N-Y, OCT / NOV 2018
MÉTÉO : La neige s'est installé sur la ville. Tout comme le froid, une légère brise fraîche. De temps en temps un peu de pluie ou un peu de soleil au travers des nuages blancs. L'hiver s'est installé.

NEWSLETTER DE DECEMBRE 2018



+ 100 $ ▬ Pour le groupe AVENGERS
+ 50 $ ▬ Pour les groupes VILAIN et X-MEN

» SALES du 01.12.18 au 03.01.19

» INTRIGUE #1 Secret Wars

» MISSION #1.3 Save Christmas inscription ouverte jusqu'au 7 déc.


 :: Welcome to the Game :: New York :: Brooklyn

Le métro, c'est compliqué (ft Dane)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 100
» ma tête : Adelaide Kane



But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Sam 24 Nov - 16:10
Le métro, c'est compliquéSe lever tôt aussi
Némésis... ne s'était rendue compte de rien.

Elle n'avait pas remarqué que Dane semblait vouloir avaler le pauvre Tim tout rond, elle n'avait pas remarqué l'échange silencieux entre les deux hommes et elle n'avait pas non plus remarqué la mauvaise humeur de Dane.

Parce qu'elle était obnubilée par son yaourt.

C'était divin. Oui, une création des dieux à n'en point douter. Les glaces italiennes étaient meilleures paraissait-il, bien différentes de ces cochonneries américaines. Elle n'y croyait pas. Mais elle devait vérifier tout de même.

Il fallait qu'elle se programme un voyage en Italie de toute urgence.

- Bien sûr que c'est bon ! Regarde moi cette merveille... rien qu'en la regardant tu sais à quel point elle est délicieuse. Non ?  

Elle n'eut pas de réponse, ou du moins elle ne l'écouta pas, bien trop occupée à s'engraisser avec bonheur en continuant de marcher dans New-York. La pluie s'était calmée finalement et ce n'était pas plus mal. Mais ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas été au cinéma, et elle avait plutôt envie de garder le cap sur cet endroit.

Et en plus de ça, elle savait où il était. Elle.

- Il y a toujours Transformers et Mission impossible, curieusement. Sauf que forcément, le temps est un peu passé et tu seras sûrement assez paumé si tu reprends au septième volet. Quoique, y a pas vraiment d'histoire là dedans... sinon il y a un film avec Dwayne Johnson et le dernier Spielberg.  

La dernière proposition la tentait plus, étant des nombreuses admiratrice du réalisateur. C'était d'ailleurs presque une honte qu'elle ne l'ait pas encore vu. Quant à Dane et ses préjugés sur les étudiants, cela la fit largement sourire. En vérité, elle était plutôt bon public et pouvait très bien s'émouvoir devant un film d'auteur compliqué et s'extasier en regardant un film d'action.

Sur le fessier de l'acteur la plupart du temps.

- Oh oui ! Quelle excellente idée ! Je crois que ce film français "Elle s'appelait Huguette et avait trois enfants" vient juste de sortir ! Quelle chance ! Tourne à droite, c'est par là.  

Elle resta quelques minutes ainsi, à mentir à Dane. À lui faire croire qu'elle allait réellement lui faire subir ce truc, qu'elle venait d'inventer et qui ne verrait heureusement jamais le jour.

Et puis elle mit fin à sa torture.

- Je plaisante, on peut aller voir le film de tonton Spielberg non ? Il a l'air plutôt bien.  

Une histoire de gamins qui s'évadaient dans des jeux vidéo d'après ce qu'elle avait compris. Elle ne lisait que très rarement les résumés avant d'aller voir un film, ça gâchait tout selon elle.

En tout cas, elle apercevait déjà la façade de son cinéma favori. Ou du moins, de son cinéma favori qui passait des films actuels, et pas des vieux trucs russes sous titrés anglais. Elle n'était pas sûre que Dane apprécierait ce type de divertissement et ne préférait pas tenter le diable. Après tout, le but n'était pas de le faire fuir.

Du moins pas pour l'instant.

Elle avait d'ailleurs mis au point un plan plus ou moins élaboré pour qu'il ne paye pas. Et il risquait grandement d'échouer ou de les jeter en prison.

Mais peu importe, au moins elle aurait essayé.

