N-Y, JUIN / JUILLET 2018
MÉTÉO : temps ensoleillé, l'été s'est clairement installé avec une moyenne de 29° Des conditions idylliques pour profiter des parcs et prendre quelques couleurs.
PS... Wade dit : préparez les bikinis

NEWSLETTER D'OCTOBRE 2018



+ 100 $ ▬ Pour le groupe AVENGERS
+ 50 $ ▬ Pour les groupes VILAIN et X-MEN

» SALES du 01.10.18 au 31.10.18

» INTRIGUE #1 Secret Wars

» MISSION #1.1 Event that goes wrong ouverte jusqu'au 31 oct.

» MISSION #1.2 The fever spreads ouverte jusqu'au 31 oct.


 :: Welcome to the Game :: New York :: The Bronx

Minds & Kages [Némésis Fallen]

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 23
» ma tête : Madelaine Petsch
» association : Les Indépendants (Et pas les pirates même si je le souhaite de tout mon coeur)
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Lun 8 Oct - 5:32
Némésis Fallen & Persuasion


Minds & Kages

She shines, In a world full of Ugliness, She matters when everything is meaningless - NIN
Prisonnière de sa propre pensée, Kara gisait sur le sol de sa cuisine depuis au moins six heures. Ses boucles violacées et bleutées auréolaient son visage crispé de douleur et de souffrance. La terreur qui se lisait au sein de son regard bi-coloré était d’une torpeur mortelle et effarante. La soupe au poulet fait maison avait pris feu, tandis que les e-mails continuaient de faire vibrer son téléphone intelligent. Des spasmes saisissaient ses membres, et son cœur battait la chamade. Une fois encore, elle reçut une attaque psychique pour la seizième fois. La voix de son père parlait, machiavélique et insupportable. Des images de sa mère, Mélanie Killgrave, révélaient la nature de leur union. Traumatisée par cette violence et cette rage, la mutante violette ressentit le viol à répétitions – la manipulation de la volonté et les jeux tordus auxquels son paternel s’adonnait. La détresse psychologique qui s’ensuivit chez elle obligea son pouvoir à utiliser ce lien pour renvoyer la douleur à son origine. Un mur les sépara, ce qui incita l’homme pourpre à se méfier de sa propre descendance. Leur lien télépathique fut rompu. Celui-ci provenait d’une télépathe manipulée par monsieur Killgrave en personne. Dépenser un niveau accru d’énergie provoqua un choc vagal chez la jeune femme qui perdit non seulement la raideur de son corps, mais aussi sa pensée.

Pendant deux heures supplémentaires, le fil de sa pensée dériva au creux de ses anciens cauchemars. L'homme pourpre tenta de contrôler sa télépathe afin d’envoyer de nouvelles attaques psychiques, mais une force étrange protégeait désormais Kara de son paternel. Miss Killgrave ressentait l’esprit de la télépathe qui se pliait à son pouvoir de suggestion. Peut-être avait-elle un élément que son paternel ne possédait pas. Une migraine saisit la jeune femme qui se réveilla devant son four enflammé. Heureusement, elle put prendre un extincteur caché dans son armoire et l’éteindre avant une explosion imminente. Devant de telles images percutantes, la jeune femme toucha ses propres hanches en songeant à celle de sa génitrice autrefois adorée. Toutes ces femmes…violées, torturées, assassinées sans remords…Rien ne semblait pouvoir interrompre l’homme pourpre dans sa quête autodestructrice qui ne faisait que semer le chaos partout où son chemin l’entraînait. Mélanie n’était qu’une victime, rien de plus dans l’équation. Kara ne put retenir la frustration d’un hurlement, et de semer le désordre dans sa propre cuisine. Elle revivait la douleur de ces femmes, la pétrification lente de ce poison qui était sa malédiction.

Depuis l’incident, une visite chez une scientifique s’imposait. Grâce à Google, la jeune femme trouva une liste d’experts en mutation génétique. À la suite de quinze visites infructueuses, la damoiselle trouva sa proie. Venant à bout de ses trois gardes du corps d’un beau bonjour, la jeune femme put atterrir dans salon luxueux. Vêtue d’une cape noire satinée, Kara se déplaça jusqu’à Madame Rangers dont les yeux brillaient d’inquiétude – à cet instant, elle songea aux victimes de son père. Soudain, elle-même ressentit cette urgence de s’enfoncer une dague au niveau du cœur – certes, elle ne se tromperait pas de côté. D’un coup d’œil sur sa peau violette, elle utilisa son don pour la manipuler. Présentant un pamphlet sur son pouvoir et des échantillons de son sang : « Fabriquez un vaccin qui annulera les effets de cette mutation. Utilisez mon sang afin de trouver un moyen pour sauver ceux assouvis par mon don de suggestion. Et sauver quiconque des griffes de mon père. Ne le sous-estimez pas. Vous pourriez être sa prochaine victime. » La dame se pencha sur l’échantillon, observa l’échantillon de sang au microscope. Prenant deux composant chimiques dans un tiroir, elle effectua un mélange.


« Mademoiselle Killgrave, ce vaccin ne pourra pas annuler les effets de votre pouvoir sur les victimes! La raison étant que votre ADN en fera partie. Je ne peux pas l’expliquer en vocabulaire courant. Votre père doit avoir de la difficulté à cerner votre mutation. La vôtre est développée à un niveau qui surpasse les phéromones. Je peux vous confirmer que votre état est en évolution. Vous devriez vous inquiéter. »

« Je ne vous contrôle plus, Madame Rangers. Je vous laisse m’aider ou non selon votre gré. Mais, peu importe vos décisions, n’informez pas l’homme pourpre de mes plans! Il me tuerait sur-le-champ, même si je suis sa fille! L’humanité et les mutants doivent être protégés de ce sociopathe. Cette lignée de sang doit cesser! »
« Faîtes-vous partie de ces héros déguisés? » demanda-t-elle en retirant ses lunettes avec un air fasciné.  

« Jamais. » murmura la jeune femme à la peau violette qui tendit ses deux bras à la scientifique. Celle-ci prit plusieurs autres échantillons. Elle ne se contenta pas de prendre du sang, mais performa aussi d’autres techniques. Les yeux larmoyants, la mutante ravala ses émotions pour ne pas contrôler Madame Rangers. Cet exercice de retenue lui était d’une difficulté épouvantable. Son don s’activait en permanence – sa propre volonté y était souvent omise. Chaque pensée qui traversait sa conscience pouvait la trahir d’un instant à l’autre. Par la suite, Kara attendit  des heures, des jours, des semaines avant de recevoir un résultat. Utilisant son travail et la danse afin d’oublier ce souci, Kara en vint à ignorer complètement ce qu’elle avait vécu lors de l’attaque psychique. Un matin, le facteur déposa un colis devant sa porte. Lorsque ses mains violacées l’ouvrirent, elle y découvrit dix échantillons dudit vaccin. Une lettre des composantes de ce dernier l’accompagnait avec une confirmation de son efficacité. Miss Killgrave soupira puis les rangea précieusement dans son coffre-fort – en conservant deux seringues à portée de main.

The Bronx, 00:00, Ladies Fight Kage Klub

Une rumeur parcourait les rues de New York qu’une soirée de combats féminins avait lieu les dimanches soirs. Au cœur du Bronx, près de l’intersection Machinas et du boulevard de l’ombre, un vieil entrepôt avait été reconvertie par son propriétaire en boîte de nuit. Ceci était une couverture afin de protéger un commerce illégal de combats en cage avec armes banches. De plus, les participants n’étaient que du sexe féminin. Les mutantes pouvaient aussi se joindre au Klub. N’étant connu que par le bouche à oreille, ce lieu n’autorisait l’entrée qu’aux femmes et voulait à tout prix demeurer dans l’inconnu afin de ne pas attirer l’attention de la police newyorkaise. Ayant contact avec cinq mutantes, Kara Killgrave fut rapidement invitée à cette fraternité : leur popularité grandissait dangereusement grâce aux paris sportifs qui avaient lieu sur place. C’était un second revenu bien apprécié pour la jeune mutante.

Shoshanna affrontait Zirka ce soir. Son pari était sur Shoshanna la Juive aux mains de feu. L’opposante venait de Russie et maniait un sabre à double tranchant, une arme pesante qui s’avérait fatale une fois son attaque accomplie. La jeune mutante s’efforçait de cacher son épiderme violacée au sein d’une foule si éparse et variée. Elle éloignait les curieuses d’un revers de la main, et sans une seule parole. Une blonde aux yeux bleus fut influencée au point de quitter le bâtiment. Kara la sentit quitter la rue, le quartier. L’humaine se contentait de suivre son ordre de quitter sa vue au pied de la lettre. L’animatrice de la soirée présenta les combattantes, fit la promotion des jujubes à la pêche en vente exclusive au comptoir alimentaire avec l’alcool qui coulait à flots. Lorsque Shoshanna dévoila des paumes remplies de flammes, la jeune Killgrave s’esclaffait et l’applaudissait chaleureusement – tandis que le public d’une ceintaine de personnes environ restait froid. Sous sa capuche de suède noire, une vague de colère la saisis :
« Espèce d’ingrates! Applaudissez ces guerrières! » La force de sa voix résonna bien malgré elle qui regrettait déjà son excès de tempérament. Toutes les mains applaudissaient à l’unisson devant une mutante qui vint rejoindre les premiers rangs dans l’espoir de disparaître... Il était trop tard. Anxieuse, la jeune femme ne pouvait quitter la pensée de son paternel inconnu – et du seul remède possible, le vaccin. Touchant d’une main furtive sa pochette gauche, Kara plissa ses yeux derrière son masque de cuir. Le combat commença férocement avec une foule engagée et heureuse – en apparence.

Mademoiselle Killgrave fut effrayée de son propre pouvoir lorsque chacun de ses applaudissements était suivi de ceux de la foule. Elle tenta de se calmer, de songer au visage de Mélanie qui s’effaçait, de retrouver la paix intérieure que lui procurait le ballet. Or, son malaise gagnait de l’espace. Sans même pouvoir se concentrer, un sentiment – ou une connexion – la liait à chaque personne présente près d’elle. Une migraine saisit aussitôt Kara qui dut obliger tout le monde à quitter leurs places pour lui laisser plusieurs mètres libres à ses côtés. La situation se déroulait tranquillement devant le combat sanglant des deux combattantes. Les gants de satin de la jeune femme tremblaient visiblement, comme si un tremblement de terre y habitait. Une veine gonfla sur la tempe gauche de la mutante qui respira longuement face à son état qui s’aggravait. C’est alors que le son de la voix de son père lui plaqua un froid monumental sur ses émotions. Elle redevint apathique, et sentit soudainement une ombre s’approcher derrière son épaule.  



Codage par Joh.A pour TheAvengersRPG.com
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 58
» ma tête : Adelaide Kane


But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Ven 12 Oct - 23:40
Minds & KagesAnd I sat alone in bed till the morning and crying "they're coming for me". And I tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.- Vos patients mythomanes vous mentiront à vous aussi. Ou du moins ils essaieront. Soyez en persuadés. Tout simplement parce que le mensonge est une façon pour eux de se cacher, de se dérober à la réalité.

Une heure. Rien qu'une heure. Si elle pouvait dormir une heure tranquillement, sans penser. Sans se poser des questions sans réponse. Juste une heure. Une heure de sommeil complet, sans cauchemar, sans se réveiller en sueur, sans se sentir mourir dans ses propres songes encore et encore. Juste une heure. Elle ne demandait réellement que ça.

- Comme mademoiselle au fond, qui se dérobe à mon cours en dormant sur sa table. Je vous ennuie donc au point de vous donner sommeil ?

Némésis ne comprit pas tout de suite qu'il s'adressait à elle. Tout simplement parce qu'elle était déjà bien trop endormie pour réagir aux propos de qui que ce soit. Son voisin fut obligé de lui donner un coup de coude pour qu'elle se redresse enfin, les touches de son clavier imprimés sur sa joue et l'air peu énergique.

Si ce n'est en train de dormir les yeux ouverts.

- Pardon ?

Son professeur la fixa un long moment, alors elle en fit de même. Le fixant avec le même air éberlué. Ils restèrent ainsi durant d'interminables minutes, le plus vieux jugeant visiblement l'accusée et déterminant quelle sentence était la plus appropriée.

- Sortez.

Après réflexion, la brunette se dit que c'était sûrement trop court. Elle avait été jugée un peu vite à son goût. Elle ne pouvait pourtant pas hurler à l'injustice, puisqu'elle dormait effectivement sur cette table avant qu'on la réveille sans même une once de pitié.

Némésis ramassa son ordinateur, manqua de le faire tomber au passage et quitta l'amphithéâtre bondée au pas de course. Elle était en colère. C'était injustifié. Elle le savait mais ça ne l’empêchait pas d'être en colère.

Elle fit quelques mètres dans le couloir désert, toujours aussi furieuse et toujours aussi rapide, avant de s'écrouler par terre. Le dos contre un mur, la jeune femme prit sa tête dans ses mains et soupira longuement. Elle se demandait parfois pourquoi elle continuait à faire semblant. À essayer de mener une vie normale. C'était impossible. Elle n'était pas normale. Elle ne le serait plus jamais.

- Athéna c'est ça ?

La brune releva la tête, le regard dur sans même le vouloir. Elle était simplement exténuée. Les gens exténués trouvaient rarement la force d'être aimables.

- Némésis. Besoin de quelque chose ?

Son ton aussi était dur, mais encore une fois, elle n'était pas vraiment d'humeur. Elle ne connaissait pas la jeune femme qui lui faisait face. Du moins très mal. Elle avait mangé avec elle une fois, avec elle et son groupe d'amies. Ça ne lui avait pas vraiment plu. Elle s'appelait Stacey, une gentille petite brune qui faisait des études de lettres d'après ce qu'elle avait compris.

- Moi ? Oh rien. Je me demandais simplement si tu voulais un peu d'aide étant donné que... ça va ?

Némésis resta muette un long moment. Elle ne s'attendait pas à ça. Les deux étudiantes n'étaient pas amies, des connaissances tout au plus. D'ailleurs elle ne savait absolument pas quoi lui répondre.

- Euh ben...

Voilà. L'éloquence dans son état le plus pur. Magnifique.

- Oui. Je suis juste un peu fatiguée. Je bosse trop je crois.

Elle tenta un sourire, elle-même peu convaincue par ce dernier. Pourtant, elle ne pouvait pas exploser. Elle était persuadée que Némésis ne l'aurait pas fait. Némésis aurait vu le positif de la situation, elle n'aurait certainement pas risqué de faire fuir une potentielle amie.

Qu'est-ce qu'il était chiant tout de même, ce personnage.

- Tu devrais rentrer. T'as effectivement l'air un peu surmenée.


Stacey semblait hésiter un peu, comme si elle s'apprêtait à lui faire une demande très délicate.

- Tu sais, il y a une rumeur comme quoi un club de combat féminin se serait installé dans le Bronx... ça a l'air plutôt sympa et on peut même se faire un peu d'argent. On va pas cracher dessus en tant qu'étudiants, pas vrai ? On comptait y faire un tour avec les filles alors... si tu veux nous rejoindre. Ça peut te faire du bien de sortir un peu de tes cours. Par contre, évite d'en parler autour de toi. C'est un secret...

Némésis se releva, posa une main sur l'épaule de sa compatriote, et secoua la tête.

- Non merci Stacey, mais c'est gentil d'avoir proposé.


Une dizaine d'heures plus tard...


Jetant rageusement son eye-liner dans l'évier, la jeune femme retira tout ce qu'elle avait péniblement tracé avec et soupira.

Pourquoi avait-elle accepté déjà ?

Ah oui, parce que Stacey avait lourdement insisté. Elle avait fini par se laisser convaincre qu'effectivement, ça ne pouvait pas lui faire de mal de sortir un peu de chez elle le temps d'une soirée. Après tout elle était en week-end, et tous les jeunes de New-York sortaient le vendredi soir.

Sauf qu'en vérité, elle ne se sentait pas si jeune que ça.

Et elle avait décidé de l'oublier. Au moins pour cette soirée. Elle savait très bien qu'elle s'ennuierait, qu'elle ne ferait que jouer son rôle une fois de plus. Mais elle essayait. Encore. Avoir une vie normale.

Elle se trouvait parfois un peu naïve.

Ses bas coutures pour seul vêtements, Némésis se demandait maintenant ce qu'elle allait bien pouvoir mettre, les bras croisés devant son armoire. Elle avait décidé d'opter pour une robe noire, avant de se rendre compte qu'elle ne rentrait plus dedans. Elle l'enleva elle aussi, tout aussi rageusement, et ses bas subirent le même sort. Elle s'assit ensuite sur son lit, ayant décidé de bouder et de poser un mémorable lapin à Stacey et ses petites copines.

Et puis voilà, une voix dans sa tête. Le genre de voix qui nous pousse à nous lever parce qu'au fond, on sait très bien que c'est mal ce qu'on fait. Alors elle se leva, non sans râler, et se trouva une autre robe. Sans bas cette fois, même si elle les adorait. Elle avait peur d'en faire trop. Elle ne savait toujours pas vraiment comment s'habiller pour sortir à New-York, même après deux ans à vivre là-bas.

Et puis elle partit à la conquête d'une vie sociale.

***

Une étrange ambiance régnait dans la salle.

Ce fut la première chose qui lui vint à l'esprit. Étrange. La foule avait l'air heureuse lorsqu'elle était arrivée, et Stacey était déjà en train de s'extasier devant ce combat. Et quel combat... du feu, des lames... le combo parfait pour passer une bonne soirée non ? Il n'y avait aucune raison de s'inquiéter, juste à profiter du spectacle. Quoi qu'en vérité, Némésis n'était pas vraiment une fan de la violence gratuite. C'était même plutôt le contraire. Mais elle avait promis. Elle avait promis que cette fois, elle s'amuserait. Et pourtant, elle ne pouvait pas s'en empêcher.

Il y avait quelque chose d'étrange.  

Ce qui l'intriguait, c'était les pensées qu'elle entendait. Toutes les mêmes, ou du moins toutes semblables. Fortes, et à la fois étouffés. Comme si elles n'étaient que le reflet de celles de...

Quelqu'un d'autre ?

La brune fronça les sourcils. Un mouvement de foule, des gens qui s'éloignaient d'eux-mêmes d'une... femme. Elle n'avait pas l'air de le vouloir, du moins ce qu'il semblait. Les propres songes de Némésis se mêlaient à ceux des autres, et cela n'avait rien d'agréable. Elle décida de se couper totalement du monde, du moins mentalement parlant. Ces pensées n'étaient pas assez fortes pour percer ses défenses, si elle les avait entendues, c'est parce qu'elle le souhaitait.

Il y avait quelque chose qui clochait, elle voulait comprendre quoi.

Abandonnant Stacey à son triste sort, Némésis se dirigea vers la jeune femme qui était désormais presque seule sur un gradin. Elle n'avait pas l'air bien. En fait... elle lui faisait un peu penser à elle lorsqu'elle se laissait submerger par son pouvoir. Puis elle s'approchait, plus elle remarquait la couleur de sa peau, son masque et le fait qu'elle soit probablement une mutante.

Du moins, c'était sa conclusion.

Cette jeune femme n'était pas mal intentionnée. Et même si ça avait été le cas, elle n'aurait pas eu à lui faire la morale. Elle se trouvait elle-même dans le camp des méchants, même si elle essayait de se persuader du contraire.

Doucement, Némésis posa une main sur l'épaule de la mutante. Elle ne voulait pas l'effrayer, elle avait vu ses mains trembler. Elle avait compris.

- Hey.

Elle s'assit à ses côtés, alors que plus personne ne s'y trouvait. Elle espérait que la jeune femme ne le prendrait pas mal, elle savait que certains New-yorkais étaient un peu effrayés par ce genre d'initiatives.

- Tu vas bien ?


C'était un peu ironique de poser cette question. La même qu'on lui avait posé dans la matinée et qu'elle avait trouvé ridicule.

Mais au fond, ça faisait du bien de voir que quelqu'un se souciait un minimum de vous pour la poser, cette fameuse question.

La brunette ne savait pas à qui elle avait affaire, mais elle avait déjà l'impression de la connaitre.

- C'est pas ta faute, d'accord ? Faut pas t'en vouloir.

Elle lui saisit une de ses mains gantées, la pressant rapidement. C'était une façon comme une autre pour qu'elle se sente moins coupable de ce qu'elle était en train de faire, pour qu'elle cesse si elle en était capable. Elle ne lui en voudrait pas si ce n'était pas le cas. Némésis savait ce que c'était, de faire du mal aux autres sans pouvoir s'arrêter.

- Tu veux qu'on s'en aille d'ici ? Je t'invite à boire un cocktail si tu veux.


Comme ça elle ne sera pas venue pour rien...
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 23
» ma tête : Madelaine Petsch
» association : Les Indépendants (Et pas les pirates même si je le souhaite de tout mon coeur)
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Dim 14 Oct - 7:56
Némésis Fallen & Kara Killgrave


Minds & Kages

Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis. - Unknown

Une femme magnifique aux cheveux sombres s’approchait de Kara. Sa main atteignit son épaule – ce qui lui soutira un léger sursaut. Dès l’instant ou la jeune femme prit siège à ses côtés, sa première réaction fut de se reculer d’un bond. Toutefois, chacun de ses mots et chacun de ses actes montraient de l'humanité - pas une marionnette. Une deuxième mutante sur une liste incalculable de victimes: l'une qui réussissait à cerner son don. Tous les environs disparurent à ses yeux. Le combat se poursuivit pendant que Kara se concentrait entièrement sur l’âme qui venait de se poser à ses côtés : une héroïne, une figure pure, un ange ou une Sainte – oui, la violette allait à l’Église prier sa mère tous les dimanches ou l’écoutait à la télévision. Une main qui serrait la sienne, sa première réponse fut d’entourer sa main avec tendresse.

Kara Killgrave venait de s’enticher de cette inconnue, d’une manière autant secrète qu’interdite. La douceur de son geste s’ensuivit de ses larmes qui coulèrent le long de ses tempes lilas. Rompant leur lien physique, ses mains retirèrent sa cape de son crâne et libérant un visage masqué à moitié de dentelle au regard incrusté de couleurs diverses.
Le teint violet rayonnait dans ce clair-obscur, et l’opacité de son épiderme variait constamment avec la lumière comme si des paillettes s’y cachaient. Damoiselle Killgrave passa ses paumes sous son regard multicolore avant de s’immobiliser telle une poupée de chiffon. Cette approche semblait la sidérer au point de provoquer des actes inhabituels chez sa personne. Des curieux lancèrent quelques regards, mais son don de suggestion leur intima d’aller voir ailleurs à coup de pelle en pleine figure. Un moment de silence s’imposa pendant que son interlocutrice semblait attendre une réponse rapide. Plaçant ses mains sur son cœur aux cicatrices imposantes, elle tenta de parler une première fois : un échec. Aucun son ne put quitter ses lèvres. Encore éprise de son étonnement, les mains de Kara tremblèrent de nouveau lorsqu’elle reprit la main de l’autre mutante – et sa pression demeura d’une délicatesse incroyable.


« Merci… Vraiment, merci… »

La seconde suivante, la jeune femme s’immobilisa et trembla de tous côtés. Quelque chose, une force, la saisit. Reculant d’un pas, son regard scindé de couleurs multiples redevint violet avant d’arborer un blanc synthétique – même ses pupilles disparurent. Sa silhouette assise chavira vers l’arrière pendant que des tremblements attaquèrent ses membres. Son pouvoir se désactiva, ce qui engendra un mouvement de curiosité chez les spectateurs. Les êtres humains se réveillèrent avec une migraine, avant de chercher un coupable en raison de leur état. La jeune Killgrave tourna sa tête de gauche à droite; recevant une quantité d’information épouvantable : « Shallah, Rose, Connor, Jamie, Joe… » Prononça-t-elle à moult reprises avant de clore ses paupières pendant la bagarre épique des deux combattantes. La foule ne put s’empêcher de reporte leur concentration sur l’événement de la soirée qui prenait goût au fil du temps passé. Kara eut plusieurs spasmes importants tout en conservant une poigne de fer sur la main tendue de celle qui fut jadis son interlocutrice. Quelqu’un ou quelque chose lui adressait un message indescriptible pour autrui – même une télépathe. Seuls des images tragiques de femmes violentées persistaient, et des visages différents – tous violacés- prononçaient une phrase sans son. À cette minute, une mèche de sa chevelure imposante et infiniment longue devint blanche à son tour. La mutante tenta de retrouver sa conscience, mais reçut bien malgré sa résistance le message qui lui était destiné : « Rejoins-nous, chère sœur… Nous sommes une famille… Nous devons être ensemble… » À la suite de ces mots expéditifs prononcés par une voix masculine, les mêmes prénoms furent prononcés de nouveau.  Cet événement ne dura qu’une minute.

Un réveil spontané l’accueillit devant une autre mutante dont l’allure l’ensorcelait. Damoiselle Killgrave observa son interlocutrice, qui n’était pas influencée par sa malédiction et qui n’avait pas manifesté cette attaque psychique à son égard. Démunie d’une barrière psionique, la mutante battit des cils longtemps avant de se redresser sur ses talons. Or, son équilibre faillit. Cette dernière chancela en direction de son âme bienfaitrice. Sa tempe embrassa la sienne avant de se retirer avec une timidité évidente. La mutante dont la chair violette se révélait davantage d’une seconde à l’autre lâcha la paume de l’inconnue : « Votre offre est acceptée. Quittons ces lieux néfastes… » D’un geste cérémonieux, Kara prit les devants et sema un chemin au travers de la foule qui se séparait selon sa volonté – ne laissant aucun choix à sa consœur mutante en saisissant sa main de nouveau. Ses bottes hautes à talons claquèrent le sol cimenté tandis que Kara insistait à l’inconnue de la suivre. Sans lui avoir adressé la parole plus d’une fois, la violette avait le sentiment de faire affaire avec une vieille connaissance : « Je veux être seule avec vous. Vous m’avez trouvé. Comment avez-vous fait? » Elle s’arrêta devant les gradins au premier rang, attendant  une réponse avec – presque, une quasi – impatience.

Sa tête se détourna de la sienne, apercevant la serveuse qui était la nouvelle victime de Kara. Elle leur emmena des verres aux couleurs tropicales avant de retourner à ses vrais clients. Son regard semblait hypnotisé par la jeune Killgrave qui lui donna un pourboire appétissant. Retrouvant ses pupilles, le regard de Kara afficha un indigo entrelacé de cyan. Sa bouche vêtue de rouge flamboyant formula d’autres interrogations :
« Votre présence m’intrigue. J’ai de la méfiance devant une femme d’une telle beauté. »

Sa formation de danseuse classique ne l’avait jamais privé de manifester son admiration devant l’esthétique d’une autre femme. En particulier, l’une qui savait la remarquer parmi une foule entière et deviner ce dont elle avait besoin pendant sa perte de contrôle. Kara libéra sa paume de la  sienne, prenant du recul et s’adossant au mur à ses côtés. Elle prit une gorgée de l’étrange breuvage, le jugeant trop glacé et abaissa son verre par la suite. Lissant les parois de sa robe courte, le satin reluisait d’un noir sensationnel. Sa main droite retira sa cape soudainement. La tenant dans une poigne faible, la mutante la laissa traîner au sol un instant : « Attrapez-moi si vous pouvez! » Le vêtement fut lancé envers son interlocutrice, pendant que damoiselle Killgrave prenait la poudre d’escampette.



Codage par Joh.A pour TheAvengersRPG.com
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 58
» ma tête : Adelaide Kane


But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Lun 15 Oct - 2:53
Minds & KagesAnd I sat alone in bed till the morning and crying "they're coming for me". And I tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.Némésis ne comprit pas grand chose.

Tout d'abord, son interlocutrice semblait être soulagée. Ou du moins, reconnaissante. Elle n'en savait trop rien, elle était bien trop occupée à l'observer. Des larmes coulèrent sur les joues pourpres de la jeune femme, et elle rétablit le contact physique perdu quelques secondes avant. Cela la déchira, d'une certaine manière. Sa souffrance était palpable et Némésis aurait aimé en connaitre les raisons. Lire ses pensées lui paraissait cruel, surtout qu'elle était presque sûre que la jeune femme le sentirait, la repousserait. Elle perdrait alors ce début de confiance qu'elle avait réussi à obtenir, ce qui n'était pas son but bien loin de là.

L'inconnue retira son masque, sa cape, ce qui plu à la brunette qui lui faisait face. Elle n'aimait pas beaucoup que l'on se dérobe à son regard, même si c'était ce qu'elle faisait pour ainsi dire, tout le temps. Ses yeux étaient étranges, incroyablement étranges, mais dans le bon sens du terme. Némésis n'eut pas le loisir de beaucoup les observer puisque sa nouvelle amie entra dans une quasi transe en l'espace d'une minute. Elle comprit alors que la mutante était en train de libérer les spectateurs de son emprise lorsqu'elle prononça leurs noms. Troublant, ce fut le mot qui lui vint à l'esprit. Troublant, fascinant même. Elle se demandait comment il était possible de gérer un tel pouvoir, de le contenir. Cela devait être affreux.

Elle la réceptionna lorsque épuisée, la demoiselle s'écroula sur elle. Une forte envie de la protéger s'empara alors de Némésis, elle avait envie de comprendre. De comprendre ce qui avait pu la mettre dans cet état et de l'aider. C'était rare de voir de tels élans mais cette mutante la touchait plus qu'elle ne le voulait bien l'admettre. C'était assez étrange, elle se retrouvait en elle mais pensait aussi à sa petite soeur. Sa petite soeur... elle ne se souvenait même plus de son visage. Sans doute n'avait-elle jamais existé, sans doute n'était elle qu'une invention de son esprit torturé lors de ces longues années de solitude.

Némésis n'eut rien le temps d'ajouter après que la jeune femme ait acceptée son offre, elle était déjà en marche vers la sortie ou du moins, vers des cocktails. Némésis observait silencieuse l'étendue du pouvoir de sa compagne, presque religieusement. Elle trouvait ça à la fois incroyable et terrifiant. Elle ne savait pas comment l'étrange spécimen qui se tenait devant elle faisait pour vivre. Elle avait de bonnes manières, une bonne éducation donc. De telles manières étaient étrangères à Némésis qui ne s'était jamais préoccupée de ce genre de choses. Elle n'en avait jamais eu l'occasion, jamais eu le besoin.

Et au fond, elle s'en moquait un peu.

La violette s'arrêta d'un coup pour lui poser une question, une question à laquelle elle ne savait comment répondre. Elle devinait un peu de suspicion derrière son interrogation, ce n'était pas totalement injustifié. Cela l'effraierait sans doute un peu si quelqu'un venait la secourir d'une manière semblable à la sienne.

- Je suis télépathe. J'ai remonté le lien vers toi.

D'eux, vers elle. Elle ne précisa cependant pas, elle était certaine que Kara comprendrait. Elle devait connaitre toutes ces choses sur lesquelles il n'y avait pas besoin de mettre des mots. Ça se ressentait, c'est tout. Il n'y avait pas d'explications logiques, scientifiques. C'était simplement quelque chose qui se sentait au plus profond de soi, de la poitrine.

Elle suivit la jeune femme qui s'arrêta une nouvelle fois, celle-ci pour utiliser son don sur une serveuse, qui leur apporta des boissons très... colorées. Némésis espérait que ce n'était pas trop alcoolisé, elle n'avait pas l'habitude de boire et préférait garder les idées claires. La brune trempa les lèvres dans le liquide glacé, ce n'était pas désagréable, bien au contraire. Elle en prit une gorgée et faillit l'avaler de travers en entendant sa compagne la complimenter. Elle n'en avait pas l'habitude, bien loin de là. Elle même ne se considérait pas d'une grande beauté. Elle trouvait d'ailleurs que la mutante qui lui faisait face en était d'une bien supérieure, une fascinante. Étrange, captivante. Des traits parfaits et des couleurs atypiques, mais harmonieuses. Magnifiques.

Quant au fait qu'elle ressentait de la méfiance envers elle... elle n'était pas sûre que ce soit uniquement lié à son physique. Elle comprenait cette méfiance, et voulait qu'elle s'évapore de tout son être. Elle s'apprêtait de nouveau à répondre lorsque la mutante lui balança sa cape avant de partir en courant.

Alors ça, elle ne s'y attendait pas.

Némésis avait rattrapé la cape par automatisme, abandonnant son verre qui s'était lamentablement brisé sur le sol de la salle. Le bruit avait été étouffé par ceux de luttes, par les conversations et les encouragements qui fusaient dans toute la pièce.

Mais là où il y avait le plus de bruit, c'était dans la tête de la brune.

Elle ne comprenait pas, et Kara s'était volatilisée. Avait-elle cru qu'elle était une ennemie ? Qu'elle la connaissait et voulait lui faire du mal ? Qu'elle avait été envoyée par quelqu'un ?

Elle ne comprenait pas, et à la fois elle comprenait.

Cette jeune femme devait être persécutée, elle avait du prendre peur. Ou alors souhaitait-elle simplement jouer ?

Non. Finalement, elle ne comprenait pas.

Némésis serra la cape dans sa main, tenta de retrouver la présence psychique de l'étrange mutante. Elle l'avait perdu, mais savait pouvoir la retrouver. Elle ferma les yeux, la cherchant à travers toutes ces pensées, toutes ces personnes. Elle les rouvrit. Tenta d'apercevoir sa chevelure pourpre.

Elle voulait comprendre.

Alors elle la vit, un peu plus loin. Elle n'avait pas encore quitté la salle. Némésis s'approcha d'elle. Un pas. Deux pas. Trois.

Ça y est. Elle l'avait trouvé.

- Je ne te veux aucun mal. Tu n'as pas à fuir avec moi.

C'était vrai. Naïvement vrai. Elle n'avait aucune raison de la croire mais pourtant, c'était la vérité.

- Je sais ce que tu ressens, c'est pour ça que je suis venue à toi. Pour ça et rien d'autre. Je ne sais rien de toi. Laisse moi te parler je t'en prie.

Némésis fronça les sourcils, tentant d'amplifier la portée de ses mots alors qu'ils n'était pas prononcés. Simplement murmurés, à l'aide de son don. Elle espérait qu'elle entendait, qu'elle lui pardonnerait cette intrusion.

- Tu ne te sens pas seule parfois ? Moi aussi. Soyons amies.

Elle ferma de nouveau les yeux, soudainement triste. Elle se sentait seule. C'était si dur de le penser réellement, de le dire à quelqu'un même si ce n'était que par pensée.

- Je m'appelle Némésis, et toi ?

Elle avait eu envie de lui dire son véritable nom, celui que personne n'avait encore jamais entendu. Mais c'était trop tôt, bien trop tôt. Elle avait la sensation de jeter une bouteille à la mer, elle espérait qu'elle parviendrait à sa destinataire.
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 23
» ma tête : Madelaine Petsch
» association : Les Indépendants (Et pas les pirates même si je le souhaite de tout mon coeur)
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 2 - Apprentissage du pouvoir
» appartenance: 3 - Humain entraîné supérieur

Mer 17 Oct - 9:32
Némésis Fallen & Kara Killgrave


Minds & Kages

Hell's Kittens- Unknown

L’obscurité envahissait son crâne pendant que la jeune mutante refusait de contrôler chaque âme qui se portait à sa proximité. Elle savait pourtant que le contact avec son épiderme, ses paroles, ses pensées permettaient d’être contaminé par sa malédiction. Et ce manège durait depuis le jour ou un couteau fut planté dans sa poitrine. Mettant une distance de vingt mètres entre elles, Kara s’arrêta derrière une estrade et s’adossa au mur.. Un flocon de neige; une étoile filante; une idylle qui l’illuminait; une Némésis – dont chaque facette semblait l’angoisser au point de lui faire douter de sa présence au cœur de cette réalité. La jeune mutante croyait à une hallucination, désira la fuir avant de s’y attacher. Tous ses proches subissaient la mort tôt ou tard. Éviter était sa seule réponse devant l'aide, l’amitié et l'affection la plus simple.

C’est alors que la femme aux cheveux sombres afficha sa présence. Kara eut le réflexe de reculer en se retournant, mais se rappelait avoir accepté son invitation instinctivement comme si elle était déjà dans sa tête. Le souvenir de Mélanie la hanta de pratiquer ses bonnes manières, et particulièrement cette détresse au fond de son âme qui transpirait partout où elle s’aventurait. Redressant son visage violet en direction de Némésis, dont le prénom l’ensorcela par sa symbolique; elle libéra des pensées de son coffre-fort :
« Jouer à cache-cache sera splendide avec vous, mademoiselle Némésis! » Un silence lourd. Ses mains prirent celles de sa comparse. Leur gestuelle montrait de la délicatesse, de la grâce et un avant-goût de leur affection. Une attitude qu’elle n’avait pas ressortie depuis la nuit des temps. Percevoir ses mots fut difficile, mais elle l’encouragea à parler fort, à s’affirmer dans sa tête. Devant ses paroles réconfortantes, sa main ne put se retenir de reprendre sa cape afin de l’enfiler et de dissimuler une partie de son visage sous sa capuche. Or, son regard se planta dans le sien – et son expression se révélait attendrie par une telle initiative : « Je me nomme Kara Killgrave… »

Elle ne put retenir sa pensée suivante lorsqu’elle remarqua que sa nouvelle amie avait échappé son verre : cette promesse de prendre de l’alcool ensemble demeurait présente. Il manquait aussi d’un brin de provocation et d’amis ailés. De plus, la violette ne pouvait s’empêcher de regarder son visage. Ce dernier l’appelait ou plutôt lui montrait une belle jeune femme dans la fleur de l’âge dont chaque facette créait de la curiosité entrelacée de passion chez elle. Ses joues devinrent bleutées lorsque Kara se rappela que Némésis, qui venait de lui annoncer son don de télépathie, l’écoutait au moment même. La timidité la saisissait, alors que ses mains se plaquèrent sur ses tempes. « Vous connaissez ma condition… Je ne suis pas accoutumée à entretenir des conversations. Je vous présente mes excuses les plus sincères. » Une nouvelle invitée se joignit à leur duo. Son ombre fut précédée par le bruit de ses talons hauts – qui mesuraient vingt centimètres.

Il s’agissait d’une femme aux cheveux courts qui leur apportait un plateau de différents breuvages alcoolisés. Elle portait un jeans, mais le haut de son corps demeurait complètement nu. Ce qui était le plus choquant, c’était cette poitrine refaite au bistouri -  sa silhouette gigantesque qui menaçait de vous sauter en pleine tronche au moindre pas. De plus, un perroquet perché sur son épaule chantait les slogans du club dans une cacophonie des plus ridicules : « Kiss! Kiss! KAGE FIGHT KLUB! LADIES ONLY! Drink or Die! Cookie, me want a cookie! » Sans leur poser une seule question, la serveuse déposa le plateau dans les mains de Kara qui manqua l’échapper et reçut un sein en plein visage. Un mouvement de stupeur la frappa soudainement quand son visage pourpre s’empara d’un bleu azur très perçant au niveau des tempes. Ses yeux arpentaient le sol dans le désir de s’évader. Leur invitée surprise repartit aussitôt, alors que son regard semblait totalement absent. Cette rencontre semblait ne s’être jamais déroulée. Son retour dans la foule s’avéra arrosée de sifflements.

Déposant avec maladresse le plateau sur une planche de bois cloutée au mur adjoint à elle, Damoiselle Killgrave déposa un cocktail au contenu d’un mauve fluorescent dans la main droite de la télépathe en insistant paisiblement. La violette prit le même breuvage, avant de cogner délicatement son verre au sien :
« Un toast à Vous… » Un sourire coquin entremêlé d’une énorme gêne décora les commissures de ses lèvres. La violette se pencha lentement vers le tympan gauche de son interlocutrice, et murmura : « Et aux seins libres. » Sur ce, elle cala trois verres d’alcool d’affilée sans prendre une minute entre chaque. Sa capuche retomba vers l’arrière, dévoilant des tempes encore en feu. Ses paumes abandonnèrent leur idylle alcoolique momentanée avant de voler les mains de Némésis.

La faisant tourner une fois puis deux, un sourire discret bordait son faciès. Son cœur semblait si léger, ses pensées virevoltaient comme des paillettes. Sans l’ombre d’un rire, la mutante osa même déposer son index sur le nez de sa comparse. Elle ne put s’empêcher de lui dédier ce qu’elle songeait :
« Mademoiselle Némésis, à partir de cet instant, je promets de vous harceler tous les jours de votre vie! » Oui, Kara Killgrave possédait un point en commun avec son paternel vis-à-vis de ce sujet. L’intensité de ses émotions était percutante : de même que chacune de ses expressions était suivie de gestes simples vibrant d’amitié, d’un bri de bonheur. C’était un sentiment qu’elle avait oublié : la liberté de choix, la sienne, l’aisance de laisser son esprit divaguer en présence d’autrui. Et, pour cette permission rarissime, Kara tenta d’étouffer ses larmes qui coulèrent jusqu’à sa nuque bien malgré elle.

Aucun mot ne put sortir de ses lèvres, et même le fil de sa pensée se vida de nouveau. L’apathie l’accompagna, la saisit au creux de ses bras et l’empêcha de pouvoir savourer le moment. Un éclair dans son crâne. Un brûlement au thorax. Une lame dans son cœur, dans celui qu’elle croyait posséder. Kara s’écarta d’un pas vif, cachant son visage de ses avant-bras. Sa respiration devint difficile, tandis qu’elle tenta de se calmer aussitôt. Sa malédiction, sa maladie dormait. Les consommations alcoolisées avaient éteint cette frayeur permanente, tandis que son âme se battait pour la laisser tranquille.

Cette lame dans son for intérieur, cette déchirure permanente volait son état volage en lui redonnant des allures obscures. Les pieds de damoiselle Killgrave reculèrent une fois de plus, à la limite de fuir cette hallucination une fois encore. L’intimité de cette conversation l’avait ému en profondeur : Némésis semblait honnête, une âme riche à découvrir. Certes cette dernière avait éveillé sa phobie d’aimer, de s’attacher, de créer des liens avec qui que ce soit – même le facteur et le livreur de pizza. Et cela, glaçait le sang violacé de la jeune Killgrave.




Codage par Joh.A pour TheAvengersRPG.com
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 58
» ma tête : Adelaide Kane


But no one knows me no one ever will
If I don't say something, if I just lie still
Would I be that monster, scare them all away
If I let them hear what I have to say



» association : Hydra
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

Dim 21 Oct - 18:00
Minds & KagesAnd I sat alone in bed till the morning and crying "they're coming for me". And I tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.Némésis soupira, grandement soulagée en voyant Kara revenir. Elle avait entendu, et elle n'était pas partie.

Bien.

Némésis s'était attachée à cette inconnue. Sans trop comprendre pourquoi, sans trop savoir comment un lien indéfectible s'était crée entre elles. Elle savait ce qu'elle vivaiti. Du moins en partie. Elle aussi savait ce que c'était de souffrir de son don, de ne pas savoir le maîtriser, de ne pouvoir communiquer sans recevoir toutes les pensées de son interlocuteur en même temps. Ça pouvait paraître intéressant comme ça, mais ça ne l'était pas. C'était douloureux, de connaitre ce que tout le monde pensait. Ça l'avait conduit à l'isolement durant de nombreuses années et elle venait simplement de commencer à s'ouvrir, elle en tant que personne. Au début, c'était simplement son personnage qui la guidait. Et même en tant que Némésis, il lui arrivait parfois d'être maladroite dans ses mots. Cette maladresse s'était évaporée avec le temps, et maintenant, Nyx faisait de rapides apparitions dans la vie de Némésis. Comme ici, où chacun de ses gestes, chacun de ses mots étaient les siens et non ceux d'une jeune femme inventée de toutes pièces par une organisation criminelle.

- Enchantée Kara. Ne t'inquiète pas, je ne t'en veux pas.

Elle ne lui en voulait pas le moins du monde. Elle comprenait encore une fois. D'ailleurs elle avait renoncé depuis longtemps à lire dans ses pensées, ne jugeant pas ça poli du tout. Elle avait donc fait un effort surhumain pour sortir de la tête de Kara, et n'avait pas entendu sa remarque sur son physique qui avait tant gêné la jeune femme.

Et puis elle percuta sur un point.

Kara Killgrave...

Killgrave. La fille de l'Homme Pourpre. Elle comprenait beaucoup mieux d'un coup.

Elle avait entendu parler de ce tristement célèbre criminel. Son don de suggestion, il avait du être transmis à Kara. C'était logique maintenant qu'elle le savait, et elle avait un peu honte de ne pas avoir fait le lien avant. Elle n'en laissa pourtant rien paraître, après tout on ne choisissait pas ses parents, et fut tout aussi surprise que sa nouvelle amie lorsqu'elle se prit un coup de sein. C'était bien la première fois qu'elle voyait une telle chose. Elle aurait probablement disputé la coupable si elle n'avait été... sous le choc.

Ce qui ne l’empêcha pas de prendre le verre que lui tendait la Killgrave avec un grand sourire amusé.

- Oui on peut dire ça...

Elle but en même temps que sa compagne, moins qu'elle cependant. Némésis fut largement impressionnée par la quantité d'alcool que la jeune femme pouvait ingurgiter sans tomber. Ce n'était pas son cas. Alors elle but un verre de moins, ce qui suffit pourtant à la mettre de très bonne humeur.

De très très bonne humeur.

À vrai dire, Némésis ne buvait pas beaucoup et elle avait plutôt l'alcool mauvais. C'était donc un miracle qu'elle n'ait pas encore fondu en larmes après avoir ingurgité deux verres de ces cocktails très étranges. C'était sûrement la joie de Kara qui était entraînante et qui poussa Némésis à la suivre dans sa danse improvisée. À deux pas d'elles, une violence inouïe s'emparait de la cage alors que la mutante pyrokinésiste achevait son adversaire.

Et elles, elles dansaient.

Némésis trouvait la candeur et la joie innocente de Kara tout à fait rafraîchissante. En fait, c'était exactement ce dont elle avait besoin dans son monde parfois un peu trop sombre. Elle était heureuse de l'avoir trouvé, et elle n'avait pas non plus envie de se séparer d'elle. Ça lui allait très bien, cette histoire de harcèlement et Némésis ne put s’empêcher de la prendre dans ses bras lorsqu'elle la vit pleurer. L'alcool, les émotions ou simplement le bonheur d'avoir trouvé une amie, elle ne savait pas trop ce qui avait provoqué les larmes de la mutante mais ne voulait plus les voir couler. Elle était originale dans son genre, mais Némésis n'était pas non plus une personne tout à fait normale et elle était trop soûle pour réfléchir réellement aux gestes qu'elle faisait.

Et puis Kara recula, sembla la proie d'une douleur infinie. Némésis ne comprit pas, une nouvelle fois. Elle pensa à une attaque mentale, mais ne pouvait deviner qui la perpétrait. Elle tenta d'appeler Kara, mais sa voix fut noyée dans le boucan provoqué par le combat et par le public. Elle en avait assez de cet endroit, et sortir était la seule solution au problème de Kara.

Si seulement il y'en avait une.

Elle la prit par le coude et ne lui laissa aucun autre choix que de la suivre. Elles discuteraient à l'extérieur, au calme, loin de cette violence et des cris des gens qui l'encourageaient. L'air glacial de la nuit la percuta à l'instant même où elle franchit les portes du bâtiment. Il faisait noir. Elle tenta de ne pas y penser, même si sa peur n'était plus celle qu'elle était auparavant. Elle ne pouvait plus craindre la nuit, elle était la nuit.

- Kara ? Est-ce que tu vas bien ?


La brune mit ses mains sur les épaules de la violette. Sa peau était encore plus fascinante à la lumière de la lune. Incroyable. Elle n'avait jamais vu une carnation aussi étrange.

- Respire avec moi.  

Sa voix se faisait un peu pâteuse à cause de l'alcool ingurgité, mais sa respiration était encore sûre. Elle inspirait, expirait, encourageait Kara à en faire de même. Réguler son rythme cardiaque l'avait toujours aidé durant ses crises de panique, et s'il s'agissait d'une attaque mentale, éloigner Kara de son agresseur était la seule chose à faire.

- Ça va mieux ?
©? 2981 12289 0


Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle.
Mon passé se dissout
✽ JE FAIS PLACE AU SILENCE ✽
Contenu sponsorisé
GÉNÉRAL.
POUVOIR.

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to the Game :: New York :: The Bronx-