N-Y, JUIN / JUILLET 2018
MÉTÉO : temps ensoleillé, l'été s'est clairement installé avec une moyenne de 29° Des conditions idylliques pour profiter des parcs et prendre quelques couleurs.
PS... Wade dit : préparez les bikinis

NEWSLETTER DE NOVEMBRE 2018



+ 100 $ ▬ Pour le groupe AVENGERS
+ 50 $ ▬ Pour les groupes VILAIN et X-MEN

» SALES du 01.11.18 au 30.11.18

» INTRIGUE #1 Secret Wars

» MISSION #1.2 The fever spreads ouverte jusqu'au 30 nov.


 :: Welcome to the Game :: New York :: Manhattan :: Hell's Kitchen

Mission #1.2 — The fever spreads

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 206
POUVOIR.

Sam 15 Sep - 12:30
Mission #1.2
The fever spreads


La chaleur s'installe dans les rues de New York. Nous sommes le soir, il est 1h06 du matin à Hell's Kitchen. Avec les beaux jours, les gens restent un peu plus tard en terrasse des bar, il y a encore un peu de monde dans les rues. On profite du début de la saison estivale.

Il fait entièrement nuit, votre seul lumière, les étoiles, la lune et les lampadaires. Un petit air frais, agréable. Au coin d'une impasse, un hurlement. Une femme vient de découvrir le cadavre encore chaud d'un homme, un SDF, égorgé et défiguré. La police arrive très rapidement sur place 12 minutes après l'alerte. A quelque mètre plus loin une victime est signalé, un étudiant, lui aussi dans le même état. La police se déploie, mais une troisième victime dans le même périmètre est encore signalé, encore un homme, un employé de banque. Et un quatrième à seulement quelque mètre un homme à le retraite.

C'est a 1h48 que la police donne l'alerte. « A toutes les unités, on nous signal une série de meurtre sur Hell's Kitchen. Les victimes sont des hommes, il ne cible pas d'âge, ni de genre, ni de classe social. Aucune image, il serait seul. L'individu est très dangereux, autorisation d'ouvrir le feu. Faite fermer les structures publiques et ouvrez l’œil. Sécurisez le périmètre et mettre les civils à l'abris. »

Cette personne rode dans Hell's Kitchen. Elle est dangereuse, de quel côté serez-vous face à elle ?   

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 166
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Lun 17 Sep - 9:10
« Bonne soirée. »

« Ouais, merci. »

Un signe de tête, et le videur se détourne du client solitaire qui quitte calmement l’enceinte du bar, dans lequel il a passé les quatre dernières heures. Il préfère se focaliser sur le groupe de fêtards qui s’approche du fameux établissement, avec de nombreux haussements de ton et des figures avinées ; normal.
L’on ne s’attache pas à ceux qui ne posent pas de problème – et Dane Whitman n’avait définitivement aucune envie d’attirer l’attention, ce soir.


« Allez. »

Il se frotte les mains, pour ramener la circulation entre les doigts et en chasser le froid ; en vain. Cela fait des années maintenant que ses extrémités sont gelées, et rarement à cause de la température. Son état mental, et les épreuves affrontées pendant six années loin de son foyer, loin de son temps, ont modifié clairement son équilibre corporel.

Dane aura toujours froid, il le sait ; car son cœur est définitivement impacté par son Epée d’Ebène.
Mais ça n’empêche d’essayer de lutter contre un sort contraire.


« Resalut, ma belle. »

Il lève sa jambe, et grimace quand il sent une vieille douleur se réveiller ; aïe. L’alcool n’anesthésie pas autant qu’il le pensait, mais c’est surtout qu’il en a pris trop peu – à dessein.
Il ne faut pas boire avant de conduire.
Sans un mot de plus, il s’installe sur la selle d’une moto… une américaine de marque Victory. Puissante, mais pas trop nerveuse heureusement.

Dane esquisse un léger sourire, quand il fait vrombir le moteur ; joli bruit.
Mais ça ne remplace pas le hennissement d’un cheval.
Pendant ses six années aux Croisades, il a perdu quelques montures – mais les a gardées longtemps, car il a noué un lien avec elles. Ces dernières étaient ses seules amies, ses seules alliées, ses seuls liens sociaux ; elles ont beaucoup compté pour lui, et elles demeurent les seules choses qu’il regrette de cette période abominable.

Depuis qu’il est revenu du Passé, Dane a accompli beaucoup, en peu de temps ; au point d’avoir un peu le tournis, et d’avoir besoin d’une soirée solitaire, comme ça.
Loin du Complexe des Avengers. Loin de ses coéquipiers. Loin des quelques proches qu’il tente de se construire ici.
Loin, tout simplement, des décombres de son existence… et des regrets qu’il éprouve.


« Humf. »

Il soupire, et secoue la tête.
Va de l’avant, pense-t-il ; va de l’avant, tu mourras de mélancolie sinon.

Sans un mot de plus, et après une ultime grimace, Dane place un casque sur son crâne, vérifie que sa fameuse lame maudite se trouve bien dans le long manteau sombre qu’il ne quitte plus, et allume la radio… pour s’arrêter, soudain, en entendant le message.


« …rie de meurtre sur Hell's Kitchen. Les victimes sont des hommes, il ne cible pas d'âge, ni de genre, ni de classe social. Aucune image, il serait seul. L'individu est très dangereux, autorisation d'ouvrir le feu. Faite fermer les structures publiques et ouvrez l’œil. Sécurisez le périmètre et mettre les civils à l'abri. »

Depuis qu’il a rejoint les Avengers, Dane se branche régulièrement sur le réseau de la police – sans jamais oser intervenir, cependant ; c’est trop tôt, pensait-il.
Mais la situation est différente, là.
C’est le milieu de la nuit. Les Avengers sont absents. La police semble dépassée. Les gens ont peur, et une… abomination semble errer dans les rues.


« P’tain. »

Il grogne, et sent son cœur s’accélérer ; il sait déjà ce qu’il va se passer.
Des gens sont en danger. Un monstre rôde, et frappe sans réfléchir.
Bon sang, pense-t-il ; ça rappelle les Croisades. Ça rappelle… la maison.

Sans attendre, sans même hésiter, Dane rejette ses pensées sombres, sa mélancolie et sa solitude… pour se plonger dans l’action.
Il allume le moteur, laisse filer la moto – et se projette dans les rues de Hell’s Kitchen ; en chasse !

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 86
» ma tête : Adelaide Kane


But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Dim 23 Sep - 1:31
The fever spreadsI look inside myself and see my heart is black
I see my red door and it has been painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
Elle s'était toujours sentie proche de la nuit. Elle avait toujours la sensation que la noirceur s'insinuait sous sa peau, que les ombres valsaient à sa surface. Elle avait peur du noir étant plus jeune, elle s'en souvenait. Et la peur s'était envolée en même temps que ses pouvoirs étaient apparus. Après ça, elle s'était mis à considérer la nuit comme une complice. Elle trouvait un certain réconfort dans l'obscurité, une certaine chaleur et l'impression d'être à la maison. Un peu comme lorsqu'on retrouve les bras d'une mère après une trop longue absence. La nuit a de multiples facettes, tout comme Némésis.

C'est pour cette raison qu'elle l'avait choisi comme compagne pour son retour à Hell's Kitchen. Sa véritable maison, en théorie. Venir de nuit dans ce quartier de New York, c'était un peu comme se tirer une balle dans le crane. Mais la brunette n'avait pas peur. Elle connaissait ces rues, même si elle se persuadait qu'elle les avait oubliées. Elle ne les avait pas oubliées. Elle se souvenait de tout, de chaque détail. Elle était venue pour retrouver son ancienne maison, peut-être sa famille au même coup. Elle ne savait pas trop à quoi elle s'attendait. Elle savait bien que c'était interdit, qu'Hydra la tuerait sur-le-champ et sans se poser de questions s'ils apprenaient. Mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Elle avait déjà lutté longtemps. Très longtemps. Deux ans, ce n'était pas rien quand même non ? Plus le temps passait, plus elle avait du mal à trouver le sommeil. Elle rêvait d'eux, de sa famille. C'était à la fois agréable et horriblement triste. Elle ne se reposait plus, devenait encore plus folle qu'elle ne l'était déjà. Deux cernes d'un noir profond s'étalaient sous ses yeux. Ça ne pouvait pas continuer comme ça.  

Elle avait fini par la trouver, cette maison. Elle s'était perdue quelques fois mais elle avait fini par trouver. Elle n'avait pas eu besoin de frapper. On l'avait interpellé, elle avait croisé son regard, elle avait compris, il ne l'a pas reconnu.

Il ne l'a pas reconnu.

Ça lui avait tellement fait mal qu'elle était partie sans rien dire. Pas un mot. Pas de larme. Pas de cri. Pas de drame. Rien que de la déception. Elle se souvenait de tout mais plus personne ne se souvenait d'elle.

Alors elle s'était laissée porter par Hell's Kitchen, par la nuit et sa colère. Elle avait trouvé un bar, du genre totalement miteux où on ne demandait jamais la carte d'identité de ceux qui paraissaient un peu trop jeunes. Elle avait commandé le premier truc qui lui était passé par l'esprit. Soit un whisky. Ils commandaient toujours ça dans les films quand ça allait pas. Elle l'avait bu d'un coup et avait ensuite grimacé comme jamais.

Dégoûtant.  

Ce n'était pas son genre de s’enivrer, bien au contraire. Némésis était de ceux qui détestaient avoir l'esprit embrumé et qui jugeaient ceux qui noyaient leur peine dans l'alcool. Ce soir-là, elle les comprenait un peu mieux. Ce fut au bout du troisième verre qu'elle entendit cette étrange alerte à la radio. Ça grésillait, elle n'avait pas tout compris. Il y avait un tueur apparemment, qui visait des hommes jusque là. Super, pour une fois que ce n'était pas les femmes qui étaient prises pour cible. Du coup elle n'était pas concernée non ? De toute façon elle s'en moquait un peu. Elle entreprit de payer ses consommations et s'en alla pour errer dans les rues de Hell's Kitchen sans aucun but autre que celui d'oublier. C'était compliqué d'oublier lorsqu'on avait sa mémoire, à la fois une bénédiction et une malédiction. Ça résumait assez bien sa vie.
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 104
» ma tête : Tom Holland
» association : Journal de l'école de Midtown/Club de science (même école)
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Dim 23 Sep - 14:24




Perché au bord d’un toit, je veille au grain, comme d’habitude. Je me souffle à moi-même en utilisant une voix rauque “ L’inspecteur Spider surveille la ville. Tout est calme. Mais le chaos est tapi dans les moindres recoins, prêts à bondir… Le danger est omniprésent, mais avec l’intuition infaillible de l’inspecteur Spider et la détermination de la police de New-York, rien ne peut leur résister. Une drôle de combinaison, mais comme le beurre et la confiture ou un p’tit dej’ à 20 heures, ils vont bien ensemble. ” J’ai parlé trop vite. Des sirènes. Mon Spider-sens ! Chouette ! J’ai besoin de taper sur du méchant !

J’active l’écoute de leur radio et fait les gros yeux en entendant « A toutes les unités, on nous signale une série de meurtre sur Hell's Kitchen. Les victimes sont des hommes, il ne cible pas d'âge, ni de genre, ni de classe sociale. » Hell’s Kitchen. Victimes qui sont des hommes. Non. Non. Non !!! Je me lève d’un bond et court sur mon toit pour sauter dans le vide. Je me balance à toute vitesse. “ Karen ! Essaye de prévenir Matt Murdock. Je pense qu’une vieille amie est de retour ! ” - Il est injoignable, Peter. Dois-je laisser un message ? Raaah ! Non laisse tomber. Je suis sûr que je peux gérer cette fois. Puis on ne va quand même pas appeler Deadpool… ” dis-je, essoufflé de me balancer à toute vitesse en direction de Hell’s Kitchen.

Je tisse une toile sur une voiture de policier et m’attire vers son capot Je me tourne vers eux et leur dit “ Vous êtes pas contre que je fasse un peu de BlablaCop ? - Pousse-toi ! On voit rien avec tes fesses devant nous ! Oh euh.. Pardon ! ” Je m’exécute et m’accroche au toit “ C’est mieux là, M’sieur l’agent ? - Ouai! Mais nous déconcentre p… ” Spider-sens on ! Une femme qui traverse droit devant !

Je bondis, tisse une toile pour tirer la femme dans mes bras et la dépose plus loin pour vite retrouver ma place sur la voiture de policier. “ Je ne vous derange plus, m’sieur l’agent ! ” Je scrute autour de nous. On a l’air de se rapprocher de l’endroit. Un bruit de moto me sort de ma quête et je vois un des autres Avengers. Je ne l’ai pas trop côtoyé celui-ci. C’est le moment de faire copain-copain ?

Je me projette une nouvelle fois dans les airs et fait en sorte d’atterrir derrière lui “ Salut ! J’suis Spider-Man ! T’es Black Knight, c’est ça ? J’adore ce que tu fais et… Au fait, vu qu’on est dans la même équipe, ça ne te dérange pas de me déposer ? J’suis sur une affaire de meurtre et comme t’as l’air d’aller dans cette direction… Je t’ai dit que j’adorais le concept du chevalier moderne ? Tu es à fond sur le seigneur des anneaux, ou Game of Thrones ? ”


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 361
» ma tête : Natalie Dormer


» association : Résistance à fond!
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 1 - Découverte des pouvoirs
» appartenance: 1 - Humain normaux

Dim 30 Sep - 23:21
Event X Mary
— The fever spreads —
« L’usage exige qu’un sadique reconnaisse le meurtre mais non pas le plaisir. »

Deux hommes m’ont attaqué et drogués… je n’ai pas vu leur visage, et je ne le vois toujours. Ils sont très viril… le parfait archétype du mal viril, force, voix forte. J’ai les yeux bandés je ne vois rien, j’ai peur et j’ai perdu tout sens des réalités… je ne sais pas depuis combien de temps je suis séquestré… Je n’ai pas pris mes médicaments. Je passe d’une personnalité à l’autre au rythme des coups, des insultes, des tortures. Je ne comprends rien car ils ne cherchent rien… aucune information sur Caïd… pas d’argent, d’adresse rien. Ça n’a pas de sens. Virgin perd le contrôle, Mary hurle, Typhoid boue de l’intérieur. Les trois se battent pour survivre. Jusqu’à la libération du monstre enfermé depuis longtemps… Bloody. J’essaye de la retenir tant bien que mal, elle va tuer tellement d’homme elle va essayer de me tuer une fois de plus.

Mes yeux s’ouvrent, je regarde autour de moi… je suis au sol, la porte est ouverte… Je me redresse doucement. Je suis en colère, ils vont payer, ils ont fait du mal. Il faut punir les hommes, ils tuent, ils frappent, ils violent. Comme toi Mary, il ne faut plus, il faut tous les tuer va les tuer Mary. Oui c’est ça. Je m’assoie en tailleur léchant le sang qui se trouve sur mes mains, sur mon visage. J’aile le goût du sang. Je veux voir la peur. Alors je me lève, il y a un couteau sur la table près de la porte, je m’en saisie d’une main.

Je sors dehors, on est à ma maison, on est à Hell’s Kitchen. Et c’est l’heur de cuisiner. En passant devant une vitrine d’un magasin je colle mon visage devant la baie vitré. Touchant mon visage, ça fait si longtemps que je ne l’avais pas vu. Mes cheveux sont fades, ternes et mes yeux sont injectés de sang, vide et fou. Des cernes sous mes yeux et je me mets à rire, seule.

Un SDF me demande une pièce. Mary donne lui sa pièce. Je lui fais signe de venir dans l’angle de la ruelle où il se trouve. Je plante mon couteau dans sa gorge et l’entraine dans l’ombre. Je défigure son visage à coup de couteau avant de l’arracher du reste de son corps. « Non non il faut être gentil avec les femmes. Il faut pas être méchant, non non… ! » Je sors de la ruelle et continue de marcher. J’ai du sang, sur moi. Un étudiant s’approche de moi à quelques mètres de ma victime. Il pose ses mains sur moi et je n’écoute pas ce qu’il me dit. Je plante mon couteau dans son crâne. « Pas toucher… chuut, chuut il faut payer, c’est tout. Làà lààà. » Je découpe sa trachée, lassèrent son visage. Je me venge.

Je revois tout ce qu’ils m’ont fait. Violence. Coup. Humiliation. Viole. Insulte. Ils sont tous pareille. Ils doivent tous mourir. Je continue de marcher, sans regarder derrière moi. Je tourne dans une rue, un homme arrive en face de moi. En me retournant je lui inflige un coup de couteau simple et rapide. Sa tête tombe au sol. J’entends du bruit, pas le temps je reprends mon chemin. Lorsque j’entends des cris résonnais dans les rues du quartier j’ai le sourire aux lèvres. Je rie. Tu entends Mary, tu fais du bon travail. Il faut continuer Mary.

Un vieille homme à la retraite, je m’approche de lui par derrière et plante mon couteau dans sa jugulaire. L’entrainant au sol découpant le reste de sa trachée. J’enfonce mon couteau dans son visage avant de mordre une partie de celle-ci. Du bruit… je me relève et part. Je suce mon index recouvert de sang.

Un autre homme sort d’un bar et je le suis, il tourne dans une ruelle et je continue en jetant mon couteau dans son dos. Notre danse est un peu plus corsée, contre son dos, je retire mon couteau mais il me pousse contre le mur. « Tu vas mourir … oui tu vas mourir, chuuut… ça va bien se passer. Il faut que tu payes. » Je le plaque au sol avec mon pouvoir de télékinésie. Je plante mon couteau dans son cou avant de descendre le long de son ventre. Il y a du bruit, du monde qui se ramène. Sans doute les cadavres éparpillés derrière moi. Alors je fais semblant de m’être fait attaquer. « Au secours !! » Ca suffit pour attirer un couple vers moi. « Tu es libre chérie. » Je plante mon couteau dans son crâne entre les deux yeux. Elle pleure, pourquoi est-ce qu’elle pleure. J’essaye de l’attraper mais elle recule. « Je t’ai libéré, tu es libre. Il ne te fera plus de mal bébé. » Elle est si belle, une vrai petite poupée. « Il ne pourra plus jamais te faire de mal maintenant. »



Vous avez à faire à l'une des personnalité de Mary : Bloody-Mary Si vous avez besoin de plus d'information sur le personnage n'hésiter pas à MP ;)




Mary A.Walker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 166
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Lun 1 Oct - 11:36
Dane roule, dans la nuit sombre et froide.
Déterminé – mais troublé, aussi.

Depuis qu’il est revenu du Passé, des six années d’exil aux Croisades, il a commencé à retrouver un semblant de vie… mais, aussi, a retrouvé des éléments ; un peu de sociabilité, et surtout une situation.
Un poste, chez Stark Industries. Et une mission, chez les Avengers.
Qui légitime sa pulsion, son besoin fondamental de retrouver celui qui s’acharne dans les rues – pour le bloquer, le stopper ; le châtier, aussi, même s’il sent là une idée de l’Epée d’Ebène, qu’il rejette directement.

Il doit se calmer. Il doit se détendre. Il doit reprendre le contrôle, et éviter les sensations for…


BOOM

« Mais… PUTAIN ! »

Un choc, et la moto échappe à son contrôle. Il faut toute sa maîtrise, héritée des chevauchées difficiles dans le Passé, pour ne pas finir dans le décor… alors qu’il sent quelque chose, dans son dos ; une présence.

« Mais… »

Une présence qui se confirme.
Quand quelqu’un s’adresse à lui ; quand quelqu’un lui parle.


« Bordel. »

Quelqu’un qui se lance dans une véritable logorrhée verbale – et qu’il reconnaît, par un rapide coup d’œil en arrière.

« P’tain. Okay. Okay. »

Spider-Man ; c’est Spider-Man, qui vient le rejoindre.
D’accord, pense-t-il ; un autre Avenger. Un allié. Un camarade.
Un soutien, dans ce qui s’annonce dans une terrible soirée.


« Sa… salut. »

Dane ralentit légèrement, et retourne son visage, pour esquisser un sourire rapide.

« J’suis… ouais. Ouais, c’est moi, mais… mais appelle-moi Dane, okay ? »

Il commence à s’habituer à la présence d’un autre sur la moto, et la conduite est plus fluide.

« J’ai… j’ai aussi entendu les appels radio, je… j’venais voir si j’pouvais aider. T’en sais plus ? »

Il grimace, en crispant ses mains sur sa conduite ; ça le crispe. Tout ça le crispe, tant cela lui rappelle de mauvais souvenirs.

« Et… euh… merci ? Je… j’adore aussi c’que tu fais. Tout… tout l’truc sur l’araignée, c’est cool, et… »

Dane Whitman est un handicapé social ; il est revenu du Passé en stress post-traumatique, et il ne va clairement pas bien.
Mais… toute sa personnalité d’avant n’a pas entièrement disparu – il reste encore quelques éléments, quelques archives du jeune homme sympathique et drôle qu’il fut ; avant l’enfer.
Et, heureusement, ces archives peuvent revenir, même dans les pires moments.


« Et… franch’ment ? Y a pas d’chevaliers dans GoT, mec. Y a que des salopards manipulateurs, qui savent à peine tenir une épée. Y a qu’Jon Snow, mais ce mec est… encore plus insupportable que Fron !
SdA pour toujours, Spidey. Aragorn est mon maître. »


Il esquisse un sourire, heureux de son trait d’esprit.
Mais l’expression ne dure pas – elle s’évapore, en fait, quand il tourne lentement pour un virage, et découvre quelque chose devant eux.
Un attroupement ; avec des cris, et des grands gestes.


« Ho. »

Par réflexe, Dane accélère et s’approche – et cela le frappe, alors.
Deux choses le frappent.
En premier… l’odeur ; l’odeur du sang, qui agresse son odorat, devenu si sensible après tant de massacres vus – et auxquels il a dû participer, jadis. Du sang, donc. Beaucoup de sang, oui, a été versé, et il accélère encore en sentant son corps se crisper.
Et, en second… elle ; elle le frappe, quand il la voit.


« N… Némésis ? »

Quand il croit la voir, plutôt.
Némésis. Une jeune fille rencontrée dans le métro. Un de ses rares liens sociaux. Une bonne gamine, à laquelle il est attachée… et qu’il croit avoir entrevu, dans la foule ; qui commence à se disperser, alors… alors qu’une forme se détache.
Seule. Tremblante. Troublée.
Mais seule ; et dangereuse, vu les réactions de ceux autour – et les cadavres à proximité.


« P’tain. »

Dane arrête la moto, et se lève en posant sa main sur la lame, dans son manteau.

« Mec… j’suis pas encore trop expérimenté, mais… j’pense qu’il faudrait qu’les gens se barrent, là. Vite. »

Sans attendre, le trentenaire pose la main sur le pommeau – et sort son Epée d’Ebène, qui luit en pleine nuit, et qu’il prend à deux mains, pour lever devant lui.

« DEGAGEZ ! DEGAGEZ TOUS ! »

Sans paraître trop inquiétant, mais suffisamment menaçant, Dane Whitman s’avance, et espère faire fuir les passants… pour s’approcher de la jeune femme, si mystérieuse et troublante, devant eux.
Il espère que ça se passera au mieux ; il espère que ça se passera sans mal.
Et, surtout, il espère s’être trompé – il espère n’avoir pas vu Némésis, qu’il voudrait ne surtout pas découvrir ici, dans cet amoncellement de cadavres… qui lui rappelle bien trop ses six dernières années, son foyer sanguinolent !

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 86
» ma tête : Adelaide Kane


But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Mar 2 Oct - 1:56
The fever spreadsI look inside myself and see my heart is black
I see my red door and it has been painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
Némésis n'avait pas tout bien compris.

D'abord elle marchait, dans la rue. Tout était calme, et elle profitait de ce calme. Ce calme et cette absence de lumières, si ce n'est quelques néons qui provenaient des enseignes de quelques bars. Elle s'en nourrissait, ça la rendait plus fort elle en était bien consciente. Elle avait presque oublié toute cette histoire de meurtres. Après tout c'était la routine à Hell's Kitchen, et elle était née à Hell's Kitchen, alors elle n'était pas censée avoir peur...

Non ?

Si ?

C'était débile comme raisonnement c'est ça ?

En même temps, Némésis n'était plus vraiment en capacité de ne réfléchir. Non pas qu'elle soit réellement trop alcoolisée, elle l'était simplement assez pour être plus... calme disons. Moins triste. Par contre elle l'était encore trop pour réfléchir. La tristesse, ça embrouillait les esprits. Les regrets et la nostalgie aussi. Elle ne savait même pas qu'est-ce qu'elle regrettait. Elle ne savait même pas s'il y avait quelque chose à regretter.

Et puis voilà, elle s'était retrouvée devant cette femme aux airs de folle furieuse. Couverte de sang. Sauvage. Des cadavres jonchaient la rue, étaient tombés à ses pieds. Des hommes, effectivement. Aussi triste et alcoolisée qu'elle fut, Némésis n'en restait pas moins une survivante. La nuit la rendait plus forte, et elle sentit son étreinte apaisante.

Oui, elle la rendait plus forte.

Une volute d'un noir d'encre vint doucement se détacher de son poignet, elle ne la contrôlait pas. C'était la peur qui la créait, l'adrénaline aussi. Elle n'y était pour rien. La spirale vient caresser ses doigts, réchauffer son avant-bras avant de disparaître d'un coup, la laissant seule.

Pourquoi ?

La télépathie. Encore et encore cette maudite télépathie. Elle se demandait parfois pourquoi ses créateurs avaient décidé de lui filer un tel pouvoir à la con. Franchement, la pyrokinésie c'était quand même plus efficace non ? En fait elle aurait troqué n'importe quoi contre ce machin inutile. Les pensées des gens qui déferlaient dans la rue l'assaillaient, la rendait fébrile. Leur peur, leur envie de vivre... elle ressentait tout, entendait tout.

Elle essaya de se concentrer sur les pensées d'une personne, incapable de rompre totalement le lien. Celle de la tueuse. Si ce stupide don pouvait bien lui servir à quelque chose, c'était ça. Comprendre les pensées d'une psychopathe, et ce en quelques secondes.

Ouah, heureusement qu'elle faisait des études de psychologie ! Comment elle aurait fait sinon ?

Ah mais oui c'est vrai, il n'y avait pas de cours "comment penser comme une meurtrière de sang-froid" au programme.

Zut alors.

Le bon point dans tout ça, c'était qu'elle y parvenait. Elle entendait. Elle comprenait. Tout était plus ou moins confus, mais il y avait des choses qui revenaient. La vengeance. La souffrance. Sûrement un peu de soulagement aussi, lorsqu'elle tue. Très étrange. C'était la première fois qu'elle entendait des trucs pareils. Cela eut pour effet de la calmer, et les dernières traces de nuit sur son corps s'évaporèrent. Elle se concentrait désormais sur ses pensées, sa connexion avec elle. Elle tenait une jeune femme près d'elle, elle pensait la libérer en tuant... son petit-ami peut-être ?

Ohlala, tant de perspicacité. Ses profs auraient été fiers d'elle. Peut-être qu'il fallait qu'elle s'alcoolise pour être bonne en psychologie finalement.

- Hey...

Némésis s'approcha de la blonde, se demandant au même coup si elle avait réellement envie de mourir ce soir.

- Tout va bien...

Plus pourri t'as pas trouvé franchement ? Elle s'avançait doucement, essayait de lui parler à travers le bruit que faisait la foule. Impossible. Ça ne marchait pas. Elle allait tenter autre chose.

- Tout va bien désormais. Ils ont payé. Ils sont morts. Tu as fait du bon travail Mary, mais maintenant c'est terminé. Ils ont payé.

Par télépathie. Directement dans sa tête. Elle espérait qu'elle ait reçu le message. Elle avait espoir pour que ça marche, parce qu'elle sentait de la souffrance. Là où il y avait encore de la souffrance, il y avait de l'humanité.
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 104
» ma tête : Tom Holland
» association : Journal de l'école de Midtown/Club de science (même école)
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Mar 2 Oct - 23:02


Je crois que j’ai fais peur à mon nouvel ami qui perd un peu le contrôle de sa moto. “ Oh non ne paniquez pas, Monsieur Knight ! Faut vous détendre ! Je… Attention là ! ” Je vois que la moto est prête à tomber d’un côté et je tisse une toile pour la ramener droite. “ Je vous assure, sous ce masque je suis comme vous. En moins… Vieux sans doute. Et… Je vais éviter de vous appeler par votre prénom. Ça gâchera le concept de super-héros. Ou alors pas ici. Appelez-moi Spidey ! ça c’est pour les intimes. Le tisseur c’est pour ce vieux bougon du bugle et quelques ennemis aussi. Même des amis quand on y pense. ” Je sens qu’il est tendu et je tente de me faire le plus léger possible sur sa bécane. Il me pose des questions. “ Euh… J’en sais rien en fait mais… ça me rappelle une de mes premières enquêtes. Donc… ça m’intrigue. Et merci. M’sieur Stark voulait que je lâche l’araignée mais vu que c’en est une qui m’a donné mes pouvoirs. ”

Le type m’étonne lorsqu’il dit que Got c’est nul et qu’il vaut mieux le seigneur des anneaux. “ Genre… Le truc avec Sauron et tout le bordel ? C’est trop vieux pour moi, ce truc. Mais… ” Spider-sens ! Je m’arrête dans ma phrase et lui aussi s’étonne d’un attroupement. Il chuchote un truc au sujet d’une Némésis. J’arque un sourcil. Je descends de sa moto en même temps que lui. Il me dit que les gens devraient se tirer d’ici. Mais il parle de faire la circulation. Je ne pige pas tout sur le moment jusqu’à ce que… “ Oh je vois! T’as un ticket avec la brune et tu veux que je vous laisse tranquille ? ” Mais au lieu de ça il sort une épée et demande à tout le monde de dégager. Je fais les gros yeux “ Oula, preux chevalier ! Attends ! ” Je me place devant lui “ Faut pas faire ça, mec, même à New-York ! J’veux dire… Genre ces gens vont juste croire que t’es un intermittent du spectacle avec ton truc alors… Eh mais… A qui tu parles toi ? ”

Il a raison sur un point, le Ned Stark : il faut faire circuler la population “ Mesdames et messieurs ! Veuillez circuler ! Une opération des Avengers à lieux ! Tout est sous contrôle ! Roh j’ai toujours rêvé de dire ça… Bref ! Circulez ! N’hésitez pas à aller faire un tour chez Leo’s de Chinatown ! Il fait les meilleures pizzas ! Et en plus c’est assez loin d’ici pour que vous soyez hors de danger ! ” Ma technique marche beaucoup mieux. Les gens semblent plus enclins à écouter mon sympathique masque et moins pétrifiés d’effroi qu’à la vue d’un psychopathe à épée. Je tisse une toile en guise de ruban de police pour condamner les lieux du crime et me rapproche de la fameuse Némésis qui se tient à côté de… Mary ?! Double ration de Spider-sens ! Merci bien !

Je tente de m’approcher à mon tour “ Mary ? C’est bien toi ? Tu… Tu veux parler à ton vieil ami Spider-man ? Enfin… Si t’es bien la version amicale de Mary ? ” Je marque une pause et souffle dans un murmure “ Tu… Tu ne vas pas encore essayer de me tuer, pas vrai ? ” Je vois son arme et souffle une nouvelle fois à moi-même “ Je savais que j’aurai dû appeler Deadpool… ”


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 361
» ma tête : Natalie Dormer


» association : Résistance à fond!
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 1 - Découverte des pouvoirs
» appartenance: 1 - Humain normaux

Sam 20 Oct - 15:38
Event X Mary
— The fever spreads —
« L’usage exige qu’un sadique reconnaisse le meurtre mais non pas le plaisir. »

Je la laisse tombé, elle se débat de moi et part en hurlant. Je ne comprends pas pourquoi. Elle me remerciera surement plus tard. En me tournant il y a cette jeune femme en face de moi, qui me demande si je vais bien. Mes yeux la balayent du regard, quelque tic au visage me force à pencher ma tête, ou à plisser mes yeux lorsque je me concentre. « Ça va… oui, ça va. Tout va bien. » Je maintien mon couteau dans ma main, mais je ne l’attaquerai pas. Elle est belle très belle. C’est une gentille personne, une gentille femme.

Mais quand elle me dit que tout est terminé, que mon travail est fini… j’ai tant de voix qui me disent le contraire, et tant de flash d’épouvante dans mon retard. Les internats psychiatriques, les expériences, les violences… électrocutions, violes, violence… « Non, pas fini… Non j’ai pas fini. » Mes yeux balayent autour de moi sans bouger, comme terrorisé. Il y a des hommes autour de moi. Ils viennent me faire du mal, ils vont lui faire du mal à elle aussi et à nous toute. « Tue-les Mary, il faut que tu les tues, tous ! Car si tu ne le fais pas c’est eux qui le feront. Mary doit tous les tuer… » Murmurais-je, me parlant ainsi toute seule. Comme dans une bulle.

Mais en entendant cette voix… celle de l’araignée, mes yeux injectés de sang se tourne directement vers lui. « Tu n’es pas mon ami. » Je vois rouge que l’on puisse me comparer à Mary ou à Typhoid, surtout elle… un jour je la tuerai. « Je ne vais pas essayer de te tuer, je vais te tuer. » La dernière fois que nous nous sommes rencontrées il a voulu me faire du mal, il a voulu faire du mal à moi, et me mettre dans une boite. Enfermer la pauvre Mary. Non pas encore.

« Laissez-moi ! … Mary n’a pas besoin d’être enfermé. Non c’est pas vrai, je dois juste leur faire du mal, oui j’en ai besoin. » Vous ne comprendrez certainement rien à mon charabia, c’est normal… devant une personne aussi déranger que Bloody-Mary. Mais méfiez-vous toujours des apparences. Je me mets à genoux parterre, jouant la pauvre petite fille soumise à ses pulsions psychiatrique. Je regarde Dane, je peux ressentir sa fragilité, sa faiblesse. Mon visage recouvert de sang, il est mal à l’aise par cette situation. Bien trop intelligent pour qu’implante une idée dans son esprit, je le pousse cependant à venir vers moi, en le regardant. Mon regard implore l’aide et la pitié.

Mais une fois assez proche de moi je mords sa main plantant mes dents suffisamment dans la chair pour le faire saigner, arrachant un peu de chair et frappant d’un grand coup son ventre avec mon pieds. Sur mes pieds, je récupère son épée, et je lance mon couteau dans la direction du mollet de Peter, espérant lui avoir au moyen tailladé la chair. Mon regard manipulateur se pose sur Nemesis. « Si tu es avec eux, je ne pourrai te sauver. Non elle devra mourir. Oui elle mourra, elle femme qui protège les hommes ne méritent pas de vivre. Monstre. Traitre. » Je crache au sol un peu de sang de Dane et lance l’épée dans la foule celle-ci décapitant un homme, l’épée se plante dans le mur, emprisonnant un autre homme par son épaule sur son passage. Deux pour le prix d’un. Maître des arts martiaux, le loisir d’être habile avec des lames.

A la fois sadique et contente, mon sourire fend mon visage et je pars en courant me noyez dans la foule. Deux buts, les perdes de ma zone de chasse et continuer de chasser. Mon désavantage, ils ont Peter avec eux et il me connait. Je suis le loup, et ils sont mes petits moutons





Mary A.Walker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 166
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Lun 22 Oct - 8:46
« Hrm. »

Dane grogne, en serrant plus fort le manche de son Epée d’Ebène ; un vieux réflexe, en période de danger, et surtout d’incertitude.
Il a le sentiment qu’il va, très vite, revivre ce type de moment ; joie et bonheur.


« Merci, Spidey. »

Spider-Man, au débit de paroles extraordinaire, glisse quelques informations utiles, dans son bavardage ; tout en protégeant sa moto, qui a failli tomber.
Une bonne initiative, donc. Même si la situation n’a rien d’agréable ou de réellement sensée.


« J’te montrerais pourquoi GoT est en d’ssous du SdA, mais… plus tard. J’te montrerais aussi pourquoi ça peut être utile, d’faire peur aux gens. »

La foule, amassée autour de la scène, le voit et commence à hurler ; avant d’être évacuée, difficilement, par Spider-Man.
Sous son casque, Dane grimace. On a rêvé meilleur début, clairement.


« Même si ça va pas aider ma réput’, clairement. »

Il grogne, et s’avance vers le cœur de la scène ; vers Némésis, qu’il reconnaît, et cette étrange femme. Recouverte de sang.
Génial, pense-t-il ; il fallait que ça soit elle. Il fallait que la p’tite tête soit là, avec cette tarée.


« Ném… hey, bouge de là ! Maintenant ! »

Le Chevalier Noir se retient, avant de griller l’identité de la jeune femme, et il espère la faire partir ; mais il est pris de vitesse – par plus rapide, plus agile, plus coloré, plus bavard. Plus jeune.
Spider-Man.
Incroyable. Spectaculaire. Sensationnel.


« Hrm. »

Enervant aussi, un peu.
Même si ça fait du bien de l’avoir ici, clairement – d’une part du fait de son expérience, mais aussi parce qu’il semble… connaître la fille ; la tarée.
Un avantage, notamment parce que Spidey lui parle. Et permet, ainsi, à Dane de s’approcher, lentement et sur les côtés ; à pas de loup.

Plus près, il peut l’entendre ; il l’écoute, alors.
Et il comprend.
Elle est folle. Démente, complètement.
Alors que Némésis semble concentrée sur elle, que Spider-Man a parlé, l’autre répond. D’abord en laissant espérer une issue positive – puis en s’enfonçant dans sa folie, en évoquant une tâche inachevée, et une furie meurtrière absolue ; Dane en grimace.
Il resserre la prise autour du manche de sa lame, fixée vers le sol, et s’approche encore. Sans se rendre compte qu’il n’est clairement pas en contrôle de lui-même… mais en étant persuadé du contraire.


« Hem. »

Il ne voit pas qu’il est désormais trop près ; mais il le sent.
Quand elle le mord.


« HA ! »

La douleur est forte – ça fait mal ; mais moins que la suite.

« N… non. »

Moins que de voir la fille, étonnamment si agile, si forte, si rapide, récupérer son Epée d’Ebène. Moins que de la voir lancer son couteau vers Spider-Man. Moins que de la voir projeter sa lame, son arme asgardienne si terrible, dans la foule ; avec une précision absolue… mortelle.

« Non. »

Moins que de la voir faire mouche ; par deux fois.
Une décapitation. Une blessure lourde.


« NON ! »

Dane hurle, et sent ses muscles se crisper, son cœur exploser ; son esprit s’évapore, aussi.
L’Epée d’Ebène a fait couler le sang – et l’effet s’en fait sentir. En lui, son porteur régulier.
Celui qui n’a pas été assez bon pour empêcher la fille de se jouer de lui… celui qui n’a pas été assez fort pour garder l’épée ; celui qui est responsable.


« RAH ! »

Une boule de fureur explose dans son cœur, drainée en plus par l’Epée d’Ebène ; mais il se contrôle. Pour le moment.
Il bondit, alors. Il abandonne la douleur, serre les dents malgré la plaie et le sang, et roule sur le sol ; pour récupérer un couvercle de poubelle, et l’envoyer rageusement vers la fille. Vers cette tarée meurtrière, qui en plus menace Némésis – et ça, il ne le permettra pas.
Il ne permettra pas plus de victimes. Il le refuse. Il le jure.
Il le fera.


« Y a qu’une p’tain de monstre ici, connasse, et il porte ta p’tain de sale gueule ! »

Après un regard de pure fureur, il se redresse – mais ne va pas vers elle ; il file ailleurs.
Vers la foule.
Vers cette masse, déjà ouverte mais qu’il fend violemment ; en grimaçant, souvent, sous la douleur. Mais il continue. Mais il l’ouvre. Mais il se projette vers la victime, qui est déjà inconsciente et saigne beaucoup ; le type saignera plus, et sera plus en danger, s’il sort l’Epée d’Ebène.
Mais il le fait quand même.


« Rah. »

Il arrache la lame, et accompagne la victime au sol. Avant de réclamer un tissu, qu’il bande autour de l’épaule ; maigre pansement, mais c’est tout ce qu’il peut faire… ce qu’il veut faire.
Car autre chose l’attend – elle l’attend.


« P’tain. »

Dane se redresse ; énervé, furieux, vexé, blessé. Crispé.
Enragé.
Il fonce, alors. Sans plan. Sans hésitation. Sans penser.
Il fonce, lève sa lame – et profite du surcroît d’énergie, de puissance, de fureur, et de vice de l’Epée d’Ebène pour se préparer ; à parer les coups. A frapper. A toucher, avec le plat de la lame.
A frapper, oui ; le crâne de la fille, après une feinte. Avec le plat.
Pour blesser – pour endormir. Pas pour tuer. Non, pas pour tuer… pas encore.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 86
» ma tête : Adelaide Kane


But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Lun 22 Oct - 22:21
The fever spreadsI look inside myself and see my heart is black
I see my red door and it has been painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
Leçon n°1 : ne jamais donner d'ordres à Némésis. Si vous donnez un ordre à Némésis, vous pouvez être sûr que jamais, elle ne fera ce que vous vouliez.

Alors la brune ne bougea pas, une fois que Dane lui eut ordonné de le faire. Dane. Elle venait simplement de le reconnaître. En fait, elle n'avait remarqué ni sa présence ni celle de l'araignée qui l'accompagnait avant ce moment. Mais aussi pompette qu'elle fut, elle ne l'était pas assez pour passer à côté d'un Dane avec une épée dans la main.

Voilà, ce jour était arrivé.

Il fallait bien que ça lui tombe dessus. Elle aurait cru tomber de haut, au lieu de ça c'était simplement la confirmation de ce qu'elle savait déjà. Au fond, elle le savait. Maintenant elle l'avait simplement sous les yeux.

Et puis il fallait dire qu'elle n'avait pas tout à fait le temps de s'indigner autant qu'elle l'aurait aimé. Tout d'abord parce qu'elle crut l'avoir calmé, l'espace d'un instant, elle en fut très satisfaite et fit un pas de plus vers elle. Puis ses pensées la brûlèrent au vif, la força à couper leur lien par instinct. C'était horrible, ce qu'elle avait vu.

Horrible. Inhumain. Ça lui glaçait le sang.

Toute la sympathie qu'elle avait réussi à accumuler pour cette inconnue s'évanouit cependant lorsqu'elle changea d'attitude une nouvelle fois. C'était fini. Némésis n'avait plus aucune emprise sur elle. Mary s'adressa à Spider-man puis continua à délirer, pour finir par s'écrouler proche du sol.  Elle comprit très vite ce qu'elle essayait de faire, mais pas assez. Alors qu'elle pleurnichait, Dane s'approchait d'elle. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle était sûre d'une chose :

Elle allait attaquer.

Elle allait attaquer.

MERDE !

- ATTENTION !

Trop tard, elle le mordit et le reste s’enchaîna comme s'il s'agissait de quelque chose de naturel, de quelque chose que la blonde faisait quotidiennement. Tuer. Elle la menaça au passage, mais Némésis était bien trop occupée à craindre la suite des événements pour réellement l'écouter. Elle vit le poignard frôler l'araignée, voulut l'avertir mais encore une fois c'était trop tard. Elle ne put rien faire non plus pour l'épée qui traversa la foule, tuant un homme et en blessant un autre au passage. L'épée l'avait entaillée à la joue, très légèrement du moins. Ce qui était étonnant, c'est qu'elle ne l'avait même pas senti.

Peu importe, l'action n'était pas terminée et elle se réveilla de sa léthargie un peu trop tard. Elle s’interrogeait sur la nature de l'arme, mais n'eut pas le temps de le faire longtemps puisque Dane retirait déjà l'épée coincée dans l'épaule du malheureux.

Merde.

Merde, merde, merde !

Elle n'était pas médecin, mais elle savait à peu près comment agir dans ce cas. Alors elle se laissa tomber sur ses genoux, à côté du malheureux et entreprit de compresser la plaie. Dane avait crée des dégâts irréversibles en retirant l'épée, mais ça il le savait. C'était étonnant pour elle, qui ne le connaissait qu'en tant que Dane, son ami. Enfin elle avait un petit aperçu de ce qu'il était capable de faire lors de cette visite à l'université, mais là... c'était autre chose...

- Il nous faut une ambulance !

C'était un peu comme lancer une bouteille à la mer sur une plage de Normandie et espérer qu'elle arrive à Dubaï. Les rares personnes encore autour d'eux fuyaient aussi vite qu'ils le pouvaient et sa supplique resta sans réponse. Némésis osa se détourner de l'homme un rapide instant, le temps de vérifier ce qu'il se passait derrière elle. Elle vit Mary se faire assommer.

Merde.

Encore une fois, merde.

Pourquoi est-ce qu'il fallait toujours qu'il se produise des trucs comme ça quand elle allait se balader ? Ce n'était pas juste.

Néanmoins elle eut peur, elle eut peur que ça ne suffise pas et qu'elle réplique une nouvelle fois. Elle eut peur pour lui alors elle attaqua, instinctivement. Une attaque mentale, évidemment. Némésis ne s'était pas d'un coup transformée en ninja. Mais les siennes étaient incisives, brutales. Elle espérait que cela suffirait à donner l'avantage à l'Avenger et que Mary lui pardonnerait. Elle espérait aussi que son intervention était assez discrète pour que personne ne s'en aperçoive, puisqu'elle n'était pas censée hurler sur tous les toits qu'elle était télépathe.

C'était même censé être un secret, d'ailleurs.

Puis elle se tourna vers Spider-Man, sa main tentant toujours de stopper les saignements du passant.

- Dis, la petite araignée, peut-être qu'il serait temps de bouger non ?


Ah les jeunes, de plus en plus fainéant.
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 104
» ma tête : Tom Holland
» association : Journal de l'école de Midtown/Club de science (même école)
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Dim 28 Oct - 18:33


Sans rire, il parle comme cette vieille génération fan de série. Celle là même qui avait la flemme de dire le nom en entier. GoT, SdA et tout le truc. Mince… Encore un 90 dans l’âme. Mais quand il me dit qu’il va me montrer que faire peur ça peut être utile je soupire “ Je suis la sympathique araignée du quartier, mec ! Qu’est ce qui fait peur dans ce surnom, sérieusement ? J’ai déjà essayé, mais… ça marche pas avec ma voix… ” Mais avant qu’on ait le temps de dire ouf, on tombe nez à nez avec la meurtrière :  Mary. Je tente bien malgré moi de la raisonner. En fait, je me suis surtout contenté de la reconnaître. Mais elle n’a pas l’air content vu son regard. Et rien qu’à croiser ses yeux, j’ai senti comme un semblant de spider-sens s’activer. Mince… Ce n’est pas encore halloween ni le premier avril, si ? Alors… Elle est vraiment de retour ?

Mais avant qu’on ait le temps de dire ouf -et pourtant tout le monde ici sait que je parle rapidement-, elle se met à mordre le fils caché de Boromir. “ Je crois que je vais… Vomir dans mon masque… ” Trop occupé à contenir le contenu de mon estomac dans mon ventre, je ne ressens que mon spider-sens s’affoler de nouveau. Je n’ai que le temps de bondir pour m’accrocher à un mur, la tête vers le bas. J’ai évité de peu une lame. Je redresse la tête mais c’est trop tard, une épée fend l’air et je n’ai pas le temps de la rattraper qu’elle a déjà fait son œuvre : ôter une vie et embrocher un passant.

Némésis me dit qu’il est temps de bouger. Je suis on ne peut plus d’accord. D’autant plus lorsque je vois le chevalier foncer vers elle. Trêve de galéjade ! Spidey est dans la place ! Hors de question qu’il n’y ait un autre mort. Je tisse une toile sur la cheville de Mary pour la faire tomber au sol et lui éviter la lame dans la trogne. De l’autre, je touche le mur opposé et me projette droit vers l’épée. Je m’autorise même un retournement, de façon à frapper le plat de l’arme blanche avec les pieds pour la faire tomber. Dans l'action, j'arrive à lâcher un “ Pas de ça chez nous ! ” J’atterris accroupis au sol et lâche à Dane “ On ne tue pas ! Enfin… pas nous ! ”

Mais je me dis en cet instant que j’ai peut-être fait une bourde. Je viens de protéger Mary qui va sans doute recommencer son œuvre. “ Mary ! C’est fini ! Ça suffit! Ecoute ma voix ! Je t’ai déjà aidé par le passé ! Je suis ton ami et je… Tu ne m’écoutes pas c’est ça ? ” Je ravale ma salive et me redresse pour tourner ma tête vers Dane “ Si je te rends ton épée, tu me promets de ne pas t’en servir pour tuer et… Surtout de ne pas t’en servir contre moi ? ” Je tends mon bras vers l’arrière, tissant une nouvelle toile vers la lame pour tirer l’épée dans ma main et lui tendre comme un bouquet de fleur.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 361
» ma tête : Natalie Dormer


» association : Résistance à fond!
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 1 - Découverte des pouvoirs
» appartenance: 1 - Humain normaux

Sam 10 Nov - 15:54
Event X Mary
— The fever spreads —
« L’usage exige qu’un sadique reconnaisse le meurtre mais non pas le plaisir. »

Je tombe au sol, quelque chose accroche ma cheville et une autre passe au-dessus de ma tête. Ma tête est lourde et me fait mal. Ca me met en rogne mais dans un état de … panique… ! Comme si tout était confus et je ne comprends pas pourquoi. C’est eux, c’est forcément eux ! Peter me parle mais je ne l’écoute pas. J’essaye avant tout de me dégager de cette horrible toile collante ! Dégueulasse ! Aucune patience, j’ouvre grand ma main et lance des étincelles de feu pour brûler la toile afin de me libérer.

Je suis en colère, on m’attaque, on entrave ma liberté. Et c’est comme avant, Mary se prend des coups, Mary ne se terra pas cette fois. Mary ne se laissera pas violenté, ni violer, ni battu. Mary va se battre. Alors je me relève. Je ne compte pas repartir à la chasse au mauvais homme. J’en ai déjà deux à combattre là, devant moi.

Je regarde Spider-man, alors qu’il a le dos tourner, le regard concentré bien que divagant. Doucement ses pieds ne touchent plus le sol et je l’envoie voler contre le bâtiment le plus prêt grâce à mes pouvoirs de télékinésie. Je me mets à rire, chantonnant doucement : Monday, Monday, so good to me… Je fais craquer ma nuque. « Ils doivent mourir Mary… alors fait le ! Qu’est-ce que tu attends Mary ? Laisse-moi jouer, c’est amusant. » Je m’amuse toute seule, imaginant que je suis un gros chat avec de toute petite souris.

Je regarde Dane, le stéréotype de l’homme, grand, fort, il ressemble à mon père. Oh mon petit papa… mon gentil petit papa tu m’as frappé si souvent, violer si souvent avant de me mettre dans un asile. Mon petit papa j’ai aimé te brûler et te regarder te consumer… Je prendrais du plaisir à faire de même avec ce chère Dane, je suis sûr qu’il est délicieux ! Avec la paume de ma main j’essuie son sang sur ma bouche pour le lécher. Visiblement il n’aime pas que je joue avec ces affaires, il ne fallait pas m’empêcher de faire ce que j’ai à faire.

Comme moyen de protection le plus simple, je fais léviter un homme dans la foule en train de s’enfuir et le met devant moi, comme bouclier. « Viens, attaque moi ! »





Mary A.Walker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 166
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Sam 10 Nov - 18:54
Dane fonce comme une furie, vers Mary ; l'Epée d'Ebène à la main.
Il veut frapper. Juste... frapper.
Jusqu'à ce que Mary ne puisse plus tenir debout.
Jusqu'à ce qu'il soit éclaboussé de tout le sang que le corps de Mary peut contenir.
Mary l'a troublé, choqué, gêné ; dégoûté. Puis, elle l'a mordu et elle l'a... énervé. Beaucoup.
Beaucoup trop.


 « RAH ! »

Saignant de la main, le cœur battant bien trop vite, l'esprit embrumé par la douleur, mais aussi la fureur provoquée par la malédiction de l'Epée d'Ebène, il fonce... et ne réfléchit plus.
Mais d'autres le font, pour lui.


 « N... non ! »

Spider-Man ; Spider-Man intervient... et s'empare de la lame.
Il empêche Dane de frapper Mary, et met celle-ci au sol ; avant de se retourner vers Whitman, pour glisser quelques mots – et lui proposer de lui rendre son arme.
S'il est calmé. Et s'il décide de ne pas tuer Mary.


 « Hrm. »

Il grogne, secoue la main ; il a mal. Il est énervé, toujours.
Mais... il ne tient plus l'Epée d'Ebène. Son appel s'affaiblit ; sa soif de sang, aussi.


 « Je... j'allais pas la tuer, p'tain. »

Que c'est laid, de mentir.
Mais que c'est pratique, aussi.


 « Je... j'vois bien qu'elle a b'soin d'aide. J'veux l'aider. »

En lui ôtant la vie.
Après une longue période de souffrance intense et cruelle.


 « Et... j'vais pas t'planter, Spidey. »

Vrai.
Même s'il y a pensé ; si une partie de lui y pense encore.


 « On est... collègues. Frères d'armes. Ça compte, p'tit. »

Le Chevalier Noir esquisse un sourire sincère – et récupère sa lame.
Puis conserve un sourire confiant.
Même si son esprit sent, à nouveau, la charge brutale de l'Epée d'Ebène... son appel, ses murmures incessants, les pulsions qui bondissent dans son cœur.
Mais il les contrôle.
Car il croise son regard.


 « P'tite tête... »

Il murmure ces deux mots, après s'être tourné pour voir la foule – et tomber sur elle ; Némésis.
Au sol. A gérer le blessé... le blessé dont il a empiré l'état, en arrachant sa lame.
Encore une bêtise. Encore une erreur. Encore un drame... par sa faute.
Il soupire, secoue la tête ; a l'envie de baisser les épaules, de fuir, de s'enfuir, de disparaître pour que Némésis, qui vient de le voir, qui vient de le découvrir... ne le voit plus. Il a tout foiré. Il a tout foiré, encore.
Et il veut s'enfuir... mais se retient. Car il l'entend.


 « P'tain. »

Mary ; Mary reparle.
Il se retourne vers elle, et serre la mâchoire. Il se crispe, mais maintient ses deux mains sur le manche de l'Epée d'Ebène.


 « Tu... p'tain. »

Elle parle – elle lui parle.
Elle est folle.
Mais puissante.
Mary utilise ses pouvoirs pour lever un type, dans la foule ; un type innocent. Un type terrorisé, anéanti, terrifié. Un type... avec une famille. Un type innocent.
Un type – un type qu'elle va tuer.
S'il agit bêtement. Encore.


 « T'es malade, Mary. Et j'suis désolé pour toi. »

Mary le place devant elle, comme un bouclier ; pour l'empêcher d'agir, de la frapper.
C'est un bon plan.
Mais il en a aussi, lui.


 « Spidey... t'as l'air d'aimer l'ciné, hein ? Moi aussi. Tu... t'connais Jim Carrey ? A ton avis, c'est... c'est quoi son meilleur film ? »

Dane fait plusieurs moulinets avec sa lame, en évoluant lentement autour de Mary et de sa cible.
Calme. Posé. Concentré.
Prêt.


 « Moi, j'dirais... Menteur, Menteur. Et toi ? »

Il se tourne vers lui, et sourit sous son casque.
Avant de fixer, soudainement, Mary en reprenant un air terrible.


 « SPIDEY, ENLEVE LE MEC ! J'LA GERE ! »

Et Dane fonce, alors ; vers Mary et l'homme.
Mais sans vouloir la gérer.
Son plan est dangereux, mais il n'en a pas d'autre : il espère que Spider-Man a compris qu'en évoquant un film sur un menteur pathologique, et en embrayant sur une annonce de plan, il voulait... le contraire, en fait.
Whitman ne veut pas gérer Mary ; il veut que Spider-Man s'occupe d'elle, alors que lui bondit en avant – et plaque, littéralement, sa victime !

Il roule au sol avec lui, maintient sa lame loin du pauvre gars, et se tourne vers le reste... en espérant que Spider-Man a compris ; et qu'il profitera de cette diversion, pour attaquer Mary – et la stopper, surtout !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 86
» ma tête : Adelaide Kane


But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Sam 17 Nov - 15:30
The fever spreadsI look inside myself and see my heart is black
I see my red door and it has been painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
C'est dans ces moments là que Némésis regrettait de ne pas être ce genre de femmes qui foncent tête baissée dans la bataille, en sachant pertinemment qu'elles s'en sortiraient. C'est dans ces moments là, qu'elle maudissait le plus Hydra pour avoir fait d'elle une espionne et non un soldat. C'est dans ces moments là, qu'elle avait envie d'envoyer balader Némésis pour ne laisser plus que Nyx et toute sa haine les sauver.

Sauf que voilà, elle ne le pouvait pas.

Bien sûr qu'elle aurait aimé se lever, prendre l'épée des mains de l'araignée et tuer Mary une bonne fois pour toute. Nul doute qu'elle aurait pu, et elle ne s'en serait voulu qu'après un long moment et bien peu pour l'ampleur d'un tel geste. Elle l'aurait fait sans aucune hésitation, rien que par haine. Par vengeance. Par colère.

Pour le protéger peut-être aussi.

Mais voilà, elle était Némésis. Une étudiante en psychologie, campagnarde, qui n'a jamais eu de sang sur les mains, qui s'en voudrait à mourir pour avoir tuer un moucheron, aussi joyeuse que Blanche-Neige quand elle passe le balai et aussi douce que la mère de Bambi. Alors tout ce qu'elle pouvait envisager de faire, c'était se lever et taper du pied en pleurant comme une enfant de six ans qui n'a pas eu ce qu'elle voulait pour Noël.

Et ça impliquait qu'elle lâche le blessé et le laisse se vider de son sang au sol. Pas très Némésis tout ça. Alors même ça, ce n'était pas possible. La brune tentait de conserver une pression constante sur l'épaule du malheureux mais ce n'était pas chose simple avec tout ce qu'il se passait autour d'elle. Sa détermination flanchait. Elle avait l'impression d'être seule. Seule au milieu de tous ces gens.

Et assurément, c'était ce qu'elle était.

Son champ de vision se brouilla, ce n'était pas des larmes de tristesse, loin de là. De la frustration pure coulait sur les joues de Némésis. Frustration, colère, fatigue.

- Stop.

Sa poigne se fit plus ferme sur l'épaule du jeune homme, qui émit un léger cri de douleur. C'était dit fermement, presque brutalement. Grogné entre ses dents.  Elle se tourna vers Mary, la foudroyant du regard. Elle rétablit leur lien sans même s'en rendre compte, celui perdu quelques minutes plus tôt. Elle n'avait que ça, elle ne pouvait utiliser que ça.

- Stop.  

Elle ne savait pas trop à quoi elle s'attendait, peut-être à ce que Mary arrête tout, implore leur pardon et devienne pâtissière. Ou peut-être qu'elle espérait simplement un signe d'humanité, n'importe lequel, une prise de conscience. Elle savait qu'elle n'était pas aussi monstrueuse qu'elle en avait l'air.

Elle le savait.

Et elle devait agir, parce que Dane venait de reprendre son épée et papotait désormais avec son copain Spidey comme si de rien n'était.

- Regarde les, regarde leurs visages Mary. Ils ne méritent pas ça. Ils ne méritent pas de mourir. Ils ne t'ont rien fait, ce n'était pas eux.  


Elle fit le vide autour d'elles, éloigna tous les bruits parasites et toutes les potentielles conversations sur Jim Carrey. Elle ne savait pas tellement ce qu'elle faisait, si elle tentait réellement de la raisonner ou si elle essayait simplement de la distraire pour laisser le champ libre aux héros du jour. Elle n'en savait vraiment rien, mais au moins elle ne restait pas les bras croisés.

- C'est ton ami. C'est Spiderman. S'il te plait Mary, écoute moi. Ils ne méritent pas de payer pour les erreurs des autres.

Elle répétait les mots de l'araignée sans même savoir si c'était vrai, appelant à des sentiments dont elle ignorait l’existence. Elle savait que ce n'était pas prudent, de parler aussi librement par télépathie. Mais elle s'en fichait. Elle n'en avait vraiment rien à faire. Si Mary la trahissait sans même s'en rendre compte, elle n'aurait qu'à feindre la surprise.

Après tout, mentir c'était son domaine.

- S'il te plait...  

Elle la suppliait, parce qu'elle venait de voir Dane plonger vers elle et qu'elle n'était pas sûre de survivre s'il mourrait sous ses yeux.

- Je t'en prie... c'est quelqu'un de bien.  


Meilleur qu'elle ne le sera jamais, même si elle découvrait une autre facette de son ami. Quelque chose de plus sombre, de plus malfaisant qu'elle ne lui connaissait pas. Ça ne modifiait en rien son avis le concernant.

- Comme toi. Tu es quelqu'un de bien.  

Ça, elle n'en savait en réalité rien du tout. Elle le sentait c'est tout.

- Tue moi à la place.  

Ultime cri du cœur.
De désespoir.
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
Contenu sponsorisé
GÉNÉRAL.
POUVOIR.

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to the Game :: New York :: Manhattan :: Hell's Kitchen-