Elle poussa les portes de l'imposant bâtiment, pas le plus impressionnant de New-York cependant, bien loin de là. Mais il y faisait bon vivre, les prix n'étaient pas exorbitants et les salles étaient grandes, c'était amplement suffisant.

Malheureusement, elle n'était apparemment pas la seule à apprécier l'endroit puisque le hall d'entrée était bondé ce jour-là. La file d'attente s'étendait bien plus loin que d'habitude et les conversations allaient bon train. Un joyeux bordel qui d'ordinaire ne plaisait pas tant que ça à Némésis mais qui aujourd'hui lui rendait un grand service.

Elle haussa les épaules en regardant Dane, pour lui faire comprendre qu'ils allaient devoir attendre un long moment avant de regarder quoi que ce soit et qu'elle ne pouvait rien y faire.

Ce qui était faux.

Entièrement faux.

Elle se rangea dans la file en soufflant, manifestant son mécontentement. Dane ne pourrait pas la soupçonner si elle paraissait totalement innocente.

Elle attendit.

Attendit.

Une porte s'ouvrit, des spectateurs par dizaines s'y engouffrèrent.

Elle attendit.

Et les lumières s'éteignirent.

Pas brusquement, comme une panne de courant. Doucement, comme si elles étaient aspirées, étouffées, pour ne laisser plus que le noir, les ténèbres.

Bien sûr qu'elle avait du mal à contrôler son pouvoir, mais absorber de l'énergie ça... elle en était capable à tout moment.

- MAINTENANT !

C'était à la fois crié et chuchoté. Elle n'avait pas envie de rameuter toute la sécurité, mais Dane devait comprendre qu'il fallait bouger et plus vite que ça. Alors que les autres clients prenaient conscience de ce qui leur arrivaient, que les vigiles s’animaient, Némésis attrapa son complice par la main et le guida jusqu'à la fameuse porte qui venait juste de s'ouvrir.

Le reste... était un jeu d'enfant.

Il s'agissait de se faufiler à l'intérieur, de trouver une place, en haut, là où ils n'attireraient pas l'attention et de s'y installer. Bon évidemment, elle ne savait absolument pas pour quel film elle avait embarqué mais... ça ne pouvait pas être trop mauvais quand on voyait le monde qui s'y était précipité. À la seconde où son postérieur se posa sur un des sièges moelleux, et après avoir failli tomber plus de dix fois dans les escaliers, la lumière fut.

De nouveau.

Un jeu d'enfant.

Il n'y avait plus qu'à espérer qu'ils ne demanderaient pas à voir leurs places une fois le film commencé...
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 194
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Dim 25 Nov - 15:23
Dane hausse légèrement les épaules, en acquiesçant.

 « Grave. »

Il plonge, régulièrement et avidement, sa cuillère dans le pot de yaourt, et n'a fondamentalement d'yeux que pour son contenu ; comme Némésis, donc.

 « Chest très bon. »

Il sourit, légèrement, puis jette un regard rapide vers la jeune femme.

 « Merchi encore. »

Mais elle ne l'écoute pas, toute occupée à son festin ; il le comprend.
Et il l'accepte.
Il hoche de la tête, et continue à avancer, sans savoir où il va – sans même savoir si Némésis, elle, le sait ; et il s'en fiche... ce qui n'a rien de normal.

D'habitude, Dane Whitman ne peut s'empêcher de s'inquiéter, d'être rongé par l'inconnu et l'inquiétude. La faute à ses six années dans le Passé, à cette angoisse constante du lendemain, ou même de la minute qui suit ; l'inconnu n'était alors pas un risque, mais un danger mortel.
Et même s'il a conscience d'avoir changé de temps... d'être parti de cette époque abominable, les vieux réflexes ont la vie dure ; et le hantent.
Mais pas aujourd'hui.

Aujourd'hui, il n'y pense pas ; aujourd'hui, il se laisse porter.
Par cette folle aventure dans New York... par sa rencontre, avec Némésis. Qui le tire, néanmoins, de sa rêverie, en évoquant l'actualité cinématographique – et ses propres goûts.
Qui rassurent, un peu, le trentenaire.


 « Dwayne Johnson ? The Rock, l'catcheur ? »

Avant son départ, celui-ci commençait à se faire connaître comme acteur, mais sa popularité n'était ni grande, ni intense.
Les choses ont bien changé, depuis.


 « P'tain... l'monde s'est dit qu'ça valait pas la peine d'faire des trucs biens, vu qu'j'étais pas là, hein ? »

Il glousse, et hausse les épaules ; il plaisante, à peine.
Non pas que la perspective de voir un Spielberg lui déplaise, mais... il avait espéré un petit renouvellement dans les célébrités, avec de nouveaux créateurs qui seraient intervenus en son absence ; mais non.
A priori, le monde ne souhaite pas cela – soit.
Du moment qu'il y a des yaourts comme ça, il est prêt à accepter beaucoup.


 « Hrm. »

Dane grogne et ne dit rien, alors que Némésis se joue de lui.
Elle le guide, en le menant dans les rues de New York, et son interrogation demeure ; elle semble savoir où elle va... mais elle pourrait bluffer. Mais qu'importe !
Dane s'en fiche. Comme d'avoir été abusé sur le film, ce qui finit même par le faire sourire.


 « Okay pour l'tonton Spielbi. Même si j'suis sûr qu'une Huquéquette aurait été sympa à voir ! »

Il sourit, et n'arrive pas à s'empêcher de rire à sa plaisanterie.
Grasse et bête... mais qui le fait rire ; réellement.
Cependant, cela s'arrête quand ils passent un ultime virage, et débouchent... à destination ; devant un cinéma !


 « Wah. »

Il s'arrête, troublé et impressionné.
Avant qu'un immense sourire glisse lentement sur ses lèvres.


 « C'est... »

Son regard monte et descend plusieurs fois – avant de se figer sur la devanture du cinéma ; puis, ensuite, pour se déplacer vers les yeux de Némésis.

 « C'est... wah, p'tite tête. Wah. »

Il hoche la tête, et sourit.
Avant de la suivre, pour pénétrer à l'intérieur du bâtiment ; ce qui, en soi, correspond à ses dernières pensées cohérentes... correctes, même.
Car la suite ne le sera pas.
Ni cohérent – ni, surtout, correct.

Le duo étonnant d'aventuriers new-yorkais s'insère dans une file de spectateurs en train de patienter... et Némésis exprime clairement son exaspération. Dane a jeté le pot de yaourt vide, et a glissé ses mains dans ses poches ; il tente de trouver quelque chose à dire – mais rien ne vient.
Son temps ailleurs lui a appris la patience, qu'il parvient à maîtriser... par moments ; comme maintenant, alors que la jeune fille n'y arrive pas.
Il est, néanmoins, sur le point de passer outre son blocage personnel, pour glisser quelques mots – quand quelque chose se passe.

Plus tard, Dane ne saura pas dire, et encore moins expliquer, ce qu'il s'est passé.
Mais ça s'est passé.

La luminosité a, soudain, faibli. Et la suite...
La suite ne s'explique pas.
La suit se vit.
Et, par tous les dieux, Dane l'a vécu !

Attiré, happé même par Némésis, il a d'abord voulu comprendre, parler – mais il s'en est empêché. Il a lutté contre son corps, brisé ses résistances... et il l'a suivie.
Sans comprendre ce qu'il se passe, le trentenaire a suivi la jeune fille, avec un sourire sur le visage ; qui n'a jamais cessé de grandir, jusqu'à provoquer un léger rire quand elle a commencé à chuter dans les escaliers. Il l'a retenue à temps, grâce aux compétences acquises dans un autre temps ; lui-même a eu son lot de passages discrets, dans des escaliers obscurs. Cela ne s'oublie jamais.

Finalement.
Finalement, ils y arrivent.
Ils s'installent.


 « Hem. »

Ils ont réussi ; ils se sont installés.
Alors qu'ils n'ont aucun droit pour cela... mais qu'importe. Ils ont réussi.
Et Dane ne peut retirer son sourire, amusé, sur le visage.


 « Mais... »

Lentement, il se tourne vers Némésis, et maintient son sourire ; dont l'expression se répercute même dans ses yeux.

 « … et les pop-corns, Miss Bonnie ? »

Légère référence à un célèbre duo de criminels.

 « M'enfin... espérons qu'ça soit bien Spielbi, hein. Ou ma p'tite Hug... »

Mais Dane est interrompu – alors que les bande-annonces se lancent ; déjà.
Et évoquent, rapidement, des films d'auteurs... et européens.
Plusieurs gloussements s'échappent de la gorge de Dane ; quelle aventure, pense-t-il. Quelle aventure !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 100
» ma tête : Adelaide Kane



But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Sam 8 Déc - 0:39
Le métro, c'est compliquéSe lever tôt aussi
Némésis gloussait.

Elle gloussait de plus en plus. Tout le temps. Comme une collégienne. Elle se demandait... non. En vérité elle ne se demandait rien. Némésis se demandait beaucoup de choses chaque jour. Si ce qu'elle faisait était bien, si elle était du bon côté, si son si brillant cerveau dont elle était si fière n'avait pas été dupé depuis bien longtemps. Mais là en l’occurrence, elle ne se demandait plus rien. Elle était simplement heureuse de dire n'importe quoi et de parler de Dwayne Johnson, le catcheur reconverti en star de cinéma.

Enfin en star... tout est relatif.

- Franchement, il est plutôt bon dans la catégorie "grosse brute sans cerveau qui tape tout ce qui bouge".

C'était vrai. Rien de plus vrai que ça. Mis à part peut-être son rire provoqué par la blague - terriblement mauvaise - de Dane sur le prénom Huguette. C'était pourri. Réellement pourri. Mais il y avait réellement peu de personnes capables de tenter ce genre de blagues sans rougir, alors c'était drôle.

Et puis assez bien trouvé aussi.

Néanmoins, elle était déjà à ce moment très préoccupée par son tour de magie et n'entendit presque pas Dane s'extasier sur ce bâtiment qui était, c'est vrai, quand même super cool. Elle comprit en revanche qu'il était d'accord pour aller voir le Spielberg. Génial. Elle espérait simplement qu'elle saurait leur trouver la bonne salle avant de voler ce pauvre cinéma.

Enfin pauvre, façon de parler. Ce n'était certainement pas cette toute petite fraude qui allait mettre ce géant sur la paille. Du moins elle l'espérait, parce qu'elle n'avait pas l'intention d'en changer. Les places n'étaient même pas chères. C'était simplement pour éviter de se faire offrir quelque chose.

Au moins là... personne ne payait.

Malheureusement, ils comprirent très vite qu'ils ne s'agissaient pas d'un film de l'illustre réalisateur. Non. Il s'agissait plutôt d'un film d'auteur. Un film où l’héroïne avait des chances de s'appeler Huguette. Ils le comprirent après que Dane se soit moqué de Némésis et de sa façon - pourtant ô combien gracieuse - de monter des escaliers dans le noir. La lumière était revenue, pour s'éteindre quelques secondes plus tard pour la projection. Parfait, tout le monde croirait à un court-circuit. Rien à voir avec une Némésis frauduleuse qui s'amusait à couper le courant.

Durant ces quelques minutes d'éclairage, Némésis avait pu remarquer que la salle était loin d'être remplie. En réalité, de nombreux rangs restaient inoccupés.

C'était mauvais signe.

Elle fit taire ses interrogations le temps de répondre à Dane au sujet des pop-corns qu'ils n'auraient jamais.

- Au point où on en est, on peut peut-être les voler à la petite vieille devant nous. Non ? Clyde ?

Clyde n'eut pas le temps de lui répondre puisque les bandes annonces se lançaient déjà. Tous des films d'auteurs, qui semblaient mortellement ennuyeux même pour elle. Elle ne put s'empêcher de glousser en même temps que Dane en lui jetant un regard complice. Leurs voisins commençaient déjà à râler. Finalement, le chef d'oeuvre sobrement intitulé "L'océan jouit" daigna montrer le bout de son nez. Un film en français, sous titré en anglais. Némésis avait réussi à apprivoiser cette langue si complexe au fil du temps, et la maîtrisait plutôt bien à l'écrit, bien moins à l'oral. Alors elle ne comprenait pas grand chose à ce que les acteurs disaient, surtout que la grosse tête d'un géant devant elle l'empêchait de voir les sous-titres. Elle lisait un mot sur deux.

Très pratique pour suivre.

Elle se mit à glousser encore plus fort, ne comprenant rien à ce qu'il se passait et aux scènes qui se jouaient devant elle. Deux acteurs, qui étaient censés être... sous l'océan ? Peut-être ? Elle ne captait rien. Les décors semblaient être faits en carton et le peu qu'elle lisait lui semblait totalement irréel.

- Martha est morte.

- Et le chat dans la cuisine ?

- Lorsque le soleil se lèvera, nous partirons.


- René ?

- Oui Martha ?

- L'aube est proche.

- Les croissants aussi. Demain, nous partirons.

- Demain, nous baiserons.

- Quoi ?!

Cette exclamation venait du cœur, du cœur de Némésis. Aussitôt, toutes les petites mamies qui étaient venues voir le film se retournèrent vers elle comme si elles voulaient lui arracher les yeux. Même le géant devant elle avait l'air très contrarié, ce qui était un peu plus gênant. Elle ne put s'empêcher de glousser en s'imaginant qu'elle avait forcément lu de travers.

Ce n'était pas le cas.

- Oh ça va...

Ses gloussements ne s'arrêtaient pas. Ce film était drôle. Réellement drôle. Surtout qu'elle ne voyait absolument pas pourquoi Martha tenait un lapin dans ses bras depuis le début de la scène.

- Tout le monde voit bien que c'est un navet, non ?
 

Non. Visiblement non. Et le comportement de Némésis commençait visiblement à énerver la majorité des spectateurs.

Tant pis, elle s'amusait beaucoup trop pour arrêter.

Ce film, valait assurément tous les Spielberg du monde.
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 194
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Lun 10 Déc - 10:43
« Inacceptable. »

« Inconvenant. »

« Insupportable. »

« Inapproprié. »

« Honteux ! »

De nombreux murmures s’élèvent dans l’assemblée, passionnée par l’étrange film français projeté devant eux, mais complètement enragée par la présence de deux personnes qui n’ont rien à faire ici… et le font savoir.

« Incultes. »

« Imbéciles. »

« Crétins. »

« Lourdauds. »

« Blaireaux ! »

Le ton monte, et les regards deviennent plus durs.
Mais, si Dane Whitman est resté silencieux, bien que très amusé par la situation, et s’il a gloussé et profité en compagnie de Némésis, le tour que prend l’événement lui plaît beaucoup moins.


« HEY ! »

Il se redresse, légèrement, sur son siège, et laisse son regard glisser sur tous ceux qui l’entourent ; toutes celles, surtout.
Car, et il s’en rend compte alors que, pour la première fois du film, une scène se passe en extérieur et non pas dans les avenues sombres d’un Paris rêvé sous la nuit. La luminosité agresse quelque peu ses yeux, mais il conserve le regard dur qu’il adresse à toutes les spectatrices.


« On s’calme, les mégères ! On s’calme ! »

Sa voix est sèche, brutale.
Pas suffisamment pour faire peur, mais assez pour se faire entendre – et couvrir, surtout, le chant grégorien qui déroule sur l’écran depuis cinq minutes ; et pour six encore, hélas.


« J’sais bien qu’vous rêvez d’voir la baise, là, hein, mais va falloir calmer les ardeurs ! C’pas un baisodrôme ! Bien sûr qu’c’est d’la… ha. »

Du coin de l’œil, le trentenaire avise un agent de sécurité, qui vient d’arriver dans la salle, et se tourne vers lui.

« Bon. »

Il reste figé, un instant ; à réfléchir. A prévoir.
A identifier ce qui est le mieux à faire, maintenant.


« Bon, bon, bon, bon… boooon. »

« Malotrus. »

« Truand. »

« Mal élevé. »

« Vantard. »

« Salaud ! »

Le concert des insultes reprend, mais Dane s’en désintéresse. Il se tourne vers Némésis, et montre le vigile qui arrive vers eux, du pouce.

« Bon. Sprint ? J’connaissais les dîners-baskets, mais pas les ciné-baskets. On tente ? On invente ? »

L’agent est quasiment sur eux, prêt à s’emparer d’eux ; mais il n’y arrivera pas.
Car, sans prévenir, et à une vitesse impressionnante, Dane se retourne, s’empare du paquet de victuailles amené par une vieille femme, et l’envoie directement sur le vigile.
Avant de bondir.
Avant de se projeter au-delà des sièges, dans un mouvement souple, pour bondir encore et encore ; en descendant les rangées, vers le bas. Vers la liberté, espère-t-il !

Contenu sponsorisé
GÉNÉRAL.
POUVOIR.

Contenu sponsorisé
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to the Game :: New York :: Brooklyn-