille de noble très porté sur la religion une enfant qui créer des flammes et qui ne craint pas la feu c’est soit une sorcière soit une incarnation du Diable… Je prends une gorgé pour laisser couler ces vilains souvenir qui ne m’apporte rien de bon, simplement des risque d’angoisse et de dérapage non contrôler… yerk… inconsciemment j’ai fait chauffer mon whisky. Mon corps à du prendre encore quelques degré à l’évocation de souvenir pénible.

Je repose mon regard sur l’homme en face de moi, un peu plus poser.

- Si tu ne me cause pas d’ennui ni à mon bébé je m’arrangerais pour te garder une table et t’aider à t’intégrer dans le coin… entre renégat il faut se serrer les coude…





Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Jeu 12 Avr - 20:31
Cette fille à un côté intriguant, surtout lorsqu’elle assure pouvoir se protéger toute seule sans l’aide de son mec. Je commence à croire qu’elle a un truc similaire au mien. Quoique… Non, le mien est vraiment trop cool. A croire que mon pouvoir est sur mesure par rapport à ce que j’ai toujours été. L’humain est au moins aussi pourri que le démon en moi. Pour ça qu’on s’entend bien, lui et moi. Lorsqu’elle accepte que je bosse ici, un léger sourire en coin s’affiche. Une petite victoire en soit. J’ai bien vu que j’avais eu de l’effet sur elle, en lui faisant part d’un atome de ce que je cache au fond de moi. « Oh, ça, des femmes je peux t’en ramener. Par contre, ne compte pas sur leur fidélité. Mais t’en fais pas, je ne veux pas un truc… Régulier, si tu vois ce que je veux dire. Me péter le dos, ça n’est pas pour moi. Je suis un type d’action, mais pas au point d’accepter un patron au-dessus de moi… Quoique… Si t’es la patronne et que tu l’es vraiment, au-dessus de mois, on peut s’arranger en fait… » Je réprime un rire en portant mon verre à mes lèvres.

Mais elle change de sujet. Elle a l’air assez désorientée. Je sais que je fais de l’effet d’ordinaire, mais à ce point, ça devient obscène. Elle me demande si je suis un loup solitaire. J’arque un sourcil lorsqu’elle évoque même qu’on a quelques points communs. Ai-je le droit d’être amusé ? « J’ai perdu ma meute donc… Ouaip, j’suis solo. Mais tu m’intrigue. Parle-moi un peu de toi. » Ce qu’elle fais aussitôt. Envoyée du diable, hein ? Pour sûr, si elle a l’âme aussi pourrie qu’elle le dit, j’ai intérêt à négocier avec le Rider pour l’épargner dés maintenant. Mais… ça pourrait être drôle qu’il la scan un coup. Mais lorsqu’elle me dit qu’elle est peut-être moins recommandable que moi, je ne peux réprimer mon rire pour le coup.

Je tente de me calmer avant de reprendre le dessus sur mon côté taquin. Je ne veux pas la vexer, loin de là. Elle me fait sa petite mise en garde et je prends note. Je crois que c’est à mon tour de sortir la mienne pour qu’on la compare. « Ouaip. Ne t’en fais pas diablesse. Un demon dans mon genre ne fous pas le bordel dans sa planque. Au contraire, il fait tout pour la protéger. Même si tu n’en as pas besoin, apparemment… » Je finis mon verre d’un trait et reprends « Mais… évite d’énerve le truc en moi, ma belle. Ça serait dommage que je ne puisse pas le contrôler… Pour sûr qu’on a des points communs. Mais je n’ai pas été rejeté. J’ai brûlé la seule famille que j’ai aimé, et sans le vouloir. Et je ne parle pas de mes parents adoptifs qui m’ont fait vivre un tas de galère. Quant à ma famille biologique… Bah… Disparue. Je suis pourri jusqu’à la moelle. Je fais fuir le peu de personne qui entre dans ma vie… Enfin… Faudrait qu’elles puissent trouver l’entrée déjà. Parce que ça, ce n’est pas simple, ma belle. Donc ouaip, j’suis un loup solitaire. Et je compte bien le rester un moment. » L’heure de la séduction a cessé.

Je pousse légèrement le verre vers elle pour lui faire comprendre que je suis encore preneur. « Si tu veux bien… Et ne t’en fais pas, je tiens plutôt bien l’alcool. » ça n’est pas comme si le Rider me laissais devenir ivre. Parler de moi m’a permis une chose : la distraire le temps que j’observe son comportement. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd son discours, j’ai juste besoin d’en juger la véracité. Mais si je lui pose trop de question, elle va savoir que c’est ce que je fais. Et si je ne le fais pas, le Rider va me surprendre et vouloir le faire à ma place. Ce serait bête que je dévore son âme avant même qu’on ait eu le temps de coucher ensemble !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 130
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Sam 14 Avr - 8:30

Just like Fire






Nous discutons depuis un petit moment déjà. Ce que je n’arrive pas à m’expliquer c’est que quelque chose m’attire chez cet homme. Alors oui vous allez me dire «  Kieran, ma grande, ce mec à une belle gueule, un corps qui m’a l’air bien musclé, un look de badboy… normal qu’il te face de l’effet ! » Mais non. Je peux vous assurez que ces raisons ne sont pas la source de mon trouble… pas en plein du moins. C'est dans son regard je pense... il y a autre chose sous sa couverture de Biker dragueur.

Je souris et lève les yeux au ciel alors qu’il me fait un sous entendu sur le fait que je pourrais être au dessus de lui. Je crois que j’avais compris Don Juan, tu as envie de faire un rodéo avec moi. Je crois qu’il va être déçu du voyage. Je n’ai pas l’intention de faire volé ma vie en éclat et mon couple juste pour un coup d’un soir. Car c’est vraiment ce qu’il propose. Comme il dit il ne cherche pas de plan régulier.

Il confirme ce que je pensais déjà, il n’a personne c’est un loup solitaire. Juste lui et sa moto. Le cow-boy solitaire et sa monture. Je commence à vouloir sourire mais la suite de son récit me fige. Brûlé. Je n’ai retenu que ça. Je le regarde en détail, mes yeux scrutant chaque trait de son visage comme si je pouvais y trouver l’information que je recherche, mon esprit tournant à toute allure pour retracer notre conversation et y déceler un indice. Brûlé.

Il dit avoir brûlé sa famille. Mon cœur s’emballe et j’ai du mal à mettre bout à bout tout mes éléments. Je ne sais pas pourquoi je m’emballe comme ça. C’est peut-être tout simplement un pyromane qui à foutu le feu à sa maison. Pourtant… je crois qu’une part au font de moi est persuadé qu’il y a autre chose. Il a dit «  évite d’énerver le truc en moi »… est ce qu’il parle simplement de façon figuré pour désigné simplement son coté colérique ou est ce qu’il y a réellement autre chose…

Je redescend sur terre lorsqu’il me désigne son verre. Je prends la bouteille machinalement. Je lui serre un verre sans vraiment réfléchir au fait que si c’est quelqu’un comme moi ou Lucian si il se met la tête en vrac il pourrais devenir très dangereux. Je repose la bouteille et me penche un peux sur le bar. Il faut que je soit fixé.

Je ne peux pas lui demander de façon directe ce qu’il est, si il fait aussi partie de ces gents aux aptitude extra-ordinaire. Ces personnes que l’on appel mutant et que l’on a persécuté il n’y a pas si longtemps…

Je regarde autour de moi. Le seul client qui reste est au fond du bar plonger dans sa lecture. Il ne représente pas vraiment une menace. Je me mordille la lèvre nerveusement et passe une main dans mes cheveux. Je me sert ensuite un verre pour me donner un peux de courage. Normalement je n’en manque jamais mais j’ai été assez marqué par la rafle qui a été mise en place pour capturé les gens comme moi pour que ça me rende nerveuse.

Comment ne pas être nerveuse ? J’ai été dans les premières à me livrer. Aux départ ils parlaient de nous donner un traitement pour faire disparaître notre mutation. Je voulais m’en débarrasser. Je n’avais encore tuer personne, juste défigurer gravement mon frère, créer quelques incendie sans victime, créer beaucoup de peur… je ne voulais plus voir la peur et la haine dans le regard des gent. Ce que le gouvernement n’avais pas dit c’est que les mutant était enfermer comme des prisonniers, torturer, et que des expérience était pratiqué sur eux…

Et si ce gars était juste un mec qui supporte encore ce genre d’idée ? Si c’était un piège pour me remettre en cage ? Il sait peut-être ce que je suis et attend le bon moment… Oui j’ai un petit coté paranoïaque mais ça aide d’être parano des fois !

Je me ressaisit et prend une gorgé de whisky et ferme les yeux quelque seconde avant de les rouvrir avec toute mon assurance habituel et mon sourire.

- Donc tu es un petit nouveau en ville… bien bien, Si on travail ensemble ne t’en fait pas, je te montrerais ce qu’il y a à voir et les choses qui te seront utile pour te faire une place ici… par contre il faut que tu saches que la ville porte encore des cicatrice. Tu as du en entendre parler aux info mais… il y a eu une traque aux mutants et aux optimisé… ces gens qui ne sont pas comme les autres et qui possède des don hors norme… il y a eu des rafles, des gens on été séquestré, torturé, beaucoup sont mort… tout le monde vivais dans la peur… humain et mutant… c’est encore un sujet sensible dans certain milieux.

Je fais tourné mon verre dans ma main l’air de rien.

- Et toi, tu as vu des trucs comme ça se passer ? Ça n’a pas toucher que la ville j’imagine. Chacun avais sont rôle à jouer à ce moment là, il y avait les collabo, les mutant, ceux qui se couvrais les yeux pour ne rien voir et les résistant, il y a eu de gros affrontement dans les rues sur la fin... très violent… et toi ? Tu étais plutôt du genre collabo ou résistant ? Autre ?

Je prend une gorgé du liquide ambré sans quitter le biker des yeux afin de guetter la moindre de ses réactions.





Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Mar 17 Avr - 20:19
Elle me parle de cicatrice que la ville porte. Sans déconner ? Il y autre chose qu’une cicatrice béante ? Les immigrés qui débarquent par ici travaillent au noir. S’il leur arrive quelque chose, ils meurent dans l’ignorance. Personne ne fait attention à personne. Je sais que le rider a rencontré une âme innocente qui lui a juste balancé être en retard pour Halloween et que le costume était raté. J’assiste à tout ce qu’il fait au fond, comme un spectateur, donc je sais tout ce qu’il fait. Je me suis même bien marré pour cette vanne. Mais alors comment ne pas considérer cette ville ? Elle parle d’un truc aux infos. Je fronce les sourcils. Tous les trucs loufoques se passent ici, donc, c’est un peu trop vague. Mais dés qu’elle parle de rafle et de vague de séquestrations, j’y vois tout de suite plus clair. La ségrégation afro-américaine ? Nope, toujours pas. Elle me perd, la bougresse. J’avale mon verre et pige vraiment lorsqu’elle parle d’humain et mutants. Je manque de m’étouffer avec ma gorgée de whisky.

Et là elle me retourne la question. Je racle ma gorge après m’être ressaisis. Elle me prend pour un collabo… Mince ! « Bordel, on croirait un super-zéro parler. Tout est blanc ou noir. Il n’y a pas une once de gris avec ces gens-là. Je ne suis ni un collabo ni un résistant. En quelques mots : je m’en fous de tout ça. Et quand tu dis que tout le monde vivait dans la peur, dis-toi qu’à part les mutants, je ne vois pas grand monde flipper à leur place si ce n’est leur proche. De mon côté, j’aurais été de la partie, j’aurai vendu n’importe qui ou abrité n’importe qui. Ç’aurait été à celui qui allonge la plus grosse somme de pognon. Bon, ok, j’aurai sans doute été un peu plus vicieux que ça. J’aurai vendu des mutants à d’autres connards de mon genre. Puis j’aurai neutralisé les connards pour empocher la tune du mutant. Ouaip. L’argent est les nerfs de la guerre. Et si en prime je peux aider des innocents… Oh mais attends… Tu avais peur ? Tu… Tu es une mutante ? »

Je la regarde de haut en bas, un large sourire fendant mes lèvres. Elle a sincèrement posé cette question pour savoir si j’allais la vendre ou pas. Je me mets à éclater de rire. « Bordel mais… Pourquoi j’irai te vendre ? C’est fini tout ça ! Pis même si c’était encore d’actualité, la seule chose que je puisse te dire, c’est que je ne taffe jamais avec les organisations gouvernementales. Ils payent mal et gardent une trace dans leur dossier. Par chance je suis officiellement mort dans un incendie de prison donc… Je préfère le rester ! » Je me penche par-dessus le bar et attrape la bouteille de whisky pour m’en servir un verre. Tout en faisant ça, je continue mon discours. « Si tu veux tout savoir, je viens du fin fond d’un trou paumé dans un état tout aussi paumé. Les infos, on les écoute que quand il y a une finale de sport, sinon la merde. On en avait rien à battre, mes frères et moi. Tout ce qui nous a toujours importé c’est de faire notre business de notre côté. Et crois moi bien que vu le trou où je vivais, on était pas près d’avoir des descentes de flic, au contraire. Toutes les forces de l’ordre ont été mobilisés pour les grosses villes. Du gâteau pour nous. Et ouaip, y’a pas que New-York sur cette terre, désolée de te décevoir ! » Je ris avant d’avaler mon verre cul sec.

Je le recule et le regarde avec un sentiment de frustration. Ça me fait clairement chier que je ne puisse plus être ivre. « Alors, ma grande, tu sais faire quoi ? Tu peux te téléporter ? Ou alors tu parles aux animaux comme Marcelo ! Le dessin-animé ! Ouaip, ça m’arrive encore de regarder… Dis-moi tout ! Et si t’es sage, je te montre le mien ! » Je réfléchis à ce que je viens de dire et me reprends avant qu’elle ne puisse me répondre. « Ok, pour que je te montre le mien, faut vraiment que tu sois sage, sinon je risquerai de dévorer ton âme. » Je grimace en songeant que le rider n’est pas un rigolo, même si j’arrive à négocier avec lui de temps à autre.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 130
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Mer 18 Avr - 10:05

Just like Fire






Je lui sert mon petit discours sur les périodes sombre qui se sont dérouler il y a peu tout en le regardant et en cherchant à voir à travers lui. Je serre les dents lorsqu’il dit que je parle comme un de ces justicier à la con. Il semblerais que le fait que mon homme soit membre de l’institue et des X-men me déteint dessus plus que prévu. Et je n’aime pas ça. Je ne suis pas une héroïne, je n’en ai ni les capacité ni l’envie. Je pense que je ne suis pas assez discipliné pour en être.

J’ai été attiré bien sur par les paroles du professeur Xavier… Apprendre à m’accepter pour contrôler mon pouvoir… Sur le papier c’est bien… Mais la partie, mettre ses pouvoir pour faire le bien et sauver les fesses de personne qui me crachais au visage en me traitant de monstre très peu pour moi. Je ferme les yeux un instant faisant taire la rage en moi. Je plante mon regard dans celui de Craig.

Ce n’est qu’un opportuniste. Je ne peux pas le blâmer j’imagine, chacun vie comme il le peux et le souhaite. C’est un charognard qui joue sur deux tableau. Je n’ai pas eu besoin d’un homme comme lui pour me dénoncé et je n’ai eu besoin de personne pour m’en sortir. Je regarde mon verre et commence à le prendre en main lorsqu’il fait la connexion entre ce tout ce que j’ai pu lui dire et qu’il demande si je suis une mutante.

Je me raidi et le fixe stupéfaite. Je balance mon regard vers l’homme au fond qui ne semble avoir rien entendu et braque mon regard a nouveau sur le biker avec une teinte plus sombre.

- Ne parle pas si fort…

Je n’ai aucune envie de crier ça sur tout les toit. Et lui ? Il rit. Je ne trouve pas tellement ça drôle… J’essaye de me détendre. C’est assez dur et je suis obligé de faire abstraction des images qui me revienne. Fini… oui officiellement c’est fini mais il y aura toujours des gens pour vouloir remettre ça. Ça a toujours été.

- Disons simplement que certaine chose marque plus que d’autre et que je ne retournerais jamais dans leur centre… Jamais.

Je le regarde descendre son verre d’un trait et me rend compte que je ne pourrait pas dire combien il en à avaler. Au vu de la bouteille un petit paquet… Et il tien debout comme si de rien était. c’est plutôt impressionnant. Je n’ai jamais vu ça avant. Mon client au fond de la salle s’en va en me saluant de la tête. Je soupire de soulagement. Je n’ai pas envie de parler de ces choses devant un publique.

Je rebelle me demande ce que je suis, quels sont mes don et me demande une petite démo en échange il me montrera les siens. Je souris et me rapproche un peu. Alors c’est vrai. s’en est un aussi. j’en étais sur. Reste à savoir ce qu’il est… Une partie de moi vibre à l’idée qu’il puisse être comme moi. Après tout il a bien parler de brûler…

Je plisse les yeux avec un sourire taquin.

- Alors tu veux qu’on joue à je te la montre si je te la montre ?

Je ricane et regarde la bouteille de Whisky qui en à pris un sacré coup et me serre un verre en haussant les sourcils.

- Je soupçonne que ton super pouvoir c’est d’engloutir mes réserve sans mal et sans que tu finisse par terre…Sans rire je n'ai jamais vu ça !

Je pense que c’est lié en tout cas. Mais bon le passage ou il parle de dévorer mon âme … ce n’est pas forcément le passage le plus rassurant. Je prends une gorgé lentement ,je regarde autour de moi et souris.

Mine de rien je suis plutôt contente de pouvoir utiliser mes dont et d’en parler sans que ce soit aux personne que je cotoit habituellement. Je remonte mes manches et retire mes bagues pour plus de sécurité. Je me frotte les mains et les tends aux dessus du bar paume vers le haut.

Mes iris noisette se mette à scintiller et à prendre la couleur de l’or en fusion puis des flammes sortent de mes paumes. Petites flammes, puis de grosses. Je les manipule à ma guise les transformant en serpent qui se glisse le long de mes bras en spirale et revienne aux creux de mes mains. Je leur donne une forme humanoïde dansante et regarde Craig avec le sourire.

- Je te l’ai dit… Je suis une créature sorti de l’enfer pour mes proches… je n’ai pas d’âme…


Je transforme la silhouette sexy en monstre proche de ce que pourrait être un Balrog. Vous savez cette créature de flamme gigantesque assez effrayante dans l’univers de Tolkien.

- Je suis pyrokinésiste. J’ai pas mal bosser pour arriver à faire ça de manière aussi aisé. J’arrive à donner à ce petit bout une taille humaine assez imposante au besoin. Il agit comme mes flammes comme un bouclier. La seule chose que je ne maîtrise pas c’est lorsque je suis en mauvaise posture, en stress intense ou très très en colère… je me transforme en torche humaine… Je ne contrôle alors plus grand-chose. Comme si les flammes avait leur propre volonté…

Je ferme les mains et les flammes disparaisse. Mes yeux retrouvent leur couleurs d’origine et je me recule un peu.

- Les flammes on tendance à effrayer la plupart des gens… J’en avais peur aussi au début.  J’ai tenter de m’en débarrasser en me livrant moi même au gouvernement. Ils avaient promis des traitements pour endiguer les mutation… Ils ne les ont que museler temporairement après m’avoir torturer et fait subit tout un tas de test…  et lorsqu’ils sont revenue c’était avec une puissance destructrice incomparable à ce que j’avais vu jusque là… Je ne me souviens pas trop de ce moment là. J’ai fait mon numéro de torche humaine et si je fait le liens avec la presse j’ai du exploser une partie du bâtiment ou j’étais enfermer. Il y a eu un certain chaos beaucoup d’autres mutant ont pu s’enfuir et je me suis caché jusqu’à la fin… Au final ils voulaient détruire les monstres et à la place ils les ont rendu plus dangereux… Je ne pense pas être quelqu’un de mauvais. Si j’ai fait du mal autour de moi c’était en légitime défense ou alors c’était des connards qui s’en prenais à plus faible.

Je croise les bras. Avec mon petit sourire aguicheur.

- Bref… assez parler de moi. On joue à je te montre la mienne si tu me montre la mienne je te rappel. Et vu que mon problème d’âme est réglé c’est à ton tour jolie coeur…

Je me pose sur le bar avec un air de défit et un sourire joueur.





Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Ven 20 Avr - 21:26
Elle a l’air du genre timide, la petite Kieran. Elle me somme de parler moins fort, ce qui me fait exploser de rire. « Je dois vraiment tout t’apprendre? Plus tu parles fort, moins les gens font attention à ce que tu dis ma grande. Par contre si tu t’amuses à murmurer, ils vont tendre l’oreille. Crois-moi, je sais ce que je dis. Tu vois devant toi le type qui a réussis a se promener avec un flingue à la ceinture tranquillement dans une petite ville, alors que j’étais loin d’en avoir le permis. Et les flics m’ont tellement vu avec l’esprit tranquille qu’ils n’ont pas songés une seule seconde à me demander les papiers pour ça. » Mais à sa guise, je baisserai d’un ton.

Elle parle de ne jamais retourner dans leur centre et d’autres gens capables de continuer tout ça. J’ai pitié du premier venu qui essayera de me foutre dans un centre. Et je ne parle même pas de l’autre… En tant qu’humain, j’ai mes faits d’armes ! Des tactiques dignes de certaines parties d’échecs et une facilité à repérer les personnes à soudoyer pour obtenir ce que l’on veut. « T’en fais pas va. Je t’ai dit que ce pub allait être mon second chez moi ? D’habitude j’offre mes services de protection, mais si jamais quelqu’un te veut du mal, il risque de le regretter doublement. Déjà d’une parce que t’as pas l’air de te laisser faire, mais aussi parce qu’on ne fout pas le bordel, chez moi. »

Résumé comme ça, c’est très sexuel. Ça me plait ce genre de jeux. Je fais oui de la tête. « Montre-moi ça, et je te montre tout ce que tu veux bébé.» Mais elle fait des suppositions vaseuses sur mon super-pouvoirs. « ça fait partie du truc en effet. Mais c’est bien la seule chose que je regrette vraiment… Crois moi, ça me manque une bonne cuite… Ou même une défonce ! Il n’y a que les médicaments qui me font quelque chose… »

Effectivement, quand elle parle de don, je n’en suis pas moins impressionné. Mais heureusement pour elle qu’elle maîtrise ses flammes. D’ordinaires, elles sont attirées par moi. « Une véritable petite démone en effet. Et je suis content que tu n’aies pas d’âme. » Elle m’explique son pouvoir. Je l’écoute attentivement. Elle me parle de ne pas les maîtriser entièrement, surtout au gré de ses sentiments. Elle les fait disparaître, m’expliquant l’effet qu’ont ses flammes et comment elle a vécu tout ça. Elle s’est fait avoir sur ce coup. Tout ce qui vient du gouvernement est pourri. Absolument tout.

Ce qui me sort de mes pensées de rancœur envers les hommes qui nous dirige, c’est sa phrase suivante : à mon tour. Je grimace. « OK, normalement, ça ne sort que la nuit, ce que j’ai en moi, mais je me suis un peu entraîné et… Je peux ? » Je me lève de sa place et m’approche de la fenêtre et des baies vitrées pour en fermer les rideaux et retourner le panneau qui indique que le bar est fermé. Je me rapproche à mon tour du bar mais garde une distance de sécurité. Je baisse la tête et regarde mon corps. « OK, Zara. Je sais que tu as la dalle, mais s’il te plaît, ne la mange pas elle. Je l’aime bien et elle peut nous aider. Je te promets que ce soir t’auras ton quota. Laisse-moi le contrôle pour fois vieux… »

Je me parlais beaucoup plus à moi-même, dans cette obscurité suffisante pour le faire sortir. Je relève la tête en le sentant arriver. « Si ça dégénère, ouvre les rideaux et laisse la lumière du jour entrer… » J’inspire. Je sens ma peau chauffer et petit à petit se mettre à brûler. Je me retrouve à genoux, prenant ma tête entre mes mains et hurlant de douleur. Le faire venir en plein jour est plus douloureux que la nuit. Ma peau se met à être ronger, ne laissant place qu’à un squelette de flamme.

Je me lève et me tiens face à elle, un bar entre nous. J’arrive à maintenir le rider sous mes rennes. Mais je sais ce qu’il fait. Il la sonde. Je sens que je ne maîtrise plus rien petit à petit, et je ne peux même pas lui dire… C’est… Plus fort que moi.

« Kieran… Je sens ton âme… J’ai faim… Tu dois être punie… C’est l’heure du jugement ! » dit-il d’une voix rocailleuse et inhumaine. Presque un murmure de flammes. Je m’approche d’elle, la pointant du doigt. J’espère qu’elle va tenir compte de mes conseils. On ne parle pas là de flammes qu’elle a créées mais de vraies flammes de l’enfer. Un truc vraiment pourri et démoniaque. Il s’approche d’elle dangereusement. Je me débats au fond de moi-même. Je parviens à faire reculer le rider. Je pose ma main sur mon crâne. « La… lu… mière… » Mais le rider reprends le dessus. Je secoue la tête comme pour m’assomer moi-même et je recommence à m’approcher d’elle.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 130
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Dim 15 Juil - 1:39

Just like Fire






Après mon petit numéro de maitresse des flammes j’attend avec impatience. Je le regarde se lever d’un air amusé. Je hoche la tête pour lui donner le feu vert. Il ferme les rideaux et me fait un speech que je trouve un poil trop solennel sur le coup. J’essaye de ne pas troubler sa concentration même si j’ai envie de rire.

Contente de savoir qu’il m’aime bien, il semble essayer d’adoucir son coté sombre, je n’en perds pas une miette. Il semble qu’il ai plus de difficulté que moi pour gérer ce qu’il a en lui… il faut dire que ce qu’il a en lui semble avoir une personnalité à part entière.

Il me met en garde et me donne quelques indications sur les marches à suivre en cas de dérapage. Compris je vais essayer de m’en souvenir.

Puis sa transformation commence. Les flammes viennent lécher son corps et laisse apparaitre un crane. Un satané crane de squelette. Mes poils se hérisse sur mes avant-bras et ma nuque, un frisson d’excitation parcourt mon corps.

Damn it… c’est la première fois que je croise quelqu’un comme lui… que je croise quelqu’un aussi semblable à ce que je suis. Certes je n’ai pas le coté assez effrayant du crâne.

Il s’approche de moi et me parle d’une vois sombre… la plus sombre que je n’ai jamais entendu. Il veut mon âme, il la sent… je sais que le peux d’âme que j’ai n’est pas un modèle de pureté. Je reste camper sur ma position et le regarde s’approcher de moi d’un air menaçant. Je le fixe sans broncher, sans le quitter un instant des yeux. Je ne ressens aucune peur en le voyant. J’ai envie de tendre la main… j’ai envie de le toucher.

Je continue de sourire je suis vraiment tentée de le faire malgré la menace. Qu’est ce qu’il compte me faire ? me bruler ? Bon courage. Puis je jette un œil autour de moi et tic un peu. Si moi je ne crain rien ce n’est pas le cas de mon pub. Je soupire et vais retirer le rideau à contre cœur.

J’attend que Craig revienne à lui et croise les bras.

- Ne soit pas jaloux mais je crois que j’ai un ticket avec ton pote… je crois que j’aurais bien tenter ma chance si on n’avait pas été ici…


Je m’approche de lui sans la séparation du comptoir entre nous cette fois ci. Il est bien plus grand que moi, peut-être presque aussi grand que Lucian… je remets le col de sa veste en place.

- Mais je ne dit pas non pour apprendre à faire connaissance ailleurs… Qu’est ce que ton ami aux flammes pourrait me réserver ? il ne pourrait pas me trainer en enfer j’y suis déjà… et quant à me bruler… il va falloir qu’il y mette beaucoup de bonne volonté à mon avis…

Je lui fais un clin d’œil.

- Alors… ? Tu veux que l’on face affaire ensemble bad boy ?






hors rp:
 


Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 178
» ma tête : Charlie Hunnam
» association : Aucune
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 6 - Humain avec aptitude magique

Sam 28 Juil - 1:01


La lumière innonde la pièce. Le hurlement du rider résonne pour se muer en mon propre cri de douleur. Ma chair se recompose peu à peu, jusqu’à ce que le moindre poil de ma barbe revienne à sa place. Il n’empêche que cette opération et douloureuse et me laisse dans le coltard, ayant à moitié chuté sur une table durant ma seconde transformation. Kieran s’approche de moi, les bras croisés. Je me redresse et fait craquer mon cou ainsi que mon dos en m’étirant. « Laisse tomber le côté tout feu tout flamme, ma grande… Crois moi, tu prendrais plus ton pieds avec un type comme moi ! » dis-je sans réellement y croire. Je ne veux pas vraiment qu’elle voit ma douleur, et cet artifice m’aide à vite remettre ce masque.

Elle s’approche encore plus de moi et remet le col de ma veste en place. Mon regard porté sur sa main, je le redresse droit dans ses yeux. Elle veut faire connaissance ? En apprendre davantage ? Un sourire en coin lorsqu’elle me dit qu’elle est déjà en enfer. Je lâche même un rire pour toute réponse. Elle m’honore d’un clin d’œil avant de me proposer de faire affaire. « Ouai, pour sûr que je cherche du taffe. Et… Crois moi, tu n’as aucune idée de ce qu’est réellement l’enfer. Pas celui que t’imposerai mon Rider. » Je me rapproche d’elle. Oh, si elle tient à son couple, elle va reculer. Je me redresse même, faisant une tête de plus qu’elle.

Un sourire en coin, la démarche assez lente pour la laisser reculer à son rythme jusqu’à ce qu’elle touche le comptoir du bar. Je glisse mon bras juste à côté d’elle et je reprends mon verre et la bouteille. Je me détourne ensuite d’elle pour m’installer sur une chaise, à une table. « Tout ce que t’as à savoir, c’est que ce truc me rend invulnérable, et défonce du vilain garnement. Si t’as un truc sur la conscience ? Il le sent et sait que ça pèse sur ton âme. Et il le dévore. Putain ouai… Y’a pas d’autres mots. Il le dévore. »

Je me resserre un verre sans quitter la barmaid du regard. « Je ne vais pas te mentir. Ce que je cherche, ce n’est pas spécialement un boulot très… Comment dire… Conventionnel. Vol, extorsion, descente chez un type…Bref… Je n’ai pas froid aux yeux et je veux me faire du blé, facilement. C’est que je pense à ma retraite, vois-tu. Et si pour l’instant je n’ai pas envie de quitter cette vie, qui sait ce que je veux plus tard ? Avoir un bout de femme, une baraque près de l’océan… Merde… Quand je parle, on dirait quelqu’un d’autre… Bref, si tu entends parler de quoique ce soit, je suis preneur. Mais… Je suis aussi preneur pour te servir de videur. Tant que tu me laisse passer autant de temps que je le veuille ici… »
Contenu sponsorisé
GÉNÉRAL.
POUVOIR.

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to the Game :: New York :: Manhattan :: Commerces :: The Last Drop